PROCHAINE REUNION DE L'ASSEMBLEE CITOYENNE LE VENDREDI 26 JANVIER 2018 A FABREGUES A 19 HEURES
PROCHAINE REUNION DE L'ASSEMBLEE CITOYENNE LE VENDREDI 26 JANVIER 2018 A FABREGUES A 19 HEURES

débat à gauche   -   depuis janvier 2023

publié le 24 janvier 2023

Igor Zamichiei : « Nous voulons construire l’unité du salariat »

Julia Hamlaoui sur www.humanite.fr

CONGRÈS DU PCF Avant le rendez-vous d’avril, les communistes choisiront ce week-end leur texte d’orientation. Coordinateur de l’exécutif du parti, Igor Zamichiei détaille le contenu de celui adopté par le conseil national.

Les communistes ont rendez-vous à Marseille début avril pour leur 39e congrès. Mais, dès le week-end prochain, les adhérents du PCF voteront pour choisir leur texte d’orientation. Deux options sont sur la table. « L’ambition communiste pour de nouveaux jours heureux », adopté par le conseil national de la formation en décembre, sur lequel revient Igor Zamichiei. Et une proposition alternative, « Urgence de communisme – ensemble pour des victoires populaires », sur laquelle s’exprimera, mardi, dans nos colonnes, Nathalie Simonnet, secrétaire de la fédération de Seine-Saint-Denis.

À quels principaux enjeux doit répondre le congrès du PCF, selon vous?

Igor Zamichiei : L’enjeu majeur est de rassembler les communistes pour approfondir l’effort politique entrepris depuis quatre ans. À travers les luttes comme pour les retraites avec le retour à 60 ans, lors de la pandémie avec la levée des brevets, et pendant la présidentielle sur le travail, l’énergie et l’écologie, l’alimentation, la République, les idées communistes sont revenues au cœur du débat public. Il faut poursuivre ce travail qui vise à nous hisser à la hauteur des défis de la crise capitaliste. Comment mieux riposter au capital, au chaos mondial qu’il provoque ? Comment faire reculer la menace de l’extrême droite sur la République ? Comment unir le monde du travail et reconstruire la gauche pour la faire gagner ? Et enfin, comment reconstruire un parti populaire et influent ? Sur toutes ces questions, le projet de base commune adopté par la direction nationale et porté par Fabien Roussel propose une direction de travail ­cohérente en prolongeant les avancées de la dernière période.

La question du travail comme celle du monde du travail, au cœur de votre texte, doit-elle faire la spécificité du communisme?

Igor Zamichiei : Pourquoi le mouvement social n’a-t-il pas remporté de victoire majeure depuis tant d’années ? C’est d’abord parce que la mondialisation capitaliste, les contre-réformes ont créé d’immenses fractures sociales et territoriales dans le monde du travail. C’est aussi parce que la gauche s’est enfermée dans deux écueils. Soit renoncer, comme sous le quinquennat Hollande, à s’adresser aux catégories populaires. Soit les enfermer dans le clivage peuple–élite. Nous affirmons qu’un autre chemin est possible : construire l’unité du salariat. C’est une différence importante avec le texte alternatif, parce que celui-ci évacue la centralité du conflit capital–travail. Les combats pour le féminisme, contre le racisme ont un potentiel majoritaire s’ils sont menés en portant à la fois des revendications ­spécifiques à la domination subie et des revendications communes à l’ensemble du salariat.

Fabien Roussel a estimé, dans le Journal du dimanche, que la « gauche façon Mélenchon a atteint un plafond de verre ». Quelle stratégie préconisez-vous?

Igor Zamichiei : La réalité que certains ne veulent pas affronter est qu’à l’issue de la présidentielle et des législatives les problèmes de la gauche demeurent entiers. Des millions de salariés, de privés d’emploi pensent qu’une partie de la gauche ne se préoccupe plus du ­travail, s’écarte des principes laïcs universalistes de la République, n’a pas de projet pour que la France résiste au chaos mondial. En somme, qu’une ­partie de la gauche les aurait abandonnés. C’est cela le plafond de verre à briser. Notre stratégie vise à reconquérir ce monde du travail sans lequel il n’y a pas de majorité possible. La bataille des retraites est une clé pour cela, parce que l’aspiration à une retraite digne, à des jours heureux après une vie de travail, unit le salariat dans toute sa diversité, en témoigne la journée du 19 janvier, qui a rassemblé 2 millions de personnes dans les rues.

Comment l’avenir de la Nupes est-il envisagé?

Igor Zamichiei : La Nupes, c’est d’abord un accord électoral. Il a permis que la gauche ne soit pas marginalisée à l’Assemblée nationale, mais en plafonnant à un quart des suffrages exprimés. Le compte n’y est pas pour gagner. L’intervention communiste doit viser à la fois une activité autonome et unitaire, avec l’objectif de mobiliser les abstentionnistes et les catégories populaires. C’est exactement ce que l’on fait dans la bataille des retraites. Chaque fois que le travail avec les forces de gauche et écologistes permet de mettre en échec les projets du pouvoir, de dessiner des avancées communes, alors il faut des constructions unitaires. Et il faut savoir refuser des initiatives qu’on ne partage pas, comme la marche de samedi de la FI (lire aussi page 6 – NDLR). Le projet de base commune se donne les moyens d’ouvrir le chemin d’une unité victorieuse, quand le texte alternatif propose un repli sur une stratégie qui a déjà échoué.

