PROCHAINE REUNION DE L'ASSEMBLEE CITOYENNE LE VENDREDI 26 JANVIER 2018 A FABREGUES A 19 HEURES
PROCHAINE REUNION DE L'ASSEMBLEE CITOYENNE LE VENDREDI 26 JANVIER 2018 A FABREGUES A 19 HEURES

international & outre-mer  depuis juillet 2022

publié le 17 juillet 2022

BRICS, le droit au développement

par Robert Kissous, sur https://www.pcf.fr

Au mois de mai 2022 s’est tenue une réunion importante des ministres des Affaires étrangères des BRICS, plateforme qui regroupe cinq pays : Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud. Sur le plan mondial ils représentent 40 % de la population, 25 % du PIB, 18 % du commerce, et 50 % de la croissance économique, le cœur du développement mondial.

Prenant acte des profonds changements intervenus au plan international - fracturation du marché mondial, entraves au développement et aux échanges internationaux – ils se fixaient des objectifs communs et notamment :

  • Accueillir de nouveau membres. Conformément au principe de non-ingérence dans la politique intérieure d’un État, l’élargissement n’est nullement fonction d’affinités politiques et encore moins idéologiques. Les BRICS veulent incorporer en premier les pays émergents les plus influents afin de mieux défendre les questions centrales des pays du Sud : développement, coopération et pour une gouvernance mondiale multipolaire. Contrairement aux États-Unis et le bloc occidental qui multiplient sanctions, directes et indirectes, et boycott pour imposer leur hégémonie quitte à déstabiliser l’économie mondiale pour former des blocs politico-militaires.

  • Réduire la dépendance au système financier dominé par les États-Unis (dollar, SWIFT), développer un système de règlements en monnaies nationales. En outre le dollar, monnaie internationale de réserve et de règlements est d’abord une monnaie nationale gérée en fonction des intérêts des États-Unis. Interdiction d’utiliser le dollar dans les transactions avec les entités sanctionnées. Les pays endettés du Sud sont en difficulté avec la hausse des taux de la Fed. La confiance dans le dollar, outil de domination et non de développement, est ébranlée. Détenir des actifs en dollars est risqué en cas d’opposition avec les États-Unis : 7 milliards volés à l’Afghanistan, gel d’actifs de 300 milliards de dollars de la Russie.

Le 23 juin 2022 s’ouvrait à Pékin le 14e sommet annuel des BRICS. Les travaux prolongent les objectifs abordés en mai. Le média chinois Global Times en présentait les enjeux ; « un système de gouvernance mondiale égalitaire au lieu de celui dominé par l'hégémonie des États-Unis, une nouvelle approche de la réforme financière visant à mettre la finance au service de l'entité économique au lieu de l'utiliser comme une arme, et la réparation de la chaîne d'approvisionnement mondiale mise à mal par les États-Unis qui ont vanté le découplage ».

Le lendemain une vingtaine de pays étaient invités à participer à un « dialogue de haut niveau sur le développement global » : Algérie, Argentine, Égypte, Indonésie, Kazakhstan, Nigeria, Émirats arabes unis, Arabie saoudite, Sénégal, Thaïlande, Iran, Ouzbékistan...

L’Iran et l’Argentine ont demandé à adhérer aux BRICS, d’autres pays suivront.

Assiste-t-on à travers cette mobilisation à l’émergence d’un nouveau pays hégémonique ?

D’abord il n’y a pas un leader incontesté chez les BRICS comme le sont les États-Unis. On voit mal l’Inde ou la Russie se soumettre au leadership chinois bien qu’il s’agisse de la seconde puissance économique mondiale et bientôt la première. Les circonstances historiques qui ont produit l’hégémonie US ne sont pas reproductibles. A la sortie de la deuxième guerre mondiale les États-Unis étaient la première puissance économique, financière, militaire, culturelle… Ils contrôlaient les institutions financières et internationales. Intervenant partout dans le monde ils « protégeaient » les régimes qui se soumettaient et s’attaquaient aux autres. Après l’effondrement de l’URSS l’hégémonie des États-Unis s’est renforcée. C’était disait-on la fin de l’Histoire. Mais les échecs militaires se succédèrent. Les sanctions directes ou secondaires, l’application de la réglementation extraterritoriale des États-Unis, ne purent faire plier ni Cuba, ni l’Iran, ni le Venezuela…

Le déclin relatif des États-Unis n’est pas le produit de la seule montée de la Chine. On voit bien l’échec de l’alliance contre la Russie sur les plans militaire, économique ou diplomatique.

En outre les BRICS ne constituent pas une alliance militaire et ne cherchent ni ne peuvent l’être.

En mars 2022, Joe Biden s’exprimait dans un discours devant un parterre d’oligarques étasuniens :

« Je pense que cela [la situation en Ukraine] nous offre des opportunités significatives pour apporter de vrais changements. …- il va y avoir un nouvel ordre mondial, et nous devons le diriger. Et nous devons unir le reste du monde libre pour le faire. »1

Ne sous-estimons pas le danger représenté par les États-Unis, rentiers et parasitaires, ni l’acharnement, voué à l’échec, à maintenir leur hégémonie.

