PROCHAINE REUNION DE L'ASSEMBLEE CITOYENNE LE VENDREDI 26 JANVIER 2018 A FABREGUES A 19 HEURES
PROCHAINE REUNION DE L'ASSEMBLEE CITOYENNE LE VENDREDI 26 JANVIER 2018 A FABREGUES A 19 HEURES

luttes sociales

publié le 5 juillet 2021

"Plus Jamais Ça" à la Coop des masques le jeudi 24 juin 2021

Sur le site https://solidaires.org

Le collectif Plus Jamais Ça (regroupement syndical et associatif dont est membre Solidaires) s’est rendu jeudi 24 juin à la Coop des masques (Côtes d’Armor).

Le 26 mars 2020, en pleine crise sanitaire du coronavirus, Solidaires Côtes d’Armor dénonçait le scandale de la fermeture de l’usine Honeywell de Plaintel et lançait l’idée de créer une SCIC, pour relancer un site industriel de fabrication de masques sanitaires. Très vite des syndicats et des associations du département, Attac, CGT, Confédération paysanne et FSU notamment, rejoignent l’idée et portent le projet.

Un an après, la coopérative fonctionne et produit des masques.

Pour reprendre la main sur les choix productifs et l’organisation du travail, il faut multiplier les expériences de gestion directe des entreprises par les travailleur·euse·s et les collectivités (publiques ou associatives) concernées par leur activité. On peut poser et organiser différemment l’accès au capital nécessaire pour les entreprises que via des grands investisseurs capitalistes !

Aux côtés des ouvrier·e·s de l’usine Honeywell de Plaintel, l’intersyndicale CGT, FSU et Solidaires des Côtes-d’Armor et les associations ont soutenu la création à Grâces, près de Guingamp, de la « Coop des masques, bretonne et solidaire ».

Nous le revendiquons, il faut une véritable politique publique nationale et européenne de soutien aux initiatives de ce type, démocratiques, écologiques et solidaires.

(voir un autre article sur cette visite, un peu plus bas à la date du 1° juillet)

publié le 1° juillet 2021

Coop des masques Bretonne : reprendre un peu de pouvoir sur le capitalisme

Stéphane Ortega sur le site https://rapportsdeforce.fr/

Mars 2020, la France recherche désespérément des masques. En Bretagne, une initiative pour en produire localement, sous le statut de coopérative, s’immisce dans le débat public en avril, se concrétise en juin et se matérialise par un démarrage de la production en décembre 2020. Six mois plus tard, une délégation du collectif « Plus jamais ça » est venue soutenir et interroger l’expérience.

 

« Pour reprendre la main sur les choix productifs et l’organisation du travail, il faut multiplier les expériences de gestion directe des entreprises par les travailleur·euse·s et les collectivités (publiques ou associatives) concernées par leur activité » expliquait le collectif « Plus jamais ça », avant son déplacement ce jeudi à Grâces, près de Guingamp, dans les Côtes-d’Armor.

De la parole aux actes : une délégation du collectif, partie en train de Paris le matin même, a visité l’usine de la « Coop des masques, bretonne et solidaire », une de ces expériences dont la production a démarrée en fin d’année dernière. Fin mars 2020, en pleine pénurie de masques chirurgicaux et FFP2, Solidaires Côtes-d’Armor proposait la création d’une coopérative ou d’un EPIC sur les décombres de l’usine de masque de Plaintel en Bretagne, dont le propriétaire, le groupe Honeywell, avait mis la clef sous la porte en 2018. Et délocalisé les machines à l’étranger. Une bonne idée, au bon moment, qui avait rencontré un fort écho et avait fini par se concrétiser à l’issue d’une longue bataille.

La visite de ce jeudi a donc été l’occasion pour le collectif « Plus jamais ça » d’aller à la rencontre des salariés et des représentants des coopérants, un an après la victoire. S’il s’agit pour eux de montrer en exemple la création d’une coopérative (SCIC) associant salariés, clients, collectivités territoriales et citoyens, pour fabriquer localement une production socialement utile, ici 45 millions de masques chirurgicaux et FFP2 par an, la curiosité n’est pas absente des motivations du déplacement.

« Nous sommes intéressés de voir comment cela se passe concrètement, y compris d’en regarder les limites », expliquait Simon Duteil, un des porte-parole de l’Union syndicale Solidaires, avant la visite. Tout en rappelant que son syndicat est « pour la fin du salariat », il n’en fait pas un horizon indépassable et souhaite valoriser une expérience « bien meilleure que des multinationales qui viennent et partent » à leur guise, en laissant des salariés sur le carreau, et sans tenir compte des besoins des populations. Pour une fois, « on ne se bat pas que contre des boites qui ferment et licencient », se satisfaisait le syndicaliste.

 Reprendre du pouvoir

 Pour autant, cette visite de l’usine de Grâces est également l’occasion pour les membres du collectif qui portent « l’enjeu démocratique de la place des travailleuses et travailleurs dans les entreprises » de regarder de plus près si la réalité est en phase avec la promesse d’une reprise en main de la production par les salariés. Et sur ce plan, la délégation a été plutôt enthousiaste.

« Les salariés nous ont tous dit que ce n’est pas comme travailler ailleurs. Ils voient ce qu’ils font, pourquoi ils le font et pour qui ils travaillent », rapporte Marie Buisson de la CGT qui insiste sur la question du sens du travail pour la vingtaine de personnes qui ont commencé à produire. Une appréciation partagée par Simon Duteil de Solidaires. « Ça respire le bien être pour l’instant », avance-t-il, relatant la parole des salariés interrogés : « c’est vraiment mieux que partout où on a travaillé jusqu’à présent ». Et ce malgré que le collège salarié de la SCIC ne pèse que pour 25 % des votes dans les décisions de l’entreprise.

 D’autres batailles à mener pour la Coop des masques

 Cependant, des difficultés persistent pour travailler avec un autre modèle économique, en produisant localement et en fonction de besoins. Première d’entre elles : « beaucoup de productions ont déjà été délocalisées. Ils n’arrivent donc pas à se fournir en matières premières en totalité comme ils le voudraient et sont obligés de travailler avec des importations », explique Marie Buisson. Mais ce n’est pas le seul problème. La question du prix des masques, et donc des possibilités d’écouler la production, pèse sur le développement de la coopérative, qui devrait pourtant recruter une douzaine de nouveaux salariés au mois de juillet.

Ici, les pouvoirs publics sont directement en cause, alors qu’en avril 2020, Emmanuel Macron avait assuré que l’État passerait commande si le projet de réouverture d’une usine de masques voyait le jour. Mais l’attribution des marchés publics reste principalement déterminée par les prix proposés par les entreprises, regrette Marie Buisson. « Les collectivités locales ne prennent pas en compte les coûts induits. Ils oublient que des masques produits localement c’est aussi de l’emploi local, des ressources locales exploitées, c’est un cercle vertueux. Si on calcule l’ensemble des coûts, les masques un peu plus chers sont plus rentables », argumente la syndicaliste CGT.

Une raison pour laquelle le collectif « Plus jamais ça » revendique « une véritable politique publique nationale et européenne de soutien aux initiatives de ce type, démocratiques, écologiques et solidaires ».

publié le 29 juin 2021

Allemagne. Un référendum contre les requins de l’immobilier

Odile Tsan sur le site www.humanite.fr

Les locataires berlinois obtiennent l’organisation d’une consultation d’initiative populaire visant la nationalisation des gros propriétaires de logements privés.

Les locataires repassent à l’offensive dans la capitale allemande. Leur initiative citoyenne baptisée « Exproprier Deutsche Wohnen et compagnie », du nom de la plus grosse société immobilière privée de la ville, a recueilli près de 350 000 signatures pour la convocation d’un référendum appelé à se prononcer sur la « communalisation » des logements. Les associations de locataires réunies dans cette initiative avec le parti Die Linke luttent depuis plusieurs années contre l’explosion du prix des loyers.

Le jugement de la Cour constitutionnel contre le plafonnement des loyers, décidé par le gouvernement de gauche de la ­cité-État (SPD/Verts/Die Linke), avait soulevé l’indignation et la colère (l’Humanité du 19 avril). Il a stimulé aussi la combativité des locataires. «Le succès de l’ultime phase de la collecte des signatures montre combien les Berlinois veulent des logements accessibles et gérés comme des biens communs », a relevé, vendredi 25 juin, Jenny Stupka, la porte-parole d’une vaste initiative citoyenne dans la capitale. Le seuil légal de 175 000 signatures (7 % de l’électorat) pour l’organisation d’un référendum d’initiative populaire au niveau du Land a été pulvérisé. Et cela, en dépit des conditions de collecte des signatures rendues difficiles par la pandémie de Covid-19.

Exode massif vers la périphérie

La directrice du bureau berlinois des élections, Petra Michaelis, a reconnu que le nombre requis de signatures avait été « selon toute vraisemblance franchi ». Une comptabilisation définitive est attendue d’ici à début juillet. Ce qui pourrait conduire à la convocation de la consultation, le 26 septembre, en même temps que deux autres scrutins majeurs, l’élection du Bundestag et celle du renouvellement du parlement du Land de Berlin.

La question de l’envolée des loyers (+ 60 % sur dix ans) est devenue ultrasensible pour une majorité d’habitants de la cité. Car les Berlinois comme la grande majorité des Allemands sont généralement locataires de leur logement. Leur pouvoir d’achat a été amputé. Les plus modestes ont été chassés des quartiers les plus prisés et contraints à un exode massif vers la périphérie. Et ces phénomènes s’accélèrent sans cesse avec la prise de contrôle de l’immobilier par les requins de la Bourse comme Deutsche Wohnen (115 000 logements berlinois), contrôlé en grande partie par le champion de Wall Street BlackRock.