Comme lors du dernier congrès du PCF, votre texte indique : « Nous avons décidé d’être présent·es avec nos candidates et candidats » à « chaque élection ». Y compris en 2027 ?

Igor Zamichiei : J’invite tous ceux qui ne pensent qu’à cette échéance, à gauche et au sein du PCF, à réfléchir au fait qu’empêcher l’arrivée de l’extrême droite au pouvoir et faire que la gauche gagne se joue maintenant, comme l’a exprimé Fabien Roussel. C’est maintenant qu’il faut des avancées dans le débat politique et idéologique, un projet ambitieux et des victoires sociales. Et c’est à cette aune que se posera le choix stratégique pour 2027.

 

 

 

 

Congrès du PCF. Nathalie Simonnet :
« L’anticapitalisme ne suffit pas »

Julia Hamlaoui sur www.humanite.fr

CONGRÈS DU PCF Les communistes choisiront ce week-end leur texte d’orientation. La secrétaire de la fédération de Seine-Saint-Denis, Nathalie Simonnet, explique la démarche de la proposition alternative.

Les adhérents du PCF voteront le week-end prochain pour choisir leur texte d’orientation en vue de leur 39e congrès à Marseille, en avril. Deux options sont sur la table. « L’ambition communiste pour de nouveaux jours heureux », adopté par le conseil national de la formation en décembre, sur lequel est revenu le coordinateur de l’exécutif du PCF, Igor Zamichiei, dans notre édition du 23 janvier. Et une proposition alternative intitulée «  Urgence de communisme – ensemble pour des victoires populaires », sur laquelle s’exprime Nathalie Simonnet, la secrétaire de la fédération de Seine-Saint-Denis.

Selon vous, à quels principaux enjeux doit répondre le congrès du PCF ?

Nathalie Simonnet : Les guerres, la montée de l’extrême droite partout dans le monde, le dérèglement climatique, la précarisation forcenée du travail… Cette multiplication de crises provoquée par le capitalisme montre que, pour sortir de cet engrenage qui menace le devenir de l’humanité, il faut amorcer des ruptures avec la logique même du système. Pour cela, l’émergence de réponses nouvelles est nécessaire. L’anticapitalisme n’y suffit pas. C’est ce qui fait de l’urgence du communisme une question du présent. Et c’est l’enjeu de ce congrès. Si tous les communistes, sans exception, se réjouissent et sont fiers de la visibilité retrouvée, nous pensons que la simple continuation de ce que nous avons fait depuis quatre ans ne permet pas d’y répondre. Car, depuis le début des années 1980, nous sommes confrontés à un affaiblissement continu de notre influence, quels que soient nos secrétaires nationaux ou nos candidats. L’une des raisons de fond est que le communisme est assimilé à l’échec du régime dévoyé, étatiste et non démocratique de l’URSS.

Le texte que vous avez signé appelle à « un moment d’analyse renouvelé et d’innovation communiste ». Quelles « innovations » mettez-vous sur la table ?

Nathalie Simonnet : La mobilisation pour les retraites est un bon exemple : au-delà des revendications sociales, c’est un enjeu de civilisation. Est-ce que l’on travaille pour vivre, pour s’épanouir ou est-ce qu’on vit pour travailler à la valorisation du capital ? Notre rôle en tant que Parti communiste est bien de construire l’articulation entre la lutte immédiate et la logique de transformation sociale. Pour y parvenir, il nous faut plus et mieux travailler ce dont est porteur le communisme. Sinon, on restera prisonniers de la seule amélioration de l’existant, enfermés dans le système. Il s’agit, pour nous, de penser la transformation de notre société en termes de processus continu et non d’étapes. C’est une des différences importantes avec le texte adopté par le conseil national. Par exemple, la Sécurité sociale est un de ces « déjà-là communistes » qui permet de rendre identifiable et désirable la perspective communiste. C’est à ce niveau qu’il nous faut placer la barre.

Écologie, féminisme, antiracisme font partie d’une liste « d’urgences à investir » citées par votre texte... La lutte des classes demeure-t-elle au cœur des préoccupations communistes ?

Nathalie Simonnet : Évidemment, elle s’aiguise même et devient extrêmement violente. Car, face aux crises, le capitalisme a toujours utilisé la guerre, l’extrême droite pour garder la main. Mais la situation engendre des résistances et beaucoup de ces mouvements sont en quête de solutions. Le capitalisme est un système d’exploitation, mais il repose sur un système de domination qui dépossède les individus de la maîtrise de leur vie et de leur devenir. Le féminisme, l’antiracisme, les luttes sociales, l’écologie ont comme dénominateur commun le refus de toute logique de domination. On ne peut plus hiérarchiser ces combats émancipateurs.