Robert Kissous,

publié le 10 juillet 2022

Dans les outre-mer, les choix de Macron attisent la colère et l’inquiétude

Ellen Salvi sur www.mediapart.fr

En plaçant les territoires ultramarins sous la tutelle du ministère de l’intérieur et en chargeant des personnalités clivantes de s’en occuper, le président de la République a consterné bon nombre d’élus et de hauts fonctionnaires. Des Antilles à la Nouvelle-Calédonie, la situation est aujourd’hui critique. Et la rupture bientôt consommée.

Quelques mots, une poignée de promesses et de grandes généralités. Le passage de la déclaration de politique générale d’Élisabeth Borne consacré aux outre-mer n’aura pas suffi à rassurer les ultramarins, dont le niveau de défiance à l’égard du pouvoir exécutif et de la politique d’Emmanuel Macron est désormais abyssal. « Pour le moment, on reste sur notre faim », résume auprès de Mediapart Justin Daniel, professeur de sciences politiques de l’université des Antilles (UA).

Dans son discours du mercredi 6 juillet, la cheffe du gouvernement a rappelé les « doutes », les « craintes » et les « colères » qui se sont exprimées ces derniers mois dans le bassin océanique, mais aussi à la Réunion et à Mayotte, où Marine Le Pen a tutoyé les nuages des suffrages exprimés au second tour de l’élection présidentielle. « Je demande à tout mon gouvernement la plus grande attention pour les territoires ultramarins », a insisté la première ministre devant la représentation nationale.

Cette déclaration d’intention n’a pas convaincu les député·es des territoires concernés, déjà refroidis par la nouvelle architecture gouvernementale proposée deux jours plus tôt. « C’était un discours assez écologique parce qu’à l’image des éoliennes, ça a brassé beaucoup d’air, a ironisé le député réunionnais de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes) Frédéric Maillot, regrettant, à l’instar de plusieurs de ses collègues, « le manque de considération » de l’exécutif pour les outre-mer.

En rattachant ces derniers au ministère de l’intérieur, comme l’avaient fait Nicolas Sarkozy et d’autres avant lui, Emmanuel Macron a suscité de vive critiques parmi les élu·es ultramarin·es. « Retour en arrière historique pour les outre-mer : plus de ministère de plein exercice mais sous la houlette du ministre de l’intérieur… quel message envoie-t-on aux ultramarins ? Prière de ne pas déranger ? Le mépris continue… », a réagi Karine Lebon, elle aussi députée Nupes de la Réunion.

Le sénateur socialiste de Guadeloupe Victorin Lurel, ancien ministre des outre-mer (2012-2014) sous le quinquennat de François Hollande, a également dénoncé « un recul évident », qu’il apparente à « une punition électorale ». « Depuis Nicolas Sarkozy, on n’avait plus fait ça. Ainsi, on revient au statu quo ante, avec probablement une sorte de mépris affiché. Je le dis très clairement, c’est un mauvais signal qui nous est envoyé », a-t-il indiqué dans les colonnes de France Info.

Un attelage gouvernemental incohérent

Deux mois après avoir conforté un ministère de plein exercice – rapidement abandonné par Yaël Braun-Pivet pour le perchoir de l’Assemblée nationale –, le président de la République a donc choisi de revenir dix ans en arrière, en confiant ce portefeuille clé à Gérald Darmanin. Celui-ci est aujourd’hui épaulé par deux ministres délégués – Jean-François Carenco (outre-mer) et Caroline Cayeux (collectivités territoriales) – et une secrétaire d’État – Sonia Backès (citoyenneté).

Pour des raisons évidemment très différentes d’un territoire à l’autre, cet attelage gouvernemental a consterné bon nombre de personnes, y compris dans l’appareil d’État, où plusieurs interlocuteurs soulignent auprès de Mediapart l’« incohérence » de ces nominations. En Nouvelle-Calédonie, par exemple, l’entrée au gouvernement de Sonia Backès, figure de la droite extrême et présidente – qui entend le rester – de la Province Sud de l’archipel, a soulevé de nombreuses questions.

« Participera-t-elle aux discussions locales sur le projet d’avenir pour la Nouvelle-Calédonie, soumis éventuellement à une consultation locale, selon le processus initié par Sébastien Lecornu [ancien ministre des outre-mer – ndlr], en tant que présidente de la Province Sud, dans le camp “loyaliste” ou aux côtés du ministre délégué aux outre-mer comme représentante de l’État ? Les deux “en même temps”, ce ne sera pas possible », a noté sur sa page Facebook le haut fonctionnaire Alain Christnacht, l’un des artisans des accords de Matignon-Oudinot (1988) et de Nouméa (1998).

La nouvelle secrétaire d’État chargée de la citoyenneté avait refusé de choisir entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen au second tour de la présidentielle de 2017.