Pour Die Linke, qui s’est pleinement investie dans le recueil de signatures, c’est un incontestable succès politique. Critiquée de toutes parts, y compris à gauche par le SPD et les Verts, très en retrait sur la nécessité de nationaliser les logements, le parti apparaît comme la force dynamique du rassemblement avec les locataires. La Cour constitutionnelle avait rejeté le plafonnement des loyers à Berlin au prétexte que ce type de décision incomberait à la fédération et non au Land. La mesure incriminée avait réduit, début 2021, le loyer de dizaines de milliers de locataires de façon spectaculaire, jusqu’à plus d’une centaine d’euros. Die Linke prend désormais les juges de la Cour constitutionnelle au mot : il suffit de décréter un plafonnement des loyers mais au niveau national, cette fois, pour régler la question en soulageant au passage les locataires pris à la gorge dans toutes les grandes agglomérations du pays. Le parti en a fait l’une de ses grandes priorités dans son programme électoral.

publié le 27 juin 2021

Mairie de Montpellier. 1607 heures :
« Je confirme que les négociations
sont terminées »

Par Gil Martin publié par le Métropolitain actu.fr/occitanie/montpellier

Adjoint au maire de Montpellier, Michel Aslanian, en charge notamment du dialogue social, confirme que les négociations sur les 1697 heures touchent à leur fin. Les Atsem sont punies…

En février dernier, dans les colonnes de Métropolitain, Fanny Dombre-Coste, adjointe à l’éducation, évoquait, à propos de la situation des Atsem « le mal-être d’agents qui se disent fatigués, usés… Nous en sommes parfaitement conscients. Nous menons actuellement des études pour cerner au plus près les problèmes et apporter des réponses pour améliorer les conditions de travail ».

Depuis, la Ville de Montpellier a fait ses propositions aux agents des écoles, dont les Atsem, dans le cadre de la loi des 1607 heures, proposant de nouveaux horaires pour que chaque fonctionnaire atteigne ce quota horaire fixé par l’État.

Les Atsem, particulièrement impactées

Plusieurs métiers inhérents aux écoles et gérés par les municipalités sont impactés par ces mesures : Atsem, AERS, animateurs, et les « cadres » du dispositif municipal : RALAE, RTGS, RALSH… A Montpellier, pour tous ces métiers, les horaires changent, la durée de travail quotidienne augmente, mais une catégorie est particulièrement touchée : les Atsem.

Outre une augmentation du temps de travail, de 9h45 à 10h/jour, elles vont devoir aussi, puisque telle est la volonté de la Ville, assurer en fin de journée la prise en charge des ateliers après l’école, les TAAC, assurés jusqu’ici par des animateurs.

La pénibilité pas prise en compte

Le choix de la Ville intrigue. Il vient lourdement surcharger des salariés (dont 98% de femmes) dont le métier est reconnu pour sa pénibilité, y compris, donc, par la Ville de Montpellier et son élue en charge de l’éducation.

Le grève des Atsem fortement suivie

Pourquoi ce choix, rejeté par les Atsem, et qui a déjà provoqué une journée de grève fortement suivie et qui devrait se prolonger à la rentrée ? Cette décision apparait en totale contradiction avec les propos de Fanny Dombre-Coste et avec les promesses du maire…

Dans ce contexte tendu, que le communiqué du Maire dénonçant des « violences » a durci, c’est l’Adjoint au maire Michel Aslanian, en charge notamment du dialogue social, qui a accepté de revenir sur les choix de la Ville. Et d’évoquer les deux points les plus critiques : les nouveaux horaires des AERS (agents d’entretien), et ces fameux ateliers périscolaires (les TAAC) confiés aux Atsem.

Métropolitain : Il y a eu des frictions avec les syndicats sur les horaires des AERS qui doivent commencer plus tôt (6h15 au lieu de 6h45). Quelle est la position de la Ville ?

Michel Aslanian : Les AERS commenceront plus tôt car cela répond à une demande de leur part. En effet, ils veulent plus de temps avant l’arrivée des enfants pour travailler, d’où une prise de fonction plus tôt. Je précise que nous sommes conscients que quelques agents ne pourront pas venir travailler à cet horaire faute de transports en commun. Je me suis engagé personnellement à étudier chaque cas pour que les agents dans cette situation bénéficient d’une dérogation pour commencer plus tard.

L’autre sujet qui fâche concerne le cas des Atsem, contraintes d’assurer les TAAC en fin de journée à la place des animateurs. C’est le seul métier qui voit sa charge de travail alourdie par une nouvelle mission. Pourquoi ce choix ?

Nous avons fait ce choix que nous assumons parce qu’il nous semble absolument nécessaire et indispensable. Les Atsem connaissent bien les enfants : il est donc logique qu’elles assurent les TAAC. De plus, les parents seront rassurés de retrouver les Atsem et ils pourront faire le point avec elles sur la journée de l’enfant.

"La prise en charge des TAAC par les Atsem fait partie du projet éducatif initial de la Ville. Je confirme ce vendredi que les négociations sont terminées" Michel Aslanian

Les Atsem déplorent l’ajout inattendu de cette grosse charge de travail alors même que la pénibilité de leur profession est reconnue. Ce choix de la Ville laisse perplexe…

Pour moi, ce n’est pas une aberration. D’autant plus que nous avons proposé des compensations : deux jours de congés annuels supplémentaires pour les Atsem, et la prime de 300 € accordée à tous les agents du service éducation.

Ce choix est clairement rejeté par l’ensemble des Atsem. Vous n’avez pas l’impression de leur saper le moral ? Et de jouer avec leur santé ?

Nous menons également une réflexion sur la pénibilité de ce métier difficile qui provoque, on le sait, des pathologies (mal de dos par exemple) et qui est atteint aussi par le problème de l’âge. Le problème est plus profond : l’enjeu consiste d’ailleurs, aussi, à mettre en place des dispositifs pour faire évoluer les agents. Si nous nous trompons, si les Atsem explosent, nous étudierons cela et nous prendrons des décisions. Mais je ne suis pas inquiet.

Lundi, vous allez rencontrer les syndicats. Discuterez-vous de cette mesure concernant les Atsem ?

Non. Suite aux violences lors de la manifestation du 22 juin, le maire a été clair. Pour les Atsem, les négociations s’arrêtent là. On ne peut pas négocier sous la menace. Sinon, j’estime que nous avons plutôt bien négocié ces 1607 heures, et ce dans un climat tendu…

On a l’impression que la maire s’arc-boute sur cette prétendue « violence » pour faire passer une mesure impopulaire et très critiquable. Le véritable enjeu, depuis le départ, n’était-il pas de remplacer les animateurs par les Atsem ?

Oui, cela faisait partie du projet. La manifestation du 22 juin, de toute façon, n’aurait pas changé grand-chose.

Dans ce cas, sur ce point, les discussions avec les syndicats n’auraient servi à rien ?

Sur ce point, non. La prise en charge des TAAC par les Atsem fait partie du projet éducatif initial de la Ville. Je confirme ce vendredi que les négociations sont terminées : la Direction de l’Éducation a d’ailleurs produit un document qui est quasiment achevé. Tout comme le maire, le DGS a été très clair lui aussi. Maintenant, nous nous tournons vers la rentrée : le maire a promis des états généraux dès septembre pour revoir tous les métiers de l’éducation afin de les faire évoluer. Donc rendez-vous en septembre…

Les Atsem sur les TAAC : au final, juste une histoire de budget ?

L'élu répond à toutes les questions et défend la position de la Ville, mais sur ce "point de blocage" des TAAC, même les arguments éducatifs développés peinent à convaincre. On précise par exemple que les Atsem ne pourront pas faire un rapport de la journée aux parents lors des TAAC : cette tâche est exclusivement réservée aux enseignants, une mesure imposée par l’Education nationale et qui ne devrait pas changer de sitôt… Et si la Ville, tout simplement, avait fait le choix de remplacer les animateurs par les Atsem pour faire des économies ?


 

 

Message de la Fédération des Services Publics CGT au syndicat CGT des territoriaux de la ville de Montpellier . Le 25 juin 2021

La répression, toujours la répression, rien que la répression !

Message de la permanence fédérale au syndicat CGT des territoriaux de la ville de Montpellier.

À Montpellier, le 22 juin lors de la journée de grève convoquée par une large intersyndicale, des ATSEM grévistes, en colère face au refus de la mairie de recevoir une délégation ont poussé une grille pour pénétrer dans l’enceinte de la mairie.

La mairie a indiqué qu’un dépôt de plainte a été déposé contre les grévistes et que tou.te.s les agent.e.s concerné.e.s seront traduit.e.s en conseil de discipline.

Voilà comment la mairie de Montpellier - comme de nombreux exécutifs locaux - traite ses « premier.ère.s de corvées ».

Avec la loi de « transformation de la Fonction publique », ils voudraient faire des agent.e.s territoriaux.ales des travailleur.euse.s flexibles, corvéables, qui acceptent de travailler plus en gagnant moins. Face à de telles mesures, face à de tels comportements de la part des exécutifs, qui voudraient gérer leurs mairies comme des entreprises ubérisées, il n’est pas étonnant que la colère monte.

La Fédération apporte son soutien aux agent.e.s menacé.e.s et demande la levée immédiate de toutes les menaces proférées à l’encontre des agent.e.s grévistes et invite la municipalité de Montpellier, comme toutes les collectivités qui s’enferment dans un même comportement antisocial, à écouter les revendications des personnels et ouvrir les négociations demandées.

La Fédération réaffirme son soutien à toutes les luttes en cours, et considère que les autorités territoriales qui refusent d’entendre les revendications des personnels sont les seules responsables de la détérioration du "climat social".