La question du rassemblement de la gauche est également au cœur du débat. Tout en reconnaissant des « fragilités » à la Nupes, vous voulez la consolider en la démocratisant. Comment y parvenir ?

Nathalie Simonnet : La gauche est pluraliste et elle le restera, le respect de chacun est indispensable. Pour rendre possible l’unité d’action, il faut en finir avec les logiques d’hégémonie et de ralliement, qui nous condamnent toujours aux mêmes écueils. Une fois qu’on a dit cela, comment fait-on ? Un levier essentiel consiste à rendre le mouvement populaire acteur des objectifs et des moyens et non pas spectateur de décisions de sommet. Il ne s’agit donc pas de fondre les identités ; au contraire, il s’agit plutôt de générer un bouillonnement d’idées, une mobilisation qui participe à la réappropriation de la politique par le plus grand nombre.

Vous appelez également à une « stratégie claire » pour les prochaines élections. Quelle doit-elle être ? La question de 2027 doit-elle se poser dès maintenant ?

Nathalie Simonnet : L’unité de la gauche comme son projet doivent se construire à chacune de ces échéances, y compris les prochaines européennes, pour faire face à la course de vitesse engagée par l’extrême droite et faire gagner la gauche en 2027. Les élections municipales constitueront un test majeur à un an de l’élection présidentielle. C’est pourquoi nous proposons, dès fin 2023, de désigner des porte-parole communistes dans toutes les communes pour bâtir des projets alternatifs dans les territoires, et de donner la priorité à la conquête d’une majorité législative dès l’automne 2026, afin de ne pas rester prisonnier d’une logique présidentielle qui étouffe le pluralisme et la démocratie.

publié le 12 janvier 2023

 

Comment les salariés peuvent-ils faire reculer le gouvernement ?

Pierre Chaillan sur www.humanite.fr

Retraites. À l’annonce de la réforme, l’ensemble des organisations syndicales et de jeunesse s’unissent et appellent à une journée d’action et de grève le 19 janvier. Les partis politiques de gauche organisent un meeting unitaire le 17 janvier. Quels sont les leviers qui vont permettre au mouvement social de gagner?

Entretient avec :

Catherine Perret, secrétaire confédérale de la CGT

André Chassaigne, président du groupe GDR, député PCF du Puy-de-Dôme

Stéphane Sirot, historien du syndicalisme

Le rapport de forces capital-­travail est-il en train de changer? Fin 2022, de nombreuses mobilisations sur les salaires ont obtenu des résultats importants. À l’heure où l’inflation explose et où la récession frappe à la porte, les classes populaires voient leur niveau de vie régresser et leurs emplois menacés. Dans le même temps, les profits du CAC 40 battent des records, avec plus de 80 milliards de dividendes versés aux actionnaires. La bataille sur les retraites semble maintenant décisive dans cet affrontement de classe. D’après les enquêtes d’opinion, et de manière encore plus marquée chez les salariés, l’opposition est très majoritaire à la réforme Macron-Borne visant à reculer l’âge du départ à la retraite et à allonger la durée de cotisation. Dans ce contexte, le mouvement social s’unit. L’ensemble des organisations syndicales et de jeunesse ont signé une déclaration commune et appellent à une journée interprofessionnelle d’action et de grève le jeudi 19 janvier. Après une première rencontre le 10 janvier, les partis de gauche tiendront un grand meeting unitaire le mardi 17 janvier au gymnase Japy, à Paris. Les formations politiques s’organisent aussi pour avancer des propositions alternatives dans les assemblées élues et pour permettre à cette expression majoritaire de se faire entendre. À l’initiative du PCF, une pétition en faveur d’un référendum pour une autre réforme des retraites circule. Une manifestation se tiendra à Paris le samedi 21 janvier à l’appel de la FI. Toutes ces initiatives vont-elles insuffler une dynamique suffisamment puissante pour faire plier le pouvoir et imposer d’autres choix?

Comment se fait-il que le syndicalisme se rassemble aujourd’hui et soit uni sur ce dossier des retraites alors qu’il n’en a pas toujours été ainsi?

Catherine Perret : Le travail à l’unité des travailleurs autour de l’ensemble des organisations syndicales qui les représentent fait partie de l’ADN de la CGT depuis ses origines. Malgré des différences voire des divergences sur certains sujets importants, la confédération, comme ses organisations, a toujours proposé des intersyndicales sans exclusive. Heureusement d’ailleurs que le syndicalisme reste uni contre la montée de l’extrême droite, arme de division des salariés. Depuis juillet 2022, et pour la première fois depuis 2010, plusieurs rencontres ont débouché sur des communiqués unitaires de toutes les organisations. Toutes ont pris l’engagement de lutter contre la retraite à 64 ans et contre l’accélération de la réforme Touraine, mais aussi pour un autre partage des richesses. C’est cette opposition solide au projet Macron qui nous réunit et débouche sur de premiers appels à la grève interprofessionnelle, telle la journée du 19 janvier. C’est très important d’être ainsi en phase avec les 80 % de citoyens qui partagent notre action. C’est essentiel si on veut gagner, et la CGT comme la CFDT et les autres syndicats veulent mener un mouvement social victorieux.