Après un premier déplacement à la Réunion vendredi 8 juillet, Gérald Darmanin a annoncé qu’il se rendrait en Nouvelle-Calédonie à la fin du mois, avec Jean-François Carenco. Dans l’archipel du Pacifique, la situation politique est à l’arrêt depuis la tenue, le 12 décembre 2021, du troisième référendum d’autodétermination, maintenu par Emmanuel Macron malgré le boycott des indépendantistes. « Il faut savoir ce qu’on en tire comme conclusion après ce troisième référendum », a souligné le ministre de l’intérieur et des outre-mer sur BFMTV.

Mais avant même qu’un semblant de discussion sur l’avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie ne puisse reprendre, la nomination de la loyaliste Sonia Backès est venue ajouter du désordre à la confusion. « On finit par oublier que l’on doit être fier d’avoir une Calédonienne là-bas, mais parce que ça intervient à un moment de l’histoire où l’on a besoin de clarté et forcément, ça pose un problème », a affirmé Louis Mapou, premier indépendantiste kanak à avoir accédé, en 2021, au poste de président du gouvernement collégial de l’archipel.

Celle qui avait refusé de choisir entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen au second tour de la présidentielle de 2017 a construit sa vie politique en s’opposant à l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie. « Moi je n’ai colonisé personne, mes parents n’ont colonisé personne ! », s’était-elle emportée au début de sa carrière, au mépris de l’histoire de l’archipel. Depuis plusieurs mois, elle milite aussi pour « revenir sur le gel du corps électoral », maintenant que l’accord de Nouméa est arrivé à son terme.

Aussi technique qu’elle puisse paraître, cette question est fondamentale pour les indépendantistes. Elle constitue même la pierre angulaire du processus de décolonisation engagé il y a 30 ans sous l’égide de Michel Rocard. La remise en cause du corps électoral constitue, aux yeux du Front de libération nationale kanak et socialiste (FLNKS), une dénaturation des accords qui ont permis de ramener la paix dans l’archipel, après des années de quasi-guerre civile. Or, à la place qui est désormais la sienne, nul ne sait si Sonia Backès aura la main sur cet épineux sujet.

Dans un tout autre registre, le nouveau ministre délégué des outre-mer, Jean-François Carenco, ancien secrétaire général du Haut-Commissariat de Nouvelle-Calédonie (1990-1991), est réputé pour avoir noué, à cette époque, des contacts cordiaux avec les indépendantistes, parfois rugueux avec les loyalistes. « Backès et Carenco incarnent deux idéologies antagonistes », souligne un connaisseur du dossier, qui voit une forme de « machiavélisme » derrière le choix de ce duo. « Il fallait avoir l’idée... »

Ancien préfet de Saint-Pierre-et-Miquelon (1996-1997), puis de la Guadeloupe (1999-2002), Jean-François Carenco est très connu au sein de la haute fonction publique, où d’aucuns émettent de profondes réserves quant à sa personnalité. Sa nomination, annoncée quasiment à chaque remaniement, a toutefois été saluée par les élus antillais, la fédération guadeloupéenne du Parti socialiste (PS) évoquant même un « haut fonctionnaire de qualité, réputé bon connaisseur de nos territoires ».

La seule réponse de l’État, c’est la répression.

Élie Domota, porte-parole du LKP

Parmi les personnes interrogées par Mediapart, tout le monde n’a pas la même lecture de la mise sous tutelle du nouveau ministre délégué des outre-mer. Si certains, notamment dans l’appareil d’État, y voient une façon de « cadrer » l’ancien préfet, d’autres perçoivent un message beaucoup plus politique derrière le retour de Beauvau – et de son aspect sécuritaire – dans les affaires ultramarines. « Ça confirme que la Guadeloupe est une colonie », estime notamment Élie Domota.

Le porte-parole du LKP, Liyannaj Kont Pwofitasyon (« Collectif contre l’exploitation »), au cœur de la poussée contestataire qui a saisi les Antilles en 2021, rappelle que Gérald Darmanin est aussi celui qui avait annoncé, fin novembre de la même année, l’envoi dans l’île des forces d’élite du GIGN et du RAID. « Nous sommes mobilisés depuis le 17 juillet 2021, mais personne ne nous répond, personne ne nous reçoit, dit le syndicaliste à Mediapart. La seule réponse de l’État, c’est la répression. »

Pour Justin Daniel, « le profil du ministre de l’intérieur suscite en effet bien des inquiétudes ». « Il y a une émotion, compte tenu de la situation actuelle qui reste extrêmement tendue dans certains territoires, souligne le professeur de sciences politiques, également président du Conseil économique, social, environnemental, de la culture et de l’éducation de Martinique (Césécem). Aux Antilles, on a eu l’impression de revivre le système de répression qu’on avait connu avant les années 1980. »

Le spectre de l’extrême droite

S’il comprend que cette mise sous tutelle des outre-mer « puisse passer, localement, comme une forme de recolonisation », Justin Daniel rappelle que le ministère de la rue Oudinot a connu « plusieurs statuts » sous la Ve République, qui n’ont jamais réellement changé la donne. « Tout ça n’a qu’une valeur symbolique. Ce qui compte, c’est le poids du ministère des outre-mer dans le concert gouvernemental. Or, il a toujours été assez faible… », dit-il, pointant l’indifférence de Bercy aux enjeux ultramarins.