 

publié le 21 juin 2021

Pont-Scorff (56). Les fondeurs de Caudan portent plainte contre Renault et brûlent leur carte d’électeur

 

 

Sur le site www.breizh-info.com

 

 

Les délégués syndicaux ont rencontré mercredi la direction du site des Fonderies de Bretagne de Caudan, à la chambre de commerce de Lorient, pour négocier un accord de fin du conflit, entamé le 27 avril. Ces derniers ont rejeté mercredi les propositions de Renault pour « mettre fin au conflit » contre la vente de l’usine de Caudan (Morbihan), entamé il y a plus de sept semaines, jugeant les propositions inacceptables (uniquement sur le court terme, c’est à dire 2021, aucune garantie pour la suite).

 

Puis jeudi 17 juin, à la gendarmerie de Pont-Scorff (56), les salariés grévistes de la Fonderie de Bretagne sont venus déposer plainte contre Renault pour « harcèlement moral ». Symboliquement, ils ont ensuite brûlé leur carte d’électeur, pour dénoncer « l’impuissance des politiques ».

publié le 20 juin 2021

Ikéa condamné définitivement

Sur le site www.cgt.fr

Après plus de 8 ans de procédures judiciaires, l’affaire dite « Ikéa » arrive à son terme. Elle fait suite à un combat mené depuis très longtemps par les salarié.e.s et notamment les militant.e.s syndicaux exerçant dans les enseignes Ikea.

Plus d’une dizaine de personnes, directeurs et PDG d’Ikéa, fonctionnaires de Police ainsi que l’enseigne Ikéa France, se sont retrouvés devant la juge pendant plusieurs jours, du 22 mars au  2 avril derniers. Ils et elles ont dû rendre compte de leur participation à un système de surveillance généralisé illégal du personnel, à de la discrimination à l’embauche systématique, à l’obtention de données personnelles de manière illégale.

Le délibéré a été rendu ce jour, mardi 15 juin 2021, au tribunal judiciaire de Versailles.

La condamnation est sans appel : l’enseigne Ikéa est reconnue responsable et coupable des faits de collectes personnelles illégales. Elle devra payer 1 million d’euros d’amendes et des centaines de milliers d’euros aux parties civiles.
La plupart des dirigeant.e.s et cadres dirigeants ont écopé de condamnation de prisons avec sursis avec des amendes allant de 5 000 euros à 50 000 euros.
Pour rappel, les faits sont gravissimes : recherche d’antécédents judiciaires par des procédés illégaux, surveillance de comptes en banque, enquête sur le train de vie, faux salarié.e.s  engagés par Ikéa pour surveiller les salarié.e.s et notamment les syndicalistes…. des faits illicites commis au moins depuis 2000 et ayant été révélés en 2012 à la justice par des syndicalistes, mis en lumière par des journalistes.

Ikéa est une enseigne qui a toujours soigné son image et qui a toujours souhaité afficher une éthique sociale qui n’est que façade et simulacre. Les millions d’euros investis pour surveiller et empêcher toutes contestations et organisations des salarié.e.s n’auront pas suffi à bâillonner les militant.e.s qui lutteront, quoi qu’il en coûte, avec courage et détermination.
Les luttes et les grèves historiques de 2012 pour des revendications notamment salariales ont été une étape essentielle pour mettre à jour les agissements d’Ikéa.

La CGT avec différentes de ses composantes, parties civiles dans ce procès, auront eu à cœur de dénoncer lors du procès le terrible préjudice qu’ont pu subir les syndicalistes et les salarié.e.s de cette enseigne. Au-delà de l’irrespect total de la vie privée des personnes, de nombreux droits individuels et collectifs ont été bafoués, piétinés, réduisant les salarié.e.s à de simples machines exploitables à souhait. Certains auront été licenciés voire condamnés pour harcèlement sans jamais être rétablis dans leurs droits.
Si les peines et amendes sont légères au regard des préjudices, nous pouvons nous féliciter de cette première condamnation d’une multinationale pour de tels faits.

La CGT continuera d’être aux côtés de celles et ceux qui bataillent au quotidien pour exercer leur profession dans des conditions dignes, pour bénéficier des droits élémentaires comme celui de la protection de la vie privée, de la liberté d’exercer une activité syndicale et du droit de s’organiser et de lutter collectivement.

Montreuil, le 15 juin 2021

 

publié le 14juin 2021

GM&S dégraissé en 2017, fermé en 2022 ?

Stéphane Ortega sur https://rapportsdeforce.fr

Dans une lettre ouverte aux présidents de la République, de la région et du département de la Creuse, le syndicat CGT de l’ex-usine GM&S demande aux représentants politiques d’agir contre les stratégies du repreneur GMD qui laissent planer la menace d’une fermeture du site pour l’an prochain. Et donc d’une nouvelle saignée d’emplois, après celle de 2017.

 

C’est encore et toujours l’histoire d’un Monopoly ou des entreprises s’achètent, se vendent, empochent des subventions publiques, investissent le moins possible, vident les caisses et laissent sur le carreau des salariés. Mais c’est aussi encore et toujours l’histoire de responsables politiques dont le rôle se limite à accompagner les vagues de licenciements sans broncher. Avec en prime, ici comme bien souvent, le mépris de celles et ceux qui luttent pour sauver leur peau et leur job.

« Je ne suis pas le Père Noël », répondait Emmanuel Macron, à peine élu président, aux 277 salariés de l’équipementier GM&S de La Souterraine dans la Creuse qui l’interpellaient en juin 2017. Ces derniers se démenaient depuis des mois contre la liquidation judiciaire de leur entreprise. Occupation d’usine, menace de la faire sauter, manifestation… déjà tous les ingrédients du désespoir dans un bassin d’emploi ou le travail ne se trouve pas simplement en traversant la rue. Et après avoir vu défiler de nombreux propriétaires en vingt ans : des revendications concernant les donneurs d’ordres (PSA et Renault), l’État et les potentiels repreneurs.

 Une saignée

 Mais la douche froide, malgré une lutte dure. En septembre 2017, le tribunal de commerce valide le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) de l’offre de reprise par le groupe GMD. Sur les 277 salariés, seulement 120 seront employés par la nouvelle entité : La Souterraine Industry (LSI) qui a repris l’activité pour un euro symbolique, plus les coûts de dépollution du site. De nouveau interpellé début octobre par des salariés, le chef de l’État se laisse aller à afficher son mépris devant une caméra : « Il y en a certains, au lieu de foutre le bordel, ils feraient mieux d’aller regarder s’ils peuvent avoir des postes là-bas ». Il fait ici référence à une fonderie qui recrute, mais située à deux heures de route de l’usine GM&S. Quelques heures plus tard, le discours se fait plus policé : « protéger vraiment les personnes, c’est pas leur faire des promesses en l’air ».

Pourtant, il s’est avéré un an plus tard devant la cour d’appel de Bordeaux que le PSE était entaché d’erreurs de droit, bien que validé par le ministère du Travail (Dirrecte). Jugement confirmé en 2020 par le Conseil d’État. Mais trop tard, même s’il vient éclairer amèrement les promesses, la main sur cœur, du ministre de l’Économie Bruno Le Maire de 2017, de ne laisser personne sur le bord de la route. Un an après, seul 21 des 156 licenciés avaient retrouvé un CDI. Quatre ans plus tard, la direction de l’usine laisse entendre que 2022 sera la date de la fermeture de l’usine à La Souterraine pour les 120 salariés restants.

 

Bis repetita

Macron a ouvert son mandat sur l’affaire GM&S, il pourrait bien le refermer sur le même dossier. Samedi 12 juin, le syndicat CGT LSI ex-GM&S lui a adressé une lettre ouverte. « Vendredi 11 juin, Mr Lacroix directeur du site LSI La Souterraine ex-GM&S a annoncé publiquement la fermeture du site en 2022 », écrit le syndicat qui se plaint que GMD n’ai pas affecté de production dans l’usine, malgré des marchés attribués. Une intention confirmée par le quotidien La Montage citant une source syndicale qui évoque une précédente annonce au cours d’un comité d’entreprise.

Une fermeture ou un coup de bluff ? Pour la CGT, le groupe GMD procède ainsi « pour faire pression sur la République pour avoir encore plus de subventions ». Et d’interpeller le chef de l’État dans son courrier : « Allez-vous laisser faire ça ». Pour ensuite interroger les conséquences d’une telle bienveillance à l’égard des entreprises. « Allez-vous accepter cela encore longtemps et vous “étonner” de voir monter des idées nauséabondes dans toutes nos villes, nos villages », souligne le syndicat qui réclame une intervention forte de l’État. État qui pourtant jusque-là a plutôt fait la démonstration de son mépris.

publié le 9 juin 2021

Grève des manips radio
de la clinique Beausoleil à Montpellier
pour de meilleurs salaires

Par Salah Hamdaoui, France Bleu Hérault


 

Des manipulateurs radiologie de la clinique mutualiste Beausoleil de Montpellier sont en grève depuis lundi 7 juin. Ils demandent des augmentations de salaires pour deux raisons : moins d'effectifs et plus de travail.

 

C'est une grève des manipulateurs radiologie qui a commencé lundi 7 à l'appel de la CFDT et qui est reconductible. Ceux de la clinique Beausoleil à Montpellier qui se plaignent de ne pas être assez bien payés. "20 ans et on a jamais été augmenté, pourtant l'activité a été croissante, à part l'année dernière avec le Covid" témoigne Arnaud Brunet, un des 14 "manips" de la clinique mutualiste. D'autant qu'en un an, trois postes ont été supprimés selon les grévistes.

 

"La direction nous demande de travailler avec ces trois postes en moins et nous demande aussi d'augmenter conséquemment notre activité" confirme Mandy Taulard, salariée depuis 15 ans. "Ça veut dire augmenter le nombre passages au scanner, à l'IRM, à la radiologie, à l'échographie". 

Moins de personnel et plus de travail

Au cours des trois derniers mois, les différentes séances de négociations ont échoué, du point de vue des grévistes. "On n'a rien contre l'augmentation de l'activité mais on demande des compensations financières" soutient Marion Baudreu. "On est les moins payés de la région montpelliéraine. Toutes les cliniques privées sont au-dessus de nous et l'hôpital également mais à chaque fois qu'on nous reçoit on nous dit que la clinique est en faillite et qu'il n'y a pas d'argent pour les manips". 