André Chassaigne : J’ai une conviction: la victoire sur les retraites se gagnera grâce à un front uni et une très large mobilisation autour des organisations syndicales et de jeunesse. Pour nous, parlementaires communistes et ultramarins, le front uni, c’est d’abord savoir parler d’une même voix avec les composantes de la Nupes pour dénoncer le projet funeste du gouvernement. C’est en ce sens que nous organisons un meeting commun au gymnase Japy, à Paris, le mardi 17 janvier pour dire notre opposition unanime à la retraite à 64 ans. Ensuite, pour impulser une large mobilisation, il faut convaincre que la réforme du gouvernement n’est pas une fatalité, que rien ne nous oblige à travailler encore plus longtemps. Soyons très clairs: le gouvernement ment, le régime des retraites n’est pas en danger, l’ambition d’Emmanuel Macron n’est pas de le sauver mais de faire des économies sur le dos des travailleurs et des retraités pour financer de nouveaux cadeaux aux entreprises et pour respecter les engagements du Pacte de stabilité européen. Nous n’inventons rien, le gouvernement l’a écrit en toutes lettres dans le dernier projet de loi de finances et dans le Pacte de stabilité.

Stéphane Sirot : Depuis trente ans, les retraites motivent la majorité des grands mouvements sociaux. Hormis en 2010, ils se sont déroulés sur fond de division syndicale. Le communiqué est clair sur deux points centraux: le rejet du recul de l’âge légal de départ en retraite et d’un nouvel allongement de la durée de cotisation. Rien d’étonnant à ce que la CGT et ses partenaires habituels, à l’origine des précédentes mobilisations, affirment leur opposition. Cela peut sembler différent pour la CFDT. Il y a toutefois des raisons évidentes à son refus du moment. D’abord, le projet gouvernemental qui s’annonce repose sur des bases paramétriques, la dimension systémique, regardée avec intérêt par cette centrale, étant un angle mort. Ensuite, en juin 2022, son congrès a donné mandat à sa direction de repousser les mesures phares voulues par l’Élysée. Enfin, un recul à 64 ans avec l’allongement de la durée de cotisation ramènerait le monde du travail quarante ans en arrière! Y compris symboliquement, une telle régression est inacceptable pour des syndicats qui se respectent. Ce choc a le potentiel de produire un contre-choc, illustré par les études d’opinion. Un mouvement social en sera sûrement le prolongement. Reste à savoir si le front syndical résistera, au cas où le gouvernement brandirait des « contreparties » pour inciter des organisations à se mettre en retrait, ou quand viendra le moment de décider des formes d’action.

Selon les enquêtes d’opinion, une très grande majorité populaire est opposée à un recul de l’âge du départ à la retraite. Comment alors imposer un rapport de forces gagnant?

Catherine Perret : C’est exact, contrairement à la précédente réforme de 2019, où il a fallu mener un gros travail de conviction, aujourd’hui la quasi-totalité des travailleurs sont opposés à la réforme Macron. Cela irrigue toutes les catégories socioprofessionnelles, les générations d’actifs, les secteurs d’activité. Cette unanimité en dit long sur le rapport au travail, dans un pays où les jeunes ne trouvent pas de CDI avant l’âge de 28 ans et où les travailleurs expérimentés sont jetés hors de l’entreprise majoritairement avant 60 ans. C’est pourquoi la CGT propose non seulement de combattre la retraite à 64 ans, mais d’imposer des dispositifs d’amélioration du niveau des pensions, de réduction du temps de travail, des départs anticipés pour les salariés du privé aux travaux pénibles ou subissant des contraintes notamment liées à des missions d’utilité sociale. On gagnera ce conflit majeur en entraînant une majorité de travailleurs et de travailleuses à la fois contre les 65 ans et pour un nouveau projet de société autour du triptyque: « 15-32-60 », lutte pour l’augmentation générale des salaires – 15 euros de l’heure minimum –, 32 heures par semaine et retraite dès 60 ans à taux plein. Cela nécessite de construire un mouvement durable à partir du jeudi 19 janvier par des grèves d’entreprises massives et de généraliser l’arrêt des productions, mais aussi des services, et aussi d’être inventifs comme en 2020 pour nos manifestations de rue.

Stéphane Sirot : Depuis un an, un pic de conflictualité se déploie notamment dans le privé et les entreprises publiques. Ces conflits sont souvent offensifs: ils précèdent ou accompagnent les négociations annuelles obligatoires et revendiquent au-delà des propositions des directions. Leurs résultats sont de surcroît volontiers positifs. Cela produit un effet d’exemplarité et d’entraînement générant une dynamique qui, sans inverser à ce stade le long cycle néolibéral à l’avantage du capital, participe de la construction des bases d’une contre-offensive. À condition que des organisations syndicales la canalisent et l’attisent, et que la critique du capitalisme sous-jacente à ces mouvements trouve un solide prolongement dans les champs politique et institutionnel. Toujours est-il que cette combativité exprime une disponibilité en la matière sur laquelle les syndicats ont tout lieu de s’appuyer dans le cadre d’une contre-réforme des retraites.