« Ce qu’ont souhaité le président et la première ministre, c’est d’avoir un poids extrêmement fort face à Bercy, face aux difficultés interministérielles notamment », avait d’ailleurs glissé Gérald Darmanin, au moment de sa prise de fonctions. Avant d’ajouter, le lendemain, sur BFMTV : « Ce qui est sûr, c’est qu’il ne faut pas voir désormais le ministère de l’intérieur comme celui de la sécurité, c’est le ministère de la protection des Français au sens large. »

Mais au-delà de son poids au gouvernement, de sa proximité avec Emmanuel Macron et de son éventuelle faculté à peser sur les futurs arbitrages, rien, dans l’action de Gérald Darmanin, n’est de nature à rassurer les ultramarins. Ni sa vision de la gestion de l’ordre – le fiasco du Stade de France revient dans tous les échanges –, ni le pas de deux qu’il a entrepris, sous le précédent quinquennat, avec l’extrême droite, allant même jusqu’à juger Marine Le Pen « trop molle ».

Le sujet est de taille puisque derrière les différentes revendications sociales, économiques, institutionnelles ou encore écologiques qui traversent les outre-mer – chacun, bien sûr, avec ses spécificités –, perce un seul et même danger politique. Car si le succès qu’a enregistré dans ces territoires la candidate du Rassemblement national (RN) au second tour de la présidentielle est d’abord l’expression d’« un rejet massif du président de la République et de sa façon de gérer les enjeux locaux, il y a aussi une part d’adhésion », note Justin Daniel.

« En Martinique, je vois fleurir sur les murs des slogans extrêmement effrayants comme “Les Haïtiens dehors”, ajoute le professeur de sciences politiques. Il y a un risque d’enracinement dans les esprits si on ne réagit pas rapidement. » Pour lui, la situation dans les Antilles, où « l’État est perçu comme un corps étranger qui n’est pas planté dans le réel », en dit long sur le pouvoir macroniste au sens large. Un pouvoir qui conserve « une posture très verticale », tout en multipliant les signes de faiblesse.

 publié le 6 juillet 2022

L’Espagne consolide son économie en s’attaquant à la précarité

Clotilde Mathieu sur www.humanite.fr

Votée cet hiver, la réforme du marché du travail fait la promotion des contrats à durée indéterminée, tout en sanctionnant le recours accru aux contrats temporaires. Un prolongement des mesures lancées en 2018 qui porte ses premiers fruits.

Lutte contre la précarité, inversion de la hiérarchie des normes, revalorisation sans précédent du salaire minimum : les réformes mises en place depuis 2018 en Espagne par la coalition de gauche, fruit de l’union du Parti socialiste (PSOE) et d’Unidas Podemos mais aussi d’une négociation de plus d’un an entre syndicats et patronat, commencent à produire leurs effets. En mai, le pays comptait moins de 3 millions de chômeurs, ou plus exactement 2,92 millions, selon les chiffres du ministère du Travail. Du jamais-vu depuis la crise financière de 2008.

Sur un an, le nombre de privés d’emploi a même chuté de 22,7 % (– 858 259). Et ce du fait des créations de postes, particulièrement en contrat à durée indéterminée : + 730 427 CDI, soit le chiffre mensuel le plus élevé jamais enregistré. Car, rappelons-le, l’Espagne était en Europe un des pays où l’emploi était le plus précaire, avec des contrats à la tâche. En faisant le choix de promouvoir les CDI au détriment des contrats de courte durée, l’Espagne « change de paradigme », fait remarquer la ministre du Travail communiste, Yolanda Diaz. Désormais, sur les emplois créés, près d’un nouveau contrat sur deux est signé à durée indéterminée (44,5 %) au lieu d’un sur dix seulement avant la réforme (10,3 %). La vague d’embauches emporte tous les secteurs d’activité. Et, même chez les moins de 30 ans, le nombre de CDI a augmenté de plus de 20 % en comparaison avec 2019.

Une hausse significative des salaires

Des chiffres encourageants qui laissent apparaître les premiers effets d’une réforme du travail historique, votée en début d’année. Dans le détail, pour limiter la précarité, le CDD est désormais limité à 18 mois sur une période de 24 mois, lequel, à l’issue de la période, est transformé en CDI. Si le CDD dure moins d’un mois, l’employeur sera lourdement taxé.

« Même si on manque de recul, cette réforme semble modifier profondément les pratiques d’embauche sans toutefois se faire au détriment des créations d’emplois », pointe l’économiste de l’OFCE ­Christine Rifflart. Pour rappel, l’Espagne est l’un des pays européens où la précarité a été poussée au maximum. Cette réforme du travail issue d’un accord entre les syndicats et le patronat espagnols montre que la dérégulation des institutions du marché du travail n’apporte pas les effets voulus. Pour assurer une stabilité économique, Madrid s’est doté d’un cadre protecteur digne d’un pays qui « cherche à se développer », résume-t-elle.