 

Pour Arnaud Brunet, l'heure est grave. "En 20 ans, c'est la première fois que je fais grève. Et c'est même la première fois que j'ai eu besoin de faire grève parce que la direction est complètement sourde à nos revendications."

 

Sollicitée par France Bleu Hérault ce mardi, la direction de la clinique n'a pas encore donné suite.


 

publié le 4 juin 2021

Montpellier : troisième journée nationale de grève des AESH

Sur le site lepoing.net

 

Environ 200 personnes se sont réunies ce jeudi devant le rectorat pour soutenir les accompagnants d’élèves en situation de handicap (AESH), en grève pour protester contre la précarité et l’absence de reconnaissance de leur profession.

 

Mobilisés depuis le 26 janvier, les AESH n’en ont pas fini de faire entendre leurs revendications face à un gouvernement qui « les méprise», comme l’explique en rage l’une des déléguées syndicales lors du rassemblement : « L’éducation nationale organise un grenelle de l’éducation et ils parlent à peine de nous ! ». Pourtant, ces travailleurs, et surtout ces travailleuses, représentent 115 000 postes dans l’éducation nationale, soit un dixième des effectifs.  93%, des AESH sont des femmes et seules 17% sont en CDI. Elles travaillent dans leur immense majorité à temps partiel, en moyenne 24 heures par semaine avec un salaire d’environ 760 euros par mois. Leurs contrats, en CDD, durent 3 ans, renouvelables une fois, avec possibilité d’accès à un CDI, mais sans le statut de fonctionnaire. À ce statut déjà précaire s’ajoute le pôle inclusif d’accompagnement localisé (PIAL), La dernière réforme du gouvernement pour « flexibiliser » l’éducation nationale, qui a récemment mis le feu aux poudres.


«  Ce sont nos enfants qui vont en pâtir »  

Un PIAL regroupe plusieurs établissements scolaires sur un territoire donné. Ses responsables, fonctionnaires de l’Éducation nationale, déterminent l’emploi du temps des AESH en les répartissant sur ces établissements, en fonction des besoins repérés. Une mission jusqu’alors confiée aux Maisons départementales de l’autonomie (MDA), anciennement Maisons Départementales des Personnes Handicapées. Cette politique managériale censée apporter plus de souplesse face à des besoins grandissants se heurte à la précarité agents, qui déplorent un manque de moyens pour s’occuper correctement des enfants handicapés qu’ils suivent.

 

Laetitia, AESH en grève à l’école André Boulloche à Montpellier et syndiquée SUD, voit déjà au quotidien les effets de ces politiques de flexibilisation : « Le système actuel pénalise les élèves. J’accompagne 4 enfants, 30 heures par semaines. Il y a des élèves où je suis avec trois autres AESH, 2 heures chacune sur un seul enfant, pour un total de dix heures par semaine, alors que l’enfant, il est handicapé tout le temps, pas uniquement dix heures par semaines ! C’est dur pour eux, ils doivent s’adapter à plusieurs adultes et ils ne sont pas tout le temps encadrés ». Elle-même mère d’un enfant handicapé, elle constate la précarisation qu’a subie sa profession ces dernières années ; « Quand mon fils était à l’école en 2005, il avait une seule AESH qui était avec lui 35 heures par semaines ». Elle est venue aujourd’hui pour demander la démission de Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale, l’abandon des PIAL, un salaire à plein temps pour 24h d’accompagnement et les heures connexes et un statut de fonctionnaire.    

 

Ces revendications seront portées par une délégation au rectorat de Montpellier en début d’après-midi. Dans la rue de l’Université, un cortège largement composé de femmes scande « AESH en colère, les PIAL c’est la misère ! AESH en colère, on va pas s’laisser faire ! »      

      
Après presque une heure de discussion, la délégation syndicale sort du rectorat mitigée: « Le positif, c’est qu’ils ont compris nos revendications autour des écarts de salaires par rapport à l’ancienneté, mais pour la création d’un statut de fonctionnaire, ils ne veulent pas en entendre parler. Pour eux, les PIAL c’est très bien ».           
Les syndicats ont cependant obtenu la création d’un groupe de travail, pour que les AESH, jusqu’alors absents des négociations avec le gouvernement, puissent y participer et faire entendre leur quotidien et leurs revendications.

publié le 4 juin 2021

Chapelle-Darblay, un combat d’avenir

par Thomas Coutrot sur www.politis.fr

 

La papeterie pourrait être reprise par une société coopérative d’intérêt collectif.

Tous unis pour sauver la papeterie de la Chapelle-Darblay : syndicats et associations citoyennes et écologistes, fédérés dans la coalition Plus jamais ça, ainsi que les élus locaux de Normandie, ont mis le gouvernement sous pression pour empêcher la multinationale finlandaise UPM de démanteler la dernière usine de papier recyclé en France. Bien que l’usine soit arrêtée depuis un an, les savoir-faire et les machines, fleurons de l’industrie papetière, ont pu être préservés grâce au délai arraché par les salariés « Pap-Chap » et leur syndicat CGT. Mais le délai expire en juin, date à laquelle UPM va annoncer s’il retient l’une des offres de reprise et laquelle.

 

Tout le monde en convient : l’usine est performante, les besoins régionaux de recyclage sont massifs, l’envoi de 350 000 tonnes de déchets par camion vers l’Allemagne ou l’Italie est une absurdité écologique. Les salariés sont légitimement fiers à la fois de leur savoir-faire technique et de leur contribution environnementale. Ils refusent tout projet de reprise du site qui détruirait les machines et abandonnerait l’activité de recyclage.

Pourtant, même si un repreneur portant un projet papetier se présente, il n’est pas certain qu’UPM accepte de lui vendre de si belles capacités de production. Le droit de propriété capitaliste – usus, fructus et surtout abusus – autorise UPM à vendre le terrain à n’importe qui pour faire n’importe quoi. Au cas où un accord sur un projet de reprise ne pourrait malheureusement pas être trouvé dans l’immédiat, tout ne serait pas fini pour autant. L’intérêt général – au nom duquel le ministère du Travail a déjà refusé le licenciement des représentants du personnel – pourrait être invoqué pour inventer du neuf.

 

La coalition Plus jamais ça le propose dans sa récente publication « Pas d’emplois sur une planète morte » : « Pour reprendre la main sur les choix productifs et l’organisation du travail, il faut multiplier les expériences de gestion directe des entreprises par les travailleur·euses et les collectivités (publiques ou associatives) concernées par leur activité. On peut poser et organiser différemment l’accès au capital nécessaire pour les entreprises que via des grands investisseurs capitalistes. »

 

La papeterie pourrait être reprise par une société coopérative d’intérêt collectif (Scic), portée par des investisseurs publics et individuels, les salariés, des associations. La Banque publique d’investissement et les collectivités territoriales pourraient apporter le capital – rien d’extravagant – nécessaire à la relance de l’usine, complété éventuellement par une souscription citoyenne, comme à la Coopérative des masques en Bretagne. S’il s’avérait dans les mois qui viennent que la loi du marché capitaliste veut une nouvelle fois sacrifier à la fois l’emploi et l’environnement, le combat pour une alternative coopérative pourrait ouvrir de nouvelles perspectives aux Pap-Chap et bien au-delà.

 

               Par Thomas Coutrot Économiste, membre d’Attac.


 

publié le 31 mai 2021

La Commune : 150 ans après, des combats brûlants d’actualité

Aurélien Soucheyre sur le site www.humanite.fr

 

La révolution de 1871 n’a duré que 72 jours. Si beaucoup de ses aspirations ont fini par obtenir gain de cause, d’autres restent inaccomplies mais gardent une puissante modernité. Travail, salaires, logement, égalité... L’écho de ses batailles, en phase avec notre époque, retentit encore et nous inspire. En témoigne la foule rassemblée samedi pour la traditionnelle montée au Mur des fédérés, à Paris.


 

Le 28 mai 1871, il y a cent cinquante ans, les troupes versaillaises achèvent d’écraser dans le sang la Commune de Paris. Cette formidable expérience populaire, démocratique et sociale est terminée. Adolphe Thiers et le « parti de l’ordre » s’acharnent même sur les survivants, afin de leur faire passer le goût de la révolution et d’intimider les générations futures.

Mais qu’a donc fait la Commune de Paris pour susciter une telle haine et une telle violence ? Qu’a-t-elle donc proposé, sur une période d’uniquement soixante-douze jours, pour que son souvenir ait une place si prépondérante dans l’histoire du mouvement ouvrier ?

Des basculements sociaux, voire civilisationnels

« Jamais sans doute événement aussi court n’a laissé tant de traces dans les représentations collectives », mesure l’historien Roger Martelli, président de l’association des Amis de la Commune de Paris. « Jamais révolution n’avait plus surpris les révolutionnaires », considérait même le communard Benoît Malon. Car l’insurrection du 18 mars, spontanée et impromptue, fait immédiatement face à une double menace : la présence de l’armée prussienne aux portes de Paris et celle des troupes de Thiers, qui attaquent la capitale dès le mois d’avril. La Commune de Paris, à peine installée, est donc confrontée à une guerre permanente.

Sur les 42 millions de francs qu’elle dépense, 33 millions sont attribués à la délégation à la guerre. Près de 75 % de son budget passent donc dans le soutien aux combats ! Que peut-elle bien réaliser à côté et inscrire au panthéon de notre histoire politique et sociale ? Le maximum possible ! « Malgré sa situation précaire, la Commune lance des basculements sociaux et parfois même civilisationnels », note Roger Martelli. Nombre des décrets qu’elle prend et des réformes qu’elle ébauche sont encore aujourd’hui d’une incroyable modernité et d’une brûlante actualité.