André Chassaigne : Le constat est sans appel: les travailleurs qui se mobilisent font la preuve que les lignes du rapport de forces ne sont jamais figées. Il faut aussi insister sur l’injustice de cette réforme qui va frapper très fort et immédiatement, dès l’été prochain, tous ceux qui s’apprêtaient à prendre leur retraite. Pour gagner cette bataille, portons un message d’espoir: notre système de solidarité est viable, nous pouvons même le renforcer pour permettre aux retraités de vivre mieux de leur pension.

Comment faire pour obtenir une victoire salariale?

Stéphane Sirot : Le constat des échecs peut être relativisé: sans rapports de forces, la dégradation des systèmes de retraite se serait faite encore plus dure et plus rapide. Les mobilisations les moins infructueuses ont quelques caractéristiques communes. Menées en dépit des clivages syndicaux, elles ont montré que l’unité est un outil, non une fin en elle-même. Le choix du corpus revendicatif et des modes d’action les plus probants est au moins aussi essentiel. Des grèves reconductibles entravant l’appareil de production, scandées par d’amples manifestations et saupoudrées de pratiques transgressives paraissent ainsi plus efficaces que des journées d’action isolées. D’autres ingrédients sont nécessaires. Celui de l’opinion est là, à faire fructifier par la mise en lumière d’une contre-­logique à la logique libérale, comme l’avait initié la CGT en 2019-2020 avec l’idée d’une contre-conférence de financement des retraites. La capacité syndicale à étendre la conflictualité au-delà de ce qu’il demeure de ses bastions historiques participe aussi des dimensions à vivifier. Le contexte est en outre inflammable. Le pic inflationniste et le rétrécissement des dispositifs dits de « bouclier » sont une source de mécontentements. Et a contrario de précédentes contre-réformes lancées dans les premiers temps de gouvernements confortablement majoritaires, celle-ci émerge sous le second quinquennat d’un Macron usé, à l’autoritarisme exacerbé par ses faiblesses, telle l’absence de majorité parlementaire. S’il est illusoire de faire des pronostics, les syndicats ont des atouts dans leur manche.

Catherine Perret : La CGT considère que les luttes massives de 2019-2020 contre la réforme systémique à points ont permis de faire reculer le gouvernement. Il n’a eu d’ailleurs d’autres choix, après le Covid, que d’enterrer son projet pourtant validé par un 49.3. Les groupes d’opposition parlementaire ont joué aussi un rôle essentiel en déposant des amendements et en faisant vivre les débats à l’Assemblée nationale et au Sénat. C’est d’ailleurs ce soutien que nous attendons à nouveau des groupes politiques de gauche, plus importants aujourd’hui, et surtout de ne pas interférer avec la conduite du mouvement social qui relève des organisations syndicales. Tout mouvement social est vivant, il évolue avec les engagements de la base, avec le pouls de celles et ceux qui luttent, et non avec des incantations de « lider maximo »… Toutes les conditions économiques, sociales et politiques sont réunies pour que la retraite centralise les colères liées aux fins de mois difficiles, aux conditions et sens du travail, aux incertitudes énergétiques et environnementales. Faisons en sorte, tous ensemble, d’aller à la gagne en 2023!

André Chassaigne : Les alternatives sont nombreuses, non seulement pour pérenniser notre système par répartition et ses conquis sociaux, mais aussi pour en gagner de nouveaux. Je pense notamment à un âge de départ ramené à 60 ans, à la nécessité de revaloriser l’ensemble des pensions et de porter notamment la pension minimale à hauteur du Smic, de mettre fin aux écarts criants entre les conditions des femmes et des hommes à la retraite, de prendre en compte à sa juste valeur la pénibilité… Oui, une autre réforme des retraites, humaniste et progressiste, est possible! Pour cela, il faut renforcer le financement par la cotisation en mettant fin, progressivement et sur des critères sélectifs, aux exonérations de cotisations employeur dont l’effet bénéfique sur l’emploi n’est pas démontré. Ces exonérations représentent aujourd’hui près de 80 milliards d’euros. À titre de comparaison, le déficit annoncé pour le régime des retraites est entre 7,5 et 10 milliards en 2027! De meilleures retraites, c’est aussi agir pour une meilleure répartition des richesses en augmentant les salaires et en assujettissant par exemple les revenus financiers des sociétés.

Une très grande majorité populaire est opposée à un recul de l’âge du départ à la retraite. Faut-il, comme vous le proposez, organiser un référendum pour se faire entendre?