À cela s’ajoute une hausse des salaires. L’économiste cite notamment la hausse du salaire minimum, qui a été augmenté quatre fois depuis 2019, de plus de 50 %. Avec 1 167 euros brut par mois, l’Espagne est désormais le septième pays de l’Union européenne où le salaire minimum est le plus élevé. Avant les interventions du gouvernement de Pedro Sanchez, celui-ci s’établissait à 735 euros, soit grosso modo le niveau du salaire minimum portugais, qui atteint les 705 euros. L’économiste voit s’esquisser « une certaine dynamique dans les négociations salariales en comparaison avec les douze dernières années ». D’autant que la réforme du travail prévoit la prévalence de l’accord de branche sur l’accord d’entreprise, sauf si ce dernier est plus favorable. Des accords qui devront s’appliquer aux sous-traitants. Ce qui devrait tirer l’ensemble des salaires vers le haut.

La reprise du secteur touristique

Ce modèle social n’a pas pénalisé les investissements des entreprises, qui demeurent « très dynamiques », note cette spécialiste de l’économie espagnole, stimulés en partie via les 140 milliards d’euros du plan de relance européen.

Reste que les mesures mises en place du fait de l’envolée des prix (+ 8,4 %), notamment de l’énergie, n’ont pas permis de redonner confiance aux ménages espagnols. Résultat : dans une économie où la consommation intérieure reste un des principaux moteurs, celle-ci est malheureusement totalement « atone », constate Christine Rifflart. « La consommation n’est pas revenue à son niveau d’avant la crise, elle est restée assez faible, plus faible qu’attendu malgré le rebond de croissance l’an dernier. » Selon une première estimation publiée par l’Institut national des statistiques (INE), le PIB espagnol a progressé de 0,3 % seulement sur les trois premiers mois de l’année. Pour cette année, le gouvernement a révisé à la baisse, à 4,3 %, sa prévision de croissance pour 2022, contre 5,1 % l’an dernier après une chute de 10,8 % en 2020.

L’économiste de l’OFCE espère que ces mesures sociales provoqueront un choc de demande, lequel, avec la reprise du secteur du tourisme, pourrait « consolider » une dynamique de croissance. Pour passer la vague inflationniste, le gouvernement a approuvé une batterie de mesures visant à freiner les conséquences de la guerre en Ukraine sur l’économie du pays pour un montant de 16 milliards d’euros : 6 milliards d’aides directes et 10 milliards de crédits garantis par l’État.

140 milliards d’euros pour moderniser le tissu productif

C’est l’un des grands gagnants du plan de relance européen, doté d’un budget de 700 milliards d’euros. En empochant près de 70 milliards d’euros de subventions, auxquels s’ajoute un autre volet potentiel de 70 milliards sous forme de prêts, le pays se lance dans un vaste plan d’investissements privés comme publics pour assurer la transition énergétique et numérique. Objectif : transformer son économie afin qu’elle ne soit plus entièrement dépendante des secteurs des services, du tourisme. Pendant la pandémie, l’économie espagnole s’est effondrée et de nombreuses capacités de production ont été menacées. La transition écologique captera 39 % des investissements, le numérique 29 %, et les projets pour l’éducation et la formation 10,5 %.

 

 

 

Un chômage qui baisse, des CDI en hausse : quand une « loi Travail » de gauche commence à changer la vie

par Alban Elkaïm sur https://basta.media/

La réforme du droit du travail en Espagne, menée par une ministre de la gauche radicale, montre déjà des résultats dans la lutte contre la précarité qui mine le pays depuis la crise financière. Sans pour autant faire de miracles.

« Beaucoup de jeunes, ici, se sont brisé les reins à travailler pendant leurs études. Même comme ça, ils n’ont pu décrocher à la sortie que des contrats de dix heures par semaine pour 600 euros par mois. Mais aujourd’hui, dix ans après avoir commencé ma vie professionnelle, j’ai enfin un contrat fixe, à temps plein. C’est grâce à la politique menée depuis le Parlement ! » Neiva Sánchez est une jeune militante du parti de gauche radicale Podemos. Depuis la scène d’un meeting de fin de campagne pour les élections régionales d’Andalousie du 19 juin dernier, elle pointe le doigt vers la « guest-star » de l’événement.

Yolanda Díaz, ministre du Travail du gouvernement espagnol et accoucheuse de la toute dernière réforme du droit du travail, est discrètement assise au deuxième plan. Dans les gradins, les applaudissements fusent, sous la chaleur de plomb. Neiva Sánchez fait référence à la loi clé du gouvernement espagnol de coalition des gauche : une réforme du droit du travail entrée en application depuis trois mois et qui commence à montrer ses premiers effets.

Depuis des années, l’Espagne est malade de sa précarité. En 2018, plus d’un quart des salariés (26,8 %) travaillaient sous contrats précaires. Le taux le plus élevé de l’Union européenne à l’époque, selon un rapport du groupe bancaire espagnol BBVA. Le chômage vient à peine de repasser sous la barre de 15 %, après avoir atteint près de 27 % à l’issue du choc financier de 2008. Un tiers des moins de 25 ans étaient au chômage en 2018 ; dans les pires moments de la crise économique espagnole, un jeune sur deux était sans emploi. Au moindre vent contraire, les personnes en contrats précaires sont les premières à perdre leur poste.