Paris, capitale du progrès

Paris redevient pour quelques semaines la capitale mondiale du progrès et de la citoyenneté. En pleine ébullition démocratique, les communards et les communardes se prononcent pour la séparation de l’Église et de l’État, qui ne reviendra qu’en 1905. Ils se mobilisent pour l’instruction laïque, gratuite et obligatoire, à destination des enfants des deux sexes, dix ans avant les lois Ferry. Ils brûlent les guillotines et se prononcent contre la peine de mort, sans pour autant légiférer. Elle ne sera abolie en France qu’en 1981. Autant de mesures phares qui seront ensuite reprises peu à peu, de la IIIe à la Ve République.

Mais la Commune va aussi s’attaquer à la question du travail et de la répartition de ses fruits. Elle met en place le tout premier ministère du Travail (dont le retour ne s’effectuera qu’en 1906). Elle interdit les amendes et retenues sur salaire opérées par le patronat. Elle fixe la journée de travail à 10 heures, contre 15 auparavant. Elle réglemente le travail de nuit, augmente les salaires pour les agents communaux et fixe un salaire minimum. Rien d’inconnu aujourd’hui ? Attendez : la Commune se prononce aussi pour une échelle des salaires afin de stopper les écarts de rémunération affolants. Ils sont actuellement de 1 à 860 dans plusieurs entreprises…

La Commune impose de plus l’égalité salariale entre les institutrices et les instituteurs. On attend toujours qu’elle s’étende à toutes les femmes et tous les hommes quelle que soit la profession. Elle organise enfin la réquisition des ateliers de production abandonnés par les patrons, et les remet aux travailleurs, qui se constituent en société coopérative. On parle aujourd’hui de Scop, où les salariés possèdent eux-mêmes les moyens de production et gèrent collectivement leur entreprise.

Le pouvoir du peuple, par le peuple, pour le peuple

La Commune se distingue surtout par son fonctionnement en démocratie directe pour l’ensemble de la société. Un pouvoir réellement du peuple, par le peuple et pour le peuple. « L’assemblée communale voulait répondre aux aspirations immédiates de la population, tout en refondant un nouvel ordre social dans le domaine économique, judiciaire et scolaire », note l’historien Pierre-Henri Zaidman. C’est ce qui la conduit à organiser un moratoire sur les dettes privées et à instituer la fin de la vénalité des offices pour assurer une justice indépendante et gratuite. Ou encore à attribuer des postes de ministres et de commandants à des citoyens étrangers, sur le simple critère de la compétence. Elle réquisitionne enfin les logements vacants pour les sans-abri, ce que nous sommes toujours incapables de faire.

À une heure où le gouvernement et la droite appellent à « éviter tout anachronisme » dès lors qu’il s’agit de lier politique et mémoire (que l’on parle de 1871 ou de Napoléon…), force est de constater toute la modernité de la Commune, dont les mesures prises il y a cent cinquante ans sont encore en phase avec les problèmes de notre époque. « Cela témoigne de la force d’anticipation de la Commune, de son caractère profondément novateur. Au final, elle s’est heurtée à un Adolphe Thiers qui défendait de façon absolue la propriété privée et donc la domination des possédants », note le député PCF Pierre Dharréville.

La République doit être pleinement démocratique

« La question démocratique et sociale a traversé les siècles et reste d’une violente actualité. Ce que nous dit la Commune, c’est que la République doit être sociale pour être pleine et entière. Elle nous dit aussi qu’elle doit être pleinement démocratique : lors de la Commune, l’acteur qui bouleverse le cours des événements, c’est le peuple de Paris », analyse le député FI Alexis Corbière. « Elle ouvre le champ des possibles grâce à l’implication pleine et entière des hommes et des femmes. Elle a été balayée, mais ce qu’elle proposait est peu à peu revenu. Il faut continuer de s’en inspirer », insiste Pierre Dharréville.

Où en sont aujourd’hui les questions du mal-logement, de la citoyenneté des étrangers, du temps de travail, des écarts de rémunération et de la propriété des moyens de production ? C’est cette actualité qu’a souhaité interroger « l’Humanité Dimanche », juste avant la traditionnelle montée au mur au Père-Lachaise, qui a lieu tous les ans en hommage à la Commune. Avec deux citations à l’esprit. L’une d’Eugène Varlin : « Tant qu’un homme pourra mourir de faim à la porte d’un palais où tout regorge, il n’y aura rien de stable dans les institutions humaines. » L’autre de Marx : « Les principes de la Commune sont éternels et ne peuvent être détruits ; ils seront toujours mis à nouveau à l’ordre du jour, aussi longtemps que la classe ouvrière n’aura pas conquis sa libération. »


 

publié le 26 mai 2021

 

Ibis Batignolles :

victoire des femmes de chambre après 22 mois de mobilisation

Marie Toulgoat sur le site www.humanite.fr


 

Mobilisées depuis près de deux ans, dont huit mois de grève, les salariées sous-traitées de l’hôtel parisien signent, ce mardi, un accord prévoyant une amélioration significative de leur rémunération et de leurs conditions de travail.

Depuis vingt-deux mois, sur le parvis de leur hôtel et en manifestation, les femmes de chambre de l’Ibis Batignolles chantaient inlassablement « frotter, frotter/il faut payer ». Cette fois-ci, le groupe Accor a finalement accepté de passer à la caisse.

Historique

Ce mardi, les dix-neuf femmes de chambre et gouvernantes de l’établissement du 17e arrondissement parisien ont rendez-vous avec la direction de STN, société de sous-traitance qui les emploie, pour signer un accord de sortie de conflit.

Les femmes de chambre ont enfin obtenu l’égalité de traitement entre les salariés de l’hôtel et les salariés sous-traités. Tiziri Kandi, animatrice CGT

Si l’internalisation des travailleuses dans le groupe Accor n’est a priori pas prévue, les concessions sont tellement importantes que toutes les grévistes et leurs soutiens saluent unanimement une victoire historique .

« L’internalisation ne sera pas pour cette fois, mais le protocole prévoit de très nombreuses avancées. Les femmes de chambre ont enfin obtenu l’égalité de traitement entre les salariés de l’hôtel et les salariés sous-traités », a réagi Tiziri Kandi, animatrice de la CGT hôtels de prestige et économiques (HPE), présente aux côtés des salariées depuis le début de leur mobilisation.

Cadences allégées

Selon le protocole d’accord signé vendredi, et qui dessine les contours des nouveaux contrats des femmes de chambre de l’Ibis Batignolles, celles-ci pourront bénéficier, dès leur retour à l’hôtel, d’une revalorisation significative de leur rémunération et d’une amélioration notable de leurs conditions de travail.

Revendication phare de leurs mois de lutte, les cadences des salariées de STN seront allégées. Alors qu’elles devaient nettoyer 3,5 chambres à l’heure avant d’entamer leur grève, les femmes de chambre pourront dorénavant se limiter à 3 pièces. Les gouvernantes, elles, ne superviseront plus que 80 chambres par jour contre plus de 100 auparavant.

Des salaires augmentés de 250 à 500 euros par mois

Côté fiche de paie, la victoire est aussi importante. Grâce à l’instauration d’une prime panier, l’augmentation de leur qualification et la revalorisation de leur mensualisation d’une heure par jour pour certaines, le salaire des grévistes sera augmenté de 250 à 500 euros par mois.

Deux travailleuses dont le CDD a été rompu pendant le mouvement de grève seront quant à elles réintégrées et deux délégués de site seront mis en place. Enfin, la mutation d’une dizaine de travailleuses sera annulée.

« C’est un énorme soulagement, elles vont enfin pouvoir retourner la tête haute au travail. C’est une immense satisfaction vis-à-vis de leurs collègues et de leur direction. Elles se sont battues contre Accor, qui n’est pourtant pas un adepte du dialogue social, et elles ont obtenu de superbes avancées. Cette victoire qu’elles ont arrachée est à la hauteur de leur lutte », se réjouit la syndicaliste Tiziri Kandi.

Donner à voir le calvaire de la sous-traitance

C’est en juillet 2019 que les salariées exploitées de l’hôtel Ibis décident de cesser le travail et d’entamer l’une des plus symboliques luttes sociales.

Cantonnées à des temps partiels imposés, collectionnant les douleurs physiques et victimes pour certaines d’entre elles de harcèlement et d’agressions sexuelles au travail, les salariées sont de toutes les manifestations et de tous les rassemblements pour faire entendre leur voix.

La fin d’un combat exemplaire

En grève jusqu’en mars 2020, lorsque leur hôtel est contraint par le confinement de fermer et qu’elles sont placées en chômage partiel, les femmes de chambre ne cessent pas pour autant de se battre pour leurs revendications et de donner à voir le calvaire de la sous-traitance dans l’hôtellerie.

Au début du mois d’avril, elles avaient tenté d’obtenir gain de cause devant les prud’hommes, mais la procédure de conciliation avait tourné court face aux propositions décevantes de leur direction. Près de deux mois plus tard, la volte-face du sous-traitant marque donc une victoire éclatante et la fin d’un combat exemplaire.

À la faveur du déconfinement et de la levée des restrictions sanitaires, les femmes de chambre de l’Ibis Batignolles reprendront le travail dès que l’hôtel rouvrira ses portes. Maintenant assurées de pouvoir travailler dans des conditions dignes, les travailleuses ne chanteront plus, l’espèrent-elles, le refrain entêtant de Dur, dur ménage.

 

 

 

 

 

s contraints possible. »

publié le 24 mai 2021

 

Mobilisés, les salariés de la

SAM (Aveyron)


obtiennent une victoire importante

 

sur le site www.cgt.fr

 

Dans l'Aveyron, la SAM, une fonderie qui travaille essentiellement pour Renault, a obtenu des engagements de son principal donneur d'ordre. Une victoire importante qui ouvre la porte à une reprise dans de meilleures conditions.