André Chassaigne : En effet, l’opposition à la réforme est nette: 80 % des Français la refusent. C’est encore plus net chez les ouvriers (82 %) et chez les employés (90 %). Le gouvernement est inquiet, mais il feint de ne pas s’en préoccuper. Il nous revient à nous, parlementaires, de faire entendre cette voix de la contestation, c’est pourquoi notre groupe a proposé le dépôt d’une motion référendaire qui permettrait de suspendre l’examen du projet de loi pour le soumettre à un référendum. Il ne s’agit pas d’un artifice de procédure, c’est un moyen concret et efficace d’associer le peuple à ce débat et aux bouleversements qu’engendrerait la réforme du gouvernement.

  publié le 5 janvier 2023

Retraites : la bataille
qui peut sauver la gauche

Denis Sieffert  sur www.politis.fr

Le projet du gouvernement de reporter l’âge légal de départ à la retraite ouvre un boulevard à l’opposition de gauche. Même si la vraie question sera celle de la mobilisation populaire.

À quelque chose malheur est bon. Il se pourrait bien que la réforme des retraites permette à la gauche de dépasser ses tourments actuels. Dépasser mais pas oublier, car la question démocratique qui mine depuis si longtemps La France insoumise devra tôt ou tard être réglée.

« Le vote n’est pas l’alpha et l’oméga de la démocratie », avait affirmé Manuel Bompard. Certes, mais c’en est au moins l’alpha. Insuffisant, peut-être, mais indispensable, sûrement. Et l’affaire Quatennens, que le député du Nord a lui-même envenimée par une interview pour le moins déplacée sur BFM, touche à des principes trop graves pour disparaître par amnésie collective.

C’est peu dire que la gauche, à l’aube d’une bataille décisive, est abîmée. Sans même parler du prochain congrès du PS qui risque d’affaiblir Olivier Faure, lequel a fait le choix courageux de la Nupes, ou encore des divergences sur l’opportunité de manifester hors des syndicats.

Malgré ces problèmes, nous voulons croire que la gauche a devant elle une échéance qui devrait lui permettre de reparler haut et clair au pays. Quelle que soit, d’ailleurs, l’issue de la bataille, qu’il serait hasardeux de prédire. À quelques jours de la présentation de la version supposément définitive du projet Macron, le 10 janvier, l’union à gauche paraît sans failles. Et comme le front syndical est également uni, tout est en place.

La vraie question est celle de la mobilisation populaire.

Mais où la bataille va-t-elle se mener ? Ne rêvons pas d’une issue positive à l’Assemblée. On a bien compris que le gouvernement va trouver des appuis à droite, et qu’à défaut, il glissera une partie de son texte dans un projet de loi rectificative de financement de la Sécurité sociale, s’autorisant ainsi à recourir une fois encore au 49.3. Si bien que la vraie question est celle de la mobilisation populaire.

Pour échapper au poison de la résignation, la gauche a deux atouts. Le premier réside dans les maladresses de Macron. Contrairement à ce qui est dit ici et là, le bras tremble. Le président a trop lié son destin à cette réforme. Il en a durci le contenu pour d’inavouables objectifs politiques, avant d’essayer d’en atténuer les effets les plus provocateurs.

Du coup, son texte en a déjà vu de toutes les couleurs. On a l’impression que le gouvernement lui-même ne sait plus où il en est. S’agit-il de « sauver » le système de retraite ou, comme cela est dit une fois sur deux, de renflouer les caisses de l’État ? S’agit-il de repousser l’âge de la retraite à 64 ans, à 65 ans, ou d’augmenter le nombre d’années travaillées ? Ce qui n’est pas la même chose. Et quid de la pénibilité, ce mot que Macron déteste ? Une grande confusion règne dans les hautes sphères du pouvoir. Et peut-être même dans l’esprit du président.

Le deuxième atout réside dans le caractère plus sociétal qu’économique de l’enjeu. Pour la gauche, il s’agira de démontrer qu’il n’y a pas, pour soutenir ce projet, de vérité objective. Il y a un antagonisme social. Deux conceptions s’opposent sur la vie et le monde. Un affrontement presque caricatural entre libéralisme et humanisme. Entre droite et gauche. Et qui renvoie inexorablement à la question du partage des richesses.

Quel que soit l’objectif, il y a d’autres solutions pour renflouer les caisses de l’État, ou sauver un système qui n’est d’ailleurs pas en péril. L’argumentaire comptable, auquel il a été répondu cent fois, est d’ailleurs pétri de contradictions. N’en citons qu’une seule : en repoussant l’âge de la retraite, le gouvernement va augmenter le nombre de ces années durant lesquelles les « seniors » en fin de carrière sont trop souvent privés d’emploi. Il va donc déséquilibrer un peu plus le rapport entre actifs et inactifs. En dix ans, le nombre de « seniors » au RSA a déjà doublé. La réforme va encore accentuer cette tendance.

Nous sommes à la veille d’un débat qui touche à tous les aspects de l’organisation sociale.

Mais c’est ici qu’il faut dire un mot de l’autre réforme, celle de l’assurance-chômage. Les deux font la paire. Si le rêve de la droite s’accomplit, la France aura moins de chômeurs indemnisés, mais plus de pauvres, y compris des « seniors » statistiquement invisibles et contraints à des petits boulots. C’est un puzzle dévastateur qui se met en place. Nous sommes à la veille d’un débat qui touche à tous les aspects de l’organisation sociale, et qui atteint de la façon la plus intrusive nos vies et celles de nos enfants.