« Cette situation provoque une incertitude qui entrave les perspectives d’avenir, surtout chez les jeunes. Étant en position de faiblesse sur le marché du travail, les précaires ne bénéficient pas des armes nécessaires pour négocier, explique Inmaculada Cebrián, économiste spécialiste du marché du travail et professeur à l’université d’Alcalá, près de Madrid. Les femmes sont particulièrement affaiblies, car elles occupent plus souvent des emplois précaires. Les personnes peu qualifiées aussi. » C’est le facteur principal qui explique que les Espagnols restent chez leurs parents jusqu’à près de 30 ans en moyenne (contre 23,6 ans en France en moyenne).

Premier CDI à 32 ans

La dernière réforme du droit du travail espagnole cherche à réduire la précarité, à redonner du pouvoir de négociation aux salariés et à mettre en place des instruments de « flexibilité interne », qui évitent que les entreprises ne licencient trop en cas de difficultés. Cette « loi travail » modifie les règles de l’embauche pour limiter le recours aux contrats courts. Elle redéfinit les modalités du dialogue social, qu’une réforme de 2012 avait rendues moins favorables aux salariés. Elle inscrit aussi dans le marbre des mécanismes, dont le chômage partiel permettant d’éviter les licenciements massifs en cas de choc économique.

L’objectif est avant tout de lutter contre les contrats précaires. « Je suis entrée dans mon entreprise avec un contrat fixe, en février. Cela n’avait plus de sens pour la direction de me proposer un contrat précaire qui ne serait plus légal passé le 30 mars », témoigne María, qui travaille aujourd’hui à Madrid au service ressources humaines d’une multinationale européenne. Entré en vigueur le dernier jour de 2021, le décret qui met en œuvre la réforme laissait trois à six mois aux employeurs pour se mettre en conformité.

À 32 ans, c’est la première fois que María décroche un emploi stable. Arrivée dans la capitale en 2018, elle a commencé par un stage d’un an dans la même entreprise. Puis elle a enchaîné en remplacement d’un congé maternité, dont la fin a coïncidé avec le début du confinement, en 2020. Elle a alors vécu neuf mois de recherche d’emploi, en pleine pandémie, dont seuls les six premiers mois étaient couverts par des indemnités chômage. « En janvier 2021, j’ai repris un job, mais très précaire. Chaque contrat durait un mois, à l’issue duquel ils me renouvelaient », rapporte la trentenaire. Elle a vite abandonné cet employeur quand un autre lui a proposé un contrat de six mois, que l’entreprise a renouvelé une fois. Puis, début 2022, María présente sa candidature à un poste de RH dans l’entreprise de ses débuts. « Quand j’ai postulé, l’offre indiquait que le contrat était à durée déterminée. » La bonne surprise tombe au moment de signer, une fois la réforme du droit du travail adoptée.

« La réforme du travail fonctionne. Elle est en train de changer le paradigme »

Près de 2,5 millions de contrats à durée indéterminée ont été signés durant les six premiers mois de 2022. Ce qui est plus du triple du nombre de CDI signés à la même période en 2021. « La réforme du travail fonctionne. Elle est en train de changer le paradigme. La précarité n’était pas une malédiction divine », exultait Yolanda Díaz, ministre du Travail et cheffe d’orchestre de ce virage législatif, lors d’une rencontre organisée par le média de gauche El Diario.es, en mai dernier. En juin, « les signatures de contrats à durée indéterminée atteignent leur maximum historique, avec un total de 783 595 », met en avant le ministère dont elle est à la tête dans son communiqué mensuel de juin. Le nombre de contrats précaires, lui, a diminué de 12 % entre janvier et mai 2022. Et ce alors que le chômage atteint son niveau le plus bas depuis 2008. L’inverse de la tendance des dernières décennies.

La « loi Travail » espagnole est l’aboutissement d’une des promesses phare du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), reprise par le reste de la gauche, qui dirige le pays depuis 2018 avec le socialiste Pedro Sánchez à sa tête. Dans leurs programmes respectifs pour les élections générales de 2019, le PSOE et la formation de gauche radicale Unidas Podemos appelaient à « abroger la réforme du travail de droite adoptée par le PP (Parti populaire) ». Approuvée en 2012 en pleine crise économique, cette dernière était accusée d’ « établir un modèle d’emploi précaire avec de bas salaires et un système de dialogue social sans équilibre de pouvoir entre travailleurs et entrepreneurs », critiquait le PSOE.

Pour la droite, cette réforme était une loi phare de son passage au pouvoir, entre 2012 et 2018. Elle devait sortir le pays de la tourmente économique. « Il y avait alors l’idée que si l’on n’obligeait pas les entreprises à employer moyennant des contrats trop contraignants, il y aurait plus d’embauche  », explique Jaime Ferri Durá, professeur de sciences politiques à l’université Complutense de Madrid.