Renault représente 95 % du chiffre d'affaire de la SAM, qui fabrique des pièces en aluminium pour automobiles. Le constructeur vient de s'engager à respecter plusieurs revendications des salariés de son sous-traitant, mobilisés depuis trois mois. Renault augmentera ses achats de 10 millions d'euros, ce qui permettra de maintenir au moins 250 emplois, ainsi que le bureau d'étude et de maintenance de la SAM. Renault, qui jusqu'à présent n'acceptait d'étudier que les offres de reprise de grands groupes, prendra aussi en considération celles de PME comme le groupe Alty. Les salariés seront associés au choix du repreneur. Le constructeur s'est également engagé à aider financièrement l'entreprise jusqu'à la fin d'année si un repreneur se faisait attendre.

La CGT s'est inspirée du modèle allemand pour porter la demande d'un engagement du donneur d'ordre envers son sous-traitant. En Allemagne, le constructeur Volkswagen traite prioritairement avec les fournisseurs allemands. « On propose que Renault privilégie les usines situées en France, comme la SAM, pour les pérenniser » précise David Gistau, secrétaire de l'UD et élu dans cette entreprise.

Alors que leur entreprise est en redressement judiciaire depuis un an, les ouvriers de la SAM avaient vu arriver un repreneur, le groupe espagnol CIE Automotive, qui proposait de garder seulement 150 des 357 salariés et remettait en question les 35 heures ou le 13e mois. Mobilisés depuis le 4 février, les salariés avaient cessé la production le 14 avril et occupé leur entreprise pendant 23 jours, week-ends compris, 24 heures sur 24. Plusieurs manifestations de soutien ont eu lieu.

Le plan de licenciements de GIE Automotive aurait eu des conséquences bien au-delà des portes de l'usine car « un emploi industriel représente 4 emplois induits », rappelle David Gistau, heureux de cette victoire mais qui « reste plein d'humilité : on a sauvé 250 emplois, mais on est 357. On va faire en sorte d'éviter le plus de départs contraints possible. »

<publié le 20 mai 2021

Renault. Guerre des nerfs à la Fonderie de Bretagne

envoyée spéciale sur le site www.humanite.fr

 

Alors que l’usine est occupée depuis le 27 avril, Renault, propriétaire du site et donneur d’ordres, persiste à vouloir la céder. Les salariés multiplient les actions coups de poing.


 

Des caisses de bras de suspension pour les véhicules utilitaires entravent l’entrée du site. Depuis le 27 avril, une grande majorité des 350 ouvriers occupent la Fonderie de Bretagne à Caudan (Morbihan), propriété de Renault, pour exiger de rester dans le giron du constructeur. Afin de se faire entendre, les grévistes ont haussé le ton ces derniers jours en multipliant les actions coups de poing : manifestation surprise devant la sous-préfecture, blocage de la voie ferrée à Lorient le 12 mai mais aussi de l’hôtel hébergeant les joueurs du FC Metz, dimanche dernier.

Ce lundi, l’opération escargot sur la voie rapide en vue de se rendre à une réunion à la sous-préfecture s’est, elle, soldée pour la première fois par un gazage des manifestants. Pour Maël Le Goff, délégué syndical CGT, la montée en tension va de pair avec le mur de mépris que la marque au losange leur oppose depuis l’annonce de la vente, le 11 mars. « Jean-Dominique Senard (président de Renault – NDLR), interviewé sur Europe 1, il y a quelques jours, ne parlait même plus de chercher un repreneur mais de mesures d’accompagnement social ! Il est dans une stratégie d’usure du mouvement. Nous savons pertinemment qu’il n’y aura jamais une autre entreprise acheteuse avec les reins aussi solides que Renault. Ça finirait par des licenciements. L’État, actionnaire du groupe, doit aussi intervenir. »

À la suite d’un incendie qui a ravagé le site en 2019, Renault avait transféré la fabrication de certaines pièces de la Zoé en Roumanie, en Slovénie ou encore en Turquie. Mais une fois les travaux effectués, le constructeur et premier client (90 % de la production lui sont destinés) a persisté à se fournir dans les pays à bas coût, orchestrant la sous-­activité sur place : « Nous travaillons en 1 × 8 au lieu des 3 × 8 habituels, ça ne ressemble à rien, poursuit Maël Le Goff. Ça joue sur le moral des gars. Il nous faut plus de commandes. Nous pouvons produire 30 000 tonnes par an en recrutant 90 personnes. On nous demande aussi de diversifier la production. Mais tout cela dépend du donneur d’ordres ! »

Renault a porté plainte contre les grévistes

Sur les grilles, le mot « trahison » est écrit en lettres blanches sur fond noir, tout comme la pancarte « Senard au placard ». En ce mardi après-midi, les dizaines d’ouvriers présents sur le parking n’en peuvent plus d’être baladés. Mis à part une réunion qui s’est tenue mercredi (voir encadré), la discussion est quasi inexistante avec le constructeur. Entre-temps, Renault s’est même payé le luxe de porter plainte contre les grévistes pour destruction de l’outil de travail. Avec son badge CGT « fondeur oui, chômeur non », Nicolas Guillemette, employé de nuit à la gestion des flux et délégué du personnel, oscille entre la colère et la haine : « Si 150 millions d’euros ont été investis en dix ans, avec notamment la mise en place d’une nouvelle ligne de production, c’est bien que l’opération était rentable ! Ça fait des années que nous faisons des efforts. Nous avons subi un plan de compétitivité, avec des horaires modulés parfois jusqu’à trois fois dans la même semaine. Pendant ce temps, la fonderie de Renault en Turquie tourne à 140  % et nous, à 40 %, sachant que nous n’avons pas les mêmes normes de qualité ! Cette usine, c’est notre bébé. Ça me fout en l’air de voir que l’on s’est fait avoir. » D’autant que des projets alternatifs existent : « Nous pourrions construire des pièces de A à Z avec la tôle de zinguerie recyclée de chez Renault. Il faudrait juste revoir l’aspiration des ateliers », souligne le syndicaliste.

Pour certains, l’histoire du site emblématique du pays de Lorient, sorti de terre en 1965, va de pair avec les conflits sociaux qui l’ont jalonné, parmi lesquels la victoire éclatante pour la réinternalisation de la fonderie au sein de Renault, en 2008. ­Philippe, vingt-sept ans d’ancienneté, essaie de garder la tête haute. Mais depuis que le Canard enchaîné a révélé les sombres desseins du constructeur, il y a un an, son moral flanche. « Je suis sous anxiolytiques. J’ai vraiment l’impression qu’on nous mène en barque. » Victime d’un accident du travail au poignet, le fondeur a ensuite développé une algodystrophie aggravée par le stress. « Si l’usine fermait, ça serait un échec dans mon parcours professionnel, assène-t-il. On se prendrait en plus la réforme de l’assurance-chômage sur le nez au 1 er  juillet. »

Malgré la guerre des nerfs menée par le groupe et des renforts de police envoyés dans la zone pour briser l’élan revendicatif, pas question de plier. En assemblée générale, les ouvriers reconduisent chaque jour la mobilisation. « Je sens que je pourrais devenir un peu explosif, prédit Stéphane, qui a passé quelques nuits à occuper son lieu de travail. Il faut aller jusqu’au bout. Je vais me bagarrer pour garder ce que j’ai. Je ne veux pas tout recommencer à 50 ans, avec un crédit à payer. Ça ne me choque pas que l’État verse de l’argent à Renault (5 milliards de prêt garanti – NDLR), mais à condition que cela ne serve pas à monter des industries ailleurs ! La parole donnée n’a plus de valeur. »

L’activité du site génère plus de 1 000 emplois indirects

Pour amortir un peu le choc de cette quatrième semaine sans salaire, tous peuvent compter sur la solidarité locale. 34 000 euros ont été récoltés pour la caisse de grève. Pour Olivier, employé en tant que couleur, la Fonderie de Bretagne, qui génère plus de 1 000 emplois indirects, est même une histoire de famille. Son père y a fait toute sa carrière. « On essaie de ne pas faire peser l’incertitude sur nos familles, avance-t-il. On vient ici pour vider notre sac entre nous. C’est normal de lutter, certains cadres nous appellent “la petite Moscou”. » Derrière les grévistes, un mannequin en bleu de travail est suspendu à une corde. Il représente un des dirigeants de la marque au losange. Pour Pierre Le Ménahès, ex-délégué syndical CGT et retraité de l’ancienne SBFM (Société bretonne de fonderie et mécanique), le message est clair : « On refuse de monter sur l’échafaud. Le métier de fondeur est noble et pointu. Ces emplois et ces compétences-là, on ne les retrouvera pas ailleurs. » 


 

<publié le 18 mai 2021

Précarité, dégradation du service public : les postiers montpelliérains en grève et dans la rue

Sur le site lepoing.net

 

Comme partout dans le pays, les postiers de Montpellier sont en grève ce mardi 18 mai. Ils étaient plusieurs dizaines à manifester au centre-ville en fin de matinée.

Absence de primes, « réorganisations » constantes des services (1000 à la distribution au national d’après l’intersyndicale montpelliéraine), suppressions de bureaux de poste et pertes de sens au travail : les salariés de la Poste en ont gros sur la patate.

Sont dénoncées les différents projets de la direction dans le cadre de son plan stratégique 2021-2030. L’entrée de la sous-traitance dans le traitement des colis fait craindre une dégradation des services proposés aux usagers. De nombreuses postes ferment en milieu rural. Mais pas que : le bureau de poste de l’avenue Bouisson Bertrand dans le quartier Boutonnet de Montpellier appartient désormais au passé.