L’enjeu pour la gauche sera d’imposer ses thèmes et d’éviter la tarte à la crème d’une réforme qui serait obligatoire du seul fait de l’allongement de la durée de vie.

 

 

Retraites. 
La gauche en meeting
dès le 10 janvier à Paris

Diego Chauvet sur www.humanite.fr

C’est dans la salle Olympe de Gouges dans le 11e arrondissement de la capitale que les partis de la Nupes ouvriront la bataille politique contre le projet de réforme de Macron.

Le 10 janvier à Paris, la gauche tiendra son premier meeting unitaire contre la réforme des retraites. Après une conférence de presse au mois de décembre où elle avait affiché son unité dans sa volonté de faire échouer le projet de réforme d’Emmanuel Macron, cet événement, prévu dans la salle Olympe de Gouges dans le 11ème arrondissement de la capitale, marquera la début de la bataille politique que la Nupes a promis de livrer. Tous les partis membres de la coalition seront au rendez-vous : Marine Tondelier (EELV), Fabien Roussel (PCF), Boris Vallaud (PS), Léa Filoche (Génération.s), Mathilde Panot et François Ruffin (LFI) y prendront la parole aux côtés de salariés et de représentants d’associations et de syndicats.

Pour la gauche, dont certains mouvements traversent des crises comme les insoumis avec l’affaire Quatennens et les critiques sur son fonctionnement interne, ou les écologistes avec l’affaire Bayou au mois de septembre, la bataille contre la réforme des retraites peut être une occasion de reprendre la main, de se poser en alternative crédible au macronisme et à l’extrême-droite. D’autant que 68% des français, selon un sondage IFOP du 4 janvier sont partisans d’un retour à la retraite à 60 ans. Et ils sont, dans tous les cas, très majoritairement opposés à la retraite à 64 ou 65 ans telle que l’envisage le gouvernement.

« Dans les jours prochains, nous serons prêts à nous mobiliser ensemble. Nous pouvons faire reculer le gouvernement comme il a déjà reculé sur l’assurance chômage », assure ainsi le premier secrétaire du PS Olivier Faure, dans un entretien accordé à Libération le 5 janvier. Le député François Ruffin, à l’initiative avec Fakir et Reporterre du meeting du 10 janvier, insiste également de son côté sur l’unité. « Les syndicats montent un front uni, la gauche doit l’être aussi. Faire bloc. Main dans la main. Avec les gens et contre les forces de l’argent. Pas seulement pour « résister », mais pour ranimer une espérance », écrit le parlementaire dans un communiqué ce jeudi.


 

En débat :
la retraite à 60 ans
est-elle possible ?

Aurélie Trouvé et Denis Durand sur www.humanite.fr

À gauche, le PCF et la FI revendiquent une diminution de l’âge de départ et soutiennent que le financement de la retraite n’est pas un obstacle insurmontable


 

La retraite a 60 ans est une nécessité. Une hausse du taux d’emploi des femmes et des seniors permettrait de la financer.

par Aurélie Trouvé, députée FI de Seine-Saint-Denis

La retraite à 60 ans ? C’est possible. Et même nécessaire, si on pense qu’elle « ne doit plus être l’antichambre de la mort, mais une nouvelle étape de la vie » (Ambroize Croizat). Elle donne le droit d’une retraite avant la mort. Quand, parmi les 5 % des hommes les plus pauvres, 25 % sont déjà morts à 62 ans, donc avant l’âge moyen de départ en retraite. Quand la durée moyenne de la retraite est passée de 25,5 ans avant la réforme Sarkozy à 24,5 ans aujourd’hui. Et bien moins parmi les ménages modestes. Elle donne le droit d’une retraite en bonne santé, avant que les corps ne s’épuisent au travail. Et donne le droit de ne pas finir au chômage, en invalidité, coincé dans un sas de précarité et sans emploi, comme une personne sur deux à 61 ans. Elle donne enfin le droit d’un emploi pour les plus jeunes, en partageant mieux le travail entre générations.

Cette perspective d’une vie plus heureuse pour des dizaines de millions de gens, le gouvernement d’Emmanuel Macron en a fait taire tout de suite l’idée, pour tenter d’imposer son contraire : le recul de l’âge de départ en retraite. C’est en effet une pièce maîtresse de son projet de société ultralibéral. Celui-ci s’attaque au cœur de l’État social et des principaux mécanismes de solidarité. Il se doit de maintenir coûte que coûte le niveau des profits du capital au détriment des revenus du travail. Pour ça, rien de plus simple que de transférer des dépenses sociales vers des soutiens aux entreprises. C’est précisément ce qui se joue ici : le gouvernement veut économiser 9 milliards d’euros par an sur les retraites et, dans le même temps, vient de décider de supprimer la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE).

Il suffit pour cela de revenir sur une partie des baisses de cotisations sociales, notamment patronales.