Depuis la crise de 2008, la génération « perdue » de la jeunesse espagnole

En 2018, l’économie espagnole reprend des couleurs. Mais elle s’est reconstruite sur un modèle qui offre une grande flexibilité aux entreprises, moyennant une forte précarité pour les travailleuses et travailleurs. Particulièrement pour les jeunes, dont une partie accumule les diplômes mais peine à trouver sa place dans le monde du travail, enchaînant stages et contrats courts dans des domaines parfois très éloignés de leur formation initiale. Comme María, titulaire d’une licence de psychologie, d’un master de psychothérapie relationnelle et d’un master de business management. Durant la crise, on les appelait la « génération perdue ».

Dans ce contexte, la promesse de la gauche prend le contrepied de l’action du Parti populaire durant ses six années de règne. Dans l’accord qui scelle la coalition entre le Parti socialiste et la formation de gauche radicale Unidas Podemos, signé fin 2019, le virage proposé sur le droit du travail couvre en réalité un champ bien plus large. « Abroger la réforme » n’est qu’un des 16 engagements en la matière.

« Comme toujours dans les coalitions, il y a aussi une compétition entre les partenaires de l’alliance gouvernementale, rappelle le professeur de sciences politiques. Les uns prétendent être plus à gauche, les autres plus modérés. » La ministre du Travail Yolanda Díaz représente Unidas Podemos, formation qui agglutine les forces politiques à la gauche du PSOE autour du jeune parti Podemos. « Cette réforme était sa mission au sein du gouvernement. Et ça lui a réussi. Díaz en tire un capital qui renforce sa position, et sur lequel elle s’appuie », poursuit Jaime Ferri Durá. Responsable politique la plus appréciée du pays, la ministre du Travail cherche aujourd’hui à reconstruire un mouvement autour d’elle en vue des élections générales de l’année prochaine. Une gageure, car les effets de cette loi Travail « progressiste » ne sont, pour l’instant, pas traduit politiquement : la gauche a perdu les élections régionales d’Andalousie du 19 juin, face à la droite du Parti populaire.

« La précarité reste élevée en Espagne »

Au-delà des effets d’annonces, que vaut cette réforme ? « Un contrat sur neuf était un CDI avant la réforme. C’est plus de 40 % aujourd’hui », répond Mari Cruz Vicente, secrétaire générale à la Confédération ouvrière espagnole (CCOO). Le chiffre est même monté à plus de 44 % en juin. « Sans aucun doute possible, la réforme a fait augmenter l’emploi à durée indéterminée , assure l’économiste Inmaculada Cebrían. Mais la précarité reste élevée en Espagne, quel que soit le type de contrat signé. Même les postes à durée indéterminée ont tendance à durer moins qu’on ne pourrait l’espérer. Et par le passé, les modifications du droit du travail ont souvent provoqué des effets indésirables », ajoute-t-elle.

Aujourd’hui, ce sont les contrats « fixes discontinus » qui focalisent l’attention. Ces CDI organisent une relation durable entre un travailleur et son employeur pour des activités saisonnières par nature, comme les récoltes. « La dernière réforme modifie la “saisonnalité“ des emplois, qui empêchait par exemple d’employer des professeurs avec ces contrats fixes discontinus pour ne pas avoir à les rémunérer durant les vacances », explique Inmaculada Cebrían. Cette pratique est aujourd’hui devenue possible. Le recours à cet instrument des « contrats fixes discontinus », qui sont inclus dans le décompte des emplois en CDI , a explosé. « Le temps partiel augmente fortement aussi. Particulièrement chez les femmes », souligne encore l’économiste.

Les organisations patronales « pas disposées à aller plus loin »

« La loi a été un peu moins loin que ce que le ministère du Travail aurait voulu, ajoute le politologue Jaime Ferri Durá. Le gouvernement promettait un texte forgé par le dialogue social, incluant syndicats et organisations patronales. Ça a été un succès de réussir à garder les organisations patronales à la table des négociations jusqu’au bout. Mais elles n’étaient pas disposées à aller plus loin dans la loi. »

« On doit toujours laisser certaines questions de côté parce qu’elles génèrent trop de conflits, dit aussi Mari Cruz Vicente, de la Confédération ouvrière espagnole, qui a participé aux négociations du début à la fin.  Il fallait concrétiser. Sinon, on serait arrivé à la fin de la législature sans rien de concret. » Ce qui a été possible avec un « gouvernement progressiste » ne l’aurait pas forcément été avec un exécutif de droite, insiste la syndicaliste.

Derrière les chiffres, ce sont des vies qui changent. « Cela m’a apporté la stabilité, professionnelle, mentale, de vie », énumère María en parlant de son premier CDI obtenu à 32 ans. À la fin de sa période d’essai, elle et son mari comptent concrétiser un projet qu’ils caressent depuis un moment déjà. Devenir parents.

 publié le 5 juillet 2022

Avortement :
aux États-Unis,
un mouvement social
vent debout,
mais déboussolé

Anaïs Sidhoum sur https://rapportsdeforce.fr/

La décision de la Cour Suprême vendredi dernier a déclenché une véritable mobilisation générale en faveur de l’avortement à travers tout le pays. En témoignent les très nombreuses manifestations qui s’enchaînent depuis une semaine, dans les grandes villes où les manifestants se comptent par milliers jusque dans des communes plus modestes au coeur des états les plus conservateurs. Mais si l’énergie est là, le mouvement social se questionne sur ses stratégies et tactiques, encore sonné par le choc et confronté à l’urgence de venir en aide aux millions de femmes qui vivent d’ores et déjà dans un état où l’avortement est illégal.