Niveau rémunération et pouvoir d’achat, même mécontentement chez les salariés. Malgré un bénéfice de 2,1 milliards d’euros l’an dernier dans l’entreprise, la direction de la Poste ne semble pas pressée de verser à ses salariés la prime exceptionnelle de pouvoir achat censée compenser les sacrifices de cette dernière année. Les augmentations de salaires pour l’année 2020 ne dépassaient pas les 0,2%. La prime à l’intéressement passe à la trappe, elle aussi. « On fait partie des agents du service public les moins bien payés en France », nous rappelle une gréviste devant le Polygone. A peine plus que le Smic. Et de plus en plus d’embauches se font par des successions de CDD précaires, plutôt que par des contrats stables.

D’où une unité syndicale particulièrement poussée, puisque les syndicats CGT, CFDT, SUD, FO, UNSA, CFTC sont de la partie depuis la mi-avril, sur le principe assez vague d’une participation au 1er mai et de temps forts de mobilisations pour la seconde quinzaine du mois. A relativiser, tout de même : seules les fédérations Sud PTT et CGT FAPT ont finalement appelé à la grève dans l’ensemble du pays. Les autres confédérations se contentent de laisser leurs syndicats de base agir à leur sauce.

Dans l’Hérault la lutte est prise en main par une intersyndicale Sud-CGT-FO, qui a appelé à participer à la grève, et à plusieurs rassemblements dans le département. Dès le matin un groupe se retrouve devant l’accès au centre de tri de Mauguio, qui abrite une plateforme regroupant plusieurs services sur le site de La Poste de Vauguières. Un autre rassemblement regroupant les postiers biterrois et des hauts cantons s’est tenu à Roujan.

Sur Montpellier, plusieurs dizaines de salariés se sont donné rendez-vous devant la poste de Rondelet à 10h, avant de défiler vers la place de la Comédie et le Polygone. Ils ont été rejoints par des salariés d’Orange, en lutte contre la fermeture annoncée de la boutique du Polygone de Béziers, et pour que la reprise des cantines de la boîte par le nouveau prestataire Eurest se fasse sans aucune dégradation sociale pour les employés.

L’intersyndicale héraultaise revendique un accès des salariés de la Poste aux différentes primes, des embauches stables pour lutter contre la précarité des agents de la profession, et une revalorisation des salaires avec un 13ème mois.

A suivre !

 


 

<

publié le 17 mai 2021

Grève à la Fonderie de Bretagne : malgré des milliards d’euros d’aides publiques, Renault roule ses salariés

par Guy Pichard sur la site www.bastamag.net


 

Depuis plus de deux semaines, la Fonderie de Bretagne, propriété de Renault est à l’arrêt. Les employés usent du blocage pour protester contre la mise en vente du site et l’absence de dialogue avec leur direction, et s’interrogent sur l’attitude du constructeur.

« Nous les avons questionnés sur notre sort et ils n’ont pas daigné nous répondre », explique Christophe, salarié depuis une trentaine d’années à la Fonderie de Bretagne de Caudan (Morbihan), et gréviste depuis le 27 avril. Sept membres de la direction de l’usine, qui fabrique des pièces pour les châssis, les moteurs ou les boîtes de vitesse de véhicules Renault, sont alors retenus sur le site par des salariés inquiets. « On les a alors seulement bloqués ! Ils ont été retenus jusqu’à 22 heures, pas séquestrés comme on a pu le lire... », rétablit l’ouvrier sur le parking du site. Depuis ce jour, plus d’une centaine de salariés se relaient quotidiennement pour occuper la fonderie, avec un roulement bien précis. « Personnellement, j’occupe tous les jours l’entreprise. Il y a trois groupes qui se relaient : le matin de 6 à 14 heures, puis de 14 à 22 et enfin de 22 à 6, ce sont les 3 x 8 en somme !  », détaille Christophe. « Rien ne sortira de la fonderie avant que l’on puisse dialoguer avec la direction », prévient-il.

Dernier bastion d’un savoir-faire et d’une vie ouvrière séculaires dans le pays de Lorient, la Fonderie de Bretagne est l’héritière d’une tradition sidérurgique locale au passé riche. L’usine bretonne a vu son nombre d’employés divisé par trois en une trentaine d’années (340 aujourd’hui). Elle n’est malheureusement pas la seule fonderie actuellement en difficulté. Ainsi, Jinjiang FVM (127 salariés) à Villiers-la-Montagne en Meurthe-et-Moselle a été placée en liquidation le 19 avril. Dimanche 25 avril, dans l’Aveyron, une manifestation a eu lieu pour le maintien de l’emploi à la SAM (357 salariés), en redressement judiciaire depuis fin 2019 et toujours sans repreneur... La liste est encore longue car la France dénombre près de 380 fonderies sur son territoire. Le 3 mai, le ministère de l’Économie annonçait encore un nouveau prêt de 10 millions d’euros à la société Alavance, propriétaire de trois fonderies dans la Vienne et l’Indre.

 

Pourtant l’argent coule à flots pour l’industrie automobile

Une étude sur le secteur de la fonderie automobile en France, datant de mai 2020 et commandée par le gouvernement et la filière automobile (PFA, qui rassemble Renault, Valeo ou Michelin), estime même que dans les dix prochaines années, 40 % des emplois du secteur pourraient être amenés à disparaître... soit environ 5000 postes sur les 13 500 que comptent la filière aujourd’hui ! À Caudan, cela fait un an environ que la situation est confuse, depuis qu’un article du Canard Enchaîné a révélé que le groupe Renault comptait – déjà – se séparer du site, alors même que le constructeur au losange venait de bénéficier d’un prêt de l’État de 5 milliards d’euros et d’une aide à la relance.
De quoi déclencher une première grève et une fronde des élus. Une semaine de négociation suffit alors pour que le sort de la Fonderie de Bretagne soit préservé et qu’une revue stratégique du site soit lancée. Mais un an plus tard, le 11 mars 2021, le couperet tombe : Renault annonce officiellement vouloir rechercher un repreneur.

C’est le grand paradoxe de la situation : l’argent coule à flots pour l’industrie automobile. Outre le prêt accordé à Renault, un plan de 8 milliards d’euros va soutenir le secteur, qui bénéficiera aussi de nouvelles aides prévues par le plan de relance. Un « comité stratégique de la filière automobile » a même été créé, avec un casting de choix affiché fièrement par le gouvernement : quatre ministres, deux patrons de l’industrie et un budget de 50 millions d’euros annoncé le 26 avril, la veille de l’occupation de la Fonderie de Bretagne, dont 20 millions versés par les constructeurs pour aider les employés licenciés à se reconvertir. Si la question des fonderies y est abordée, c’est l’absence de perspectives qui a décidé les employés de celle de Bretagne à relancer unegrève.

 

Renault félicite ses salariés, avant de d’en débarrasser

« Ce n’est pas la première grève à l’usine », explique Marie, qui a travaillé deux ans à la fonderie en intérim. « Je ne suis pas pessimiste pour l’avenir de l’usine car cela fait plusieurs fois que cette situation a lieu. Ce qui est étonnant, c’est qu’encore la semaine dernière, la direction a même congratulé les employés pour avoir battu un record de rendement ! », s’étonne la jeune femme.

Drôle d’ironie à l’intérieur du bâtiment. Certaines salles abritant les machines à l’arrêt sont ornées de panneaux sur lesquels la direction félicite les employés de leurs « records de production » établis quelques semaines avant l’annonce du groupe Renault de se séparer de l’usine ! « Après l’incendie qui avait ravagé notre outil de travail l’année dernière (en 2019, ndlr), Renault s’était engagé à nous donner plus de volume de travail à une condition : que l’on atteigne les objectifs imposés », s’est exclamé Maël Le Goff, secrétaire général de la CGT Fonderie de Bretagne, et figure médiatique de la contestation, lors du rassemblement du 1er mai à Hennebont, ajoutant : « Ces objectifs ont été atteints et dépassés mais ils veulent tout de même partir ! Sommes-nous sur une relation de maître à esclave ? »

Un mot revient sur les lèvres et les pancartes : trahison. « Cette décision de nous vendre nous rappelle à tous de très mauvais souvenirs. Comment Renault peut-il trahir ses salariés, les pouvoirs locaux et la population ? » L’amertume est grande chez les salariés et leurs proches, mais également au sein de la classe politique locale... Une partie d’entre elle avait donné rendez-vous aux salariés ce 1er mai, après le défilé, dans le centre d’Hennebont, au Parc botanique de Kerbihan. Si tous les politiques présents étaient d’accord pour soutenir le maintien de l’usine au sein du groupe Renault, certains avaient la partie plus difficile que d’autres... Jean-Michel Jacques par exemple, seul député LREM à s’être déplacé, a pu globalement dérouler son discours calmement, sauf quand il est tombé dans la caricature. « Les communistes souhaitaient la nationalisation de la fonderie, si vous voulez un régime soviétique c’est votre choix ! », a lâché le député de la majorité présidentielle au milieu de la foule, provoquant de vives réactions.

 

« Nous avons tous l’impression que ce sont les patrons qui décident et les politiques qui suivent »

Malgré le cadre bucolique de la réunion du 1er mai, les quelques élus bretons ont aussi montré des divergences dans leur soutien à l’usine. Un point a cristallisé les désaccords : une clause de confidentialité signée par certains élus de droite. « Quelques semaines après la revue stratégique, nous – élus de l’opposition – avons appris que des élus locaux, comme le président de l’agglomération mais aussi le maire de Caudan, avaient signé une clause de confidentialité », dénonce Damien Girard, candidat EELV malheureux à la mairie de Lorient. « Les documents qui ont été présentés aux élus n’étaient pas les mêmes que ceux présentés au syndicat, il y avait eu deux réunions différentes à deux moments ! À partir de là, il était clair que Renault menait en bateau les salariés de l’entreprise », détaille l’écologiste. Malheureusement, ces manœuvres politiciennes n’ont fait que renforcer le constat amer partagé par bon nombre de grévistes sur place : l’inégal rapport de force entre la classe politique et le patronat.