Mais, comme une telle explication est trop impopulaire, le gouvernement brandit un autre argument : le déficit budgétaire des caisses de retraite. Encore fallait-il le fabriquer. C’est pourquoi les cotisations sociales qui alimentent les caisses de retraite ont été diminuées d’année en année. C’est ce qui fait dire au Conseil d’orientation des retraites, le COR, que « l’essentiel du déficit est provoqué par l’évolution des ressources ».

Pour maintenir la retraite à 62 ans et, a fortiori, la rétablir à 60 ans, il suffit donc d’assumer un meilleur partage entre travail et capital et une plus forte proportion de notre richesse consacrée aux retraites (qui est aujourd’hui de 14 %). Ce serait logique, le nombre de retraités au regard du nombre d’actifs ne cesse d’augmenter. Si on veut que le niveau de vie des retraités reste similaire à celui des actifs, il s’agit donc d’aller au-delà des 14 %, quand le gouvernement veut au contraire diminuer cette part. Il suffit pour cela de revenir sur une partie des baisses de cotisations sociales, notamment patronales. L’assiette des cotisations sociales peut être également élargie aux revenus financiers. Il existe aussi d’autres sources budgétaires : par la hausse des salaires et du taux d’emploi, notamment des femmes, qui sont toujours très inférieurs à ceux des hommes ; ou encore en ramenant dans l’emploi 825 000 seniors, comme le défend l’économiste Jean-Hervé Lorenzi. Ce qui dégage d’autant plus de cotisations sociales.

Et évidemment, je ne compte pas tout les bienfaits budgétaires d’un tel retour de la retraite à 60 ans : moins de coûts liés à une mauvaise santé au travail ou au chômage. De même que je ne intègre pas toute la richesse supplémentaire créée par les retraités, mais qui ne compte pas dans le PIB, quand ils s’impliquent dans des associations, dans la culture, quand ils s’occupent de leurs petits-enfants… Oui, vraiment, une autre retraite à 60 ans est possible !


 

Une réorientation des investissements en faveur de l’emploi et des salaires permettrait de financer l’avancement de l’âge de départ.

par Denis Durand, économiste et membre du PCF

Deux tiers de nos concitoyens sont opposés à la réforme des retraites voulue par Emmanuel Macron. Cependant, ils sont au moins aussi nombreux à penser qu’il est impossible de faire autrement. De fait, il est peu réaliste de croire que notre système de retraite pourrait se maintenir en l’état dans une société rongée par le chômage et les mauvais emplois, appauvrie par l’inflation et par l’obsession patronale de la « baisse du coût du travail », disloquée par la casse des services publics, ballottée par la crise de la mondialisation capitaliste. Être réaliste, c’est agir pour être en état de mettre fin à l’enchaînement infernal des réformes successives qui, depuis trente ans, viennent chaque fois dégrader davantage les droits des assurés sociaux et, désormais, le niveau de vie des retraités.

Faire prévaloir de nouveaux critères de gestion dans les entreprises, contre l’obsession de la rentabilité. 

Pour rendre durablement viable un système de retraite fidèle à ses principes fondateurs, autorisant le départ à 60 ans avec 75 % du dernier salaire, etc., il faut des moyens financiers : au moins 100 milliards d’euros par an en plus, 4 % du PIB. Où les trouver ? Tout de suite, un prélèvement sur les revenus financiers des entreprises rapporterait 40 milliards ; ce ne serait qu’une mesure de court terme, puisque les entreprises seraient ainsi incitées à diminuer leurs placements financiers pour réduire le rendement de ce prélèvement. Mais cela donnerait le temps d’amorcer des changements plus fondamentaux dans la gestion des entreprises pour placer le financement de la Sécurité sociale sur des bases saines : la création d’emplois, un accès démultiplié de toutes et tous à la formation pour une nouvelle efficacité économique, sociale et écologique. Y concourrait l’exercice, par les salariés, de nouveaux pouvoirs pour faire prévaloir de nouveaux critères de gestion dans les entreprises, contre l’obsession de la rentabilité capitaliste. Y concourraient également des leviers agissant sur le comportement des entreprises. En particulier dans le cadre d’un relèvement des cotisations sociales patronales, celles-ci seraient modulées à la hausse pour les entreprises dont la masse salariale croîtrait moins vite que la moyenne de leur branche. Une modulation de l’impôt sur les sociétés, la création d’un pôle financier public agissant pour changer les critères des crédits bancaires agiraient dans le même sens.

Au bout de cinq ans, cette nouvelle logique pourrait engendrer 5 millions d’emplois nouveaux, plus de 300 milliards de salaires en plus, et 260 milliards de cotisations sociales supplémentaires : assez pour procurer à toutes et à tous une bonne retraite, tout en réparant le système de santé.

On comprend bien que cela ne peut réussir qu’à l’issue d’un affrontement avec le capital, jusque sur le lieu même de son pouvoir : l’entreprise. L’illusion serait de croire qu’on puisse s’en passer. Le bras de fer commence maintenant, avec le développement d’une puissante mobilisation pour mettre en avant, contre la réforme Macron, l’alternative d’une bonne retraite, possible, efficace.

Version imprimable | Plan du site
© pcf cellule st Georges d'Orques