 En plus de descendre dans la rue, l’une des premières réactions des Américains indignés par la décision de la Cour a été de contribuer massivement aux fonds qui permettent aux militantes de terrain d’aider les femmes à payer l’intervention médicale et les frais de déplacement vers les états aux dispositions légales protectrices, où de nombreuses personnes se sont préparées à accueillir ces réfugiées médicales. Et de se porter bénévole auprès des nombreuses organisations de terrain qui offrent soutien accompagnement et protection aux personnes désireuses d’avorter. Il existe en effet un mouvement pro-choix organisé depuis longtemps aux États-Unis, qui lutte contre le durcissement des législations et essaye de fournir un accès concret aux soins reproductifs, en particulier aux Américaines les plus pauvres, marginalisées ou isolées.

La décision des juges constitutionnels de revenir sur la jurisprudence de 1973 n’était en effet pas une surprise, puisqu’elle avait fuité dans la presse il y a un mois. Mais l’administration Biden ne s’est pas saisie de cet avertissement pour prendre les devants. L’administration présidentielle reste en effet concentré sur l’enjeu de « mid-terms », ces élections de mi-mandat qui renouvellent les deux chambres en novembre et dont il espère obtenir une majorité au sénat. Un enjeu d’autant plus important qu’à l’occasion de ces élections fédérales, ont lieu de nombreuses élections locales, à divers échelons.

 L’échec de la stratégie électorale

Et c’est bien au niveau local que vont se jouer de nombreuses batailles autour de l’avortement. Si c’est les états qui sont désormais maîtres du jeu en matière d’interdiction, les villes et les comtés peuvent imposer d’autres restrictions et l’élection de procureurs et de shérif pourra avoir un impact concret sur l’application des mesures répressives sur l’avortement.

Pourtant, malgré les réticences du Président à intervenir, l’état central n’est pas dépourvu de leviers d’action, aucune loi n’interdisant l’IVG à un niveau fédéral. Ainsi sans même attendre d’instructions de l’administration, l’agence américaine du médicament (FDA) a rappelé dans un communiqué que le mifepristone, principe actif de la pilule abortive, restait une substance autorisée par la loi fédérale, et ne pouvait donc pas être interdite par les états. Trente trois sénateurs Démocrates, une majorité, ont même adressé une lettre à Joe Biden, l’exhortant à mener une véritable campagne d’accès à l’avortement en mobilisant tous les moyens à sa disposition. Et de plus en plus de voix critiques s’élèvent parmi l’électorat démocrate, qui a pu vivre comme un chantage les nombreux appels aux dons qui ont émané de leurs représentants en réaction à l’annonce de la Cour Suprême.

D’autant que dans la composante la plus institutionnelle du mouvement pro-choix, les grandes associations nationales comme NARAL/Pro-Choice America ou le Planned Parenthood doivent faire face à un constat amer. Elle qui ont toujours basé leur stratégie sur la voie judiciaire et le soutien à l’élection de candidats favorables à l’avortement. Mais après 40 ans, plusieurs présidences Démocrates et des centaines de millions de dollars collectés et reversés aux campagnes électorales (190 millions en 2020), l’échec est cuisant. La jurisprudence constitutionnelle a été renversée, aucune loi fédérale n’a jamais été promulguée pour protéger ce droit, et les échelons locaux n’ont jamais été investis. Ces associations restent cependant déterminées à mener la bataille des mid-terms, n’infléchissant pour l’instant leur stratégie que pour investir plus largement les élections locales.

En parallèle, elles ont réussi à faire suspendre des lois d’interdiction – entrées en vigueur dans la semaine – de trois États, grâce à des procédures interrogeant leur conformité à leurs constitutions respectives.

« Les droits reproductifs sont des droits sociaux »

Côté syndical, plusieurs fédérations et représentants ont condamné la décision de la Cour et ses conséquences, comme la présidente de l’AFL-CIO, la plus grande fédération syndicale du pays. Mais d’autres, comme les Teamsters, se montrent plus réticents à prendre position sur un sujet « politique » qui ne touche pas directement à la vie au travail. C’est alors des syndicats locaux qui prennent la parole pour exprimer leur opposition, faisant anticiper à certains commentateurs des tensions entre bases et directions sur le sujet.

Mais de l’avis de la plupart du mouvement social, l’accès aux droits reproductifs est un véritable enjeu pour les travailleuses. Particulièrement, dans un pays qui ne prévoit ni congé parental ni congé maternité, et où l’accès aux services de santé dépend pour beaucoup de la situation d’emploi. Pour autant, la grève générale féministe n’est pas pour demain. S’il existe une vraie dynamique depuis quelques années dans le pays, le paysage syndical reste exsangue, et l’heure est à la reconstruction et à la consolidation. D’autant plus que comme l’observe une chercheuse, les états les plus restrictifs sont tendanciellement les moins syndiqués et vis-versa.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© pcf cellule st Georges d'Orques