« Les politiques locaux soutiennent par la parole mais cela manque d’actes », regrette Marie, dont le mari travaille toujours à la fonderie. « Aujourd’hui nous avons tous l’impression que ce sont les patrons qui décident et les politiques qui suivent. Renault a pourtant bénéficié de milliards de subvention de la part de l’État ! », poursuit la jeune femme. En effet, depuis 2009, plus de 8 millions d’euros ont été injectés dans l’usine par l’État, la région Bretagne et Lorient-Agglomération. L’enjeu est de taille, car avec ses 350 salariés (et 1000 emplois indirects), la Fonderie de Bretagne est un outil industriel capital dans cette partie de la Bretagne.

 

« Nous aurons tous toujours besoin de fabriquer des voitures dans des conditions écologiques et sociales les meilleures possibles »

La deuxième semaine de grève étant bien entamée, ses premières conséquences se sont fait ressentir chez Renault... Ainsi, le 3 mai, Maël Le Goff annonçait qu’à l’usine du Mans, la ligne de production de la Zoé – la voiture électrique du constructeur – était stoppée, faute de pièces livrées par la fonderie. En effet, l’usine, qui fabrique notamment des bras de suspension et des différentiels de boîtes de vitesse, équipe aussi les voitures électriques de Renault, et l’affiche fièrement. Le modèle Zoé est brandie sur les pancartes de contestation, comme pour tordre le cou aux arguments qui feraient passer la fonderie comme obsolète. « C’est aussi l’enjeu de cette mobilisation », explique Dominique, présent dès le premier jour de la grève.

« Nous voulons faire comprendre à la population que nous fabriquons des pièces pour les voitures électriques. Il n’y a plus de fonte ici. Renault va juste délocaliser ailleurs pour engendrer plus de bénéfices ! » continue l’ouvrier. Espagne, Turquie ou encore Maroc, les pays visés semblent promettre toujours plus de travail à coût réduit, quitte à polluer davantage, que ce soit en termes de transport des marchandises ou via les équipements de fabrication. « Malgré la transition écologique, la France doit pouvoir conserver ce type d’usine », commente l’écologiste Damien Girard. « Nous aurons tous toujours besoin de fabriquer des voitures mais nous devons essayer de les fabriquer en France, dans des conditions écologiques et sociales les meilleures possibles », ajoute-t-il.

Cette nouvelle lutte pour la survie s’annonce délicate pour les ouvriers de la Fonderie de Bretagne, et le soutien de la population locale (une cagnotte en ligne existe d’ailleurs) ne sera pas de trop pour exiger du groupe Renault qu’il tienne ses promesses. « Renault pensait éteindre un foyer de perte comptable, ils attisent un foyer de colère nuisible à leur image », a clamé Maël Le Goff à la foule.

Guy Pichard

 

 

 

 

Industrie. L’ex-Joint français délocalisé

Gérard Le Puill sur le site www.humanite.fr


 

Depuis le 30 avril, les salariés de PPG Sealants occupent l’usine, à Bezons (Val-d’Oise). La direction américaine veut transférer la fabrication en Espagne et en Angleterre.

C’est une firme américaine dont le nom est PPG Sealants Europe. Elle veut fermer son usine sur la zone d’activité de Bezons, dans le Val-d’Oise. Pendant longtemps, le nom de cette entreprise était le Joint français. Bien plus tard, elle fut rachetée par Hutchinson, qui, en 2015, l’a revendue à PPG Sealants Europe. Ce nouveau patron a annoncé au début de l’automne vouloir fermer le site. L’usine fait travailler 208 personnes et produit du mastic pour l’industrie automobile et pour les avionneurs. Ses deux principaux clients sont Dassault et Airbus. Sa production est rentable, mais la direction estime qu’elle le deviendrait davantage en transférant en Espagne sa confection de mastic vendue aux firmes automobiles, ainsi qu’en fabriquant au Royaume-Uni celui qu’elle fournit aux constructeurs d’avions.

Alors que la direction entendait fermer le site avant l’été prochain, les travailleurs se sont mis en grève avec occupation de l’entreprise depuis le 30 avril, à l’initiative de la CGT et de la CFTC. Ici, le salaire brut moyen est de 1 700 euros en comptant les primes d’équipe et l’ancienneté. La moyenne d’âge des salariés se situe autour de 45 ans, mais 25 % d’entre eux ont 55 ans et plus. Une cellule de reclassement était promise au moment de l’annonce du projet de fermeture. Cela semblait convenir au ministère du Travail d’Élisabeth Borne. Mais, alors que la date annoncée pour la fermeture était prévue pour juin 2021, aucune politique de reclassement n’a été mise en route jusqu’à présent.

Le plan de licenciements refusé

La direction régionale et interdépartementale de l’économie, du travail, de l’emploi et des solidarités est donc intervenue en avril, refusant le plan de sauvegarde de l’emploi. L’autorité administrative mettait notamment en lumière l’information incomplète délivrée aux salariés quant aux risques psychosociaux de la cessation d’activité.

À Bezons, la militante CGT et son collègue CFTC que nous avons rencontrés ensemble nous ont fait part de leur indignation et du sentiment de révolte partagé par les 208 salariés. Tous refusent d’être traités comme des objets jetables après avoir été exploités des années durant. Mais les deux syndicalistes ont également souhaité qu’on ne publie pas leur nom dans la presse, afin de ne pas compromettre leurs chances de retrouver un travail. Pour l’heure, heureux d’avoir obtenu le blocage des licenciements jusqu’en septembre, délai pour que la direction revoie son plan social, ils espèrent obtenir un meilleur PSE, combinant des indemnités de départ plus favorables, des soutiens financiers pour les travailleurs proches de faire valoir leurs droits à la retraite, ainsi qu’un dispositif d’accompagnement vers l’emploi plus affûté.

La profonde injustice que subissent actuellement les salariés de PPG Sealants, guette aussi des dizaines de milliers d’autres hommes et femmes dans une multitude d’usines en France. D’Emmanuel Macron à Bruno Le Maire, les leçons à tirer de la pandémie pouvant aller jusqu’à des relocalisations industrielles ne durent que le temps d’un discours, tandis que le bilan carbone des délocalisations vient s’ajouter au bilan économique et social désastreux des politiques patronales. La part de l’industrie dans le produit intérieur brut de la France ne représente plus que 12 %, contre 23 % en l’Allemagne.



 

publié le 16 mai 2021

 

À Montpellier, le quartier de la Paillade soutient la Palestine

 

sur le site lepoing.net

 

De nombreuses villes de France et du monde entier sont descendues dans la rue aujourd’hui et le feront dans les jours qui viennent pour soutenir la Palestine. De Paris à Sao Paulo, de Bologne à Sydney en passant par Londres : des manifestations de soutien au peuple palestinien se déroulent partout à travers le monde.

Aujourd’hui, ironie du sort, c’est le 15 mai l’anniversaire de la Nakba : la catastrophe, l’expulsion des Palestiniens de leurs terres et de leurs villages en 1948. Les palestiniens de Gaza à Jérusalem en passant par les palestiniens d’Israël appelaient ce samedi 15 Mai à être toutes et tous dehors dans la rue pour mettre fin à la Nakba qui ne cesse de continuer et au massacre de Gaza assiégée.

La manifestation a été interdite à Paris par Darmanin et son préfet Lallemand, les organisateurs(trices) ont employé tous les recours juridiques possibles pour la maintenir et dénoncent la criminalisation du droit à manifester.

À Montpellier le rassemblement était appelé à l’arrêt de tramway Saint-Paul dans le quartier populaire de la Paillade, et le pari fût plus que réussi : un rassemblement puis une manifestation composée de nombreu(ses)x habitant(e)s et jeunes du quartier et de Montpellier, la cause palestinienne a réalisé une véritable unité des associations, partis et mouvements dont celui des gilets jaunes et des occupant(e)s de lieux culturels. Entre deux cents et trois cents personnes étaient présentes au début du rassemblement, jusqu’à 600 au plus fort de la manifestation.

Le choix de La Paillade n’était pas anodin, il a permis de remettre au centre la loi sur « les principes républicains » et ses conséquences désastreuses dans les quartiers populaires. De nombreuses prises de paroles place Saint-Paul ont amorcé cette matinée de soutien à la Palestine. Le “Front Uni des Quartiers Populaires” qui a notamment dénoncé la gestion coloniale des quartiers populaires, le mouvement “Boycott Désinvestissement Sanctions” pour démontrer l’utilité du boycott des produits, évènements, marques et accords commerciaux comme moyen de lutte contre l’apartheid… Le collectif des musulmans de Montpellier a également rappelé “qu’à force des répéter des mensonges ils deviennent des vérités, les médias en sont parfois spécialistes”.

Puis se sont succédés l’Union Juive française pour la Paix, le Parti Communiste, le Parti Ouvrier International, les Gilets Jaunes, la Libre Pensée, le Nouveau Parti Anticapitaliste, l’association des Palestiniens du Languedoc-Roussillon et l’association “France Palestine Solidarité” qui appelle à un rassemblement devant la préfecture mardi 18 mai à 16H : en espérant n’avoir oublié personne !

La manifestation s’est ensuite mise en route vers les halles de la Paillade, la dalle du grand mail et quand elle est passée près des commerces des jeunes assis sur un banc se sont exclamés «  oh franchement il y a du monde ! » En remontant vers Saint-Paul elle s’est arrêtée devant la CAF où il n’y a pas si longtemps Macron et Darmanin étaient reçus par M. Delafosse, moment où un citoyen de la Paillade a expliqué comment les habitant(e)s de la Paillade n’avaient justement pas été reçu(e)s ce jour-là mais repoussé(e)s par les forces de l’ordre ! C’est là que le slogan «  Macron démission » s’est élevé de la foule après celui de «  Israël assassin Macron complice » d’ailleurs on peut en lire la confirmation dans la déclaration de Benjamin Netanhyaou au Times of Israël : « Je voudrais dire un mot de remerciement à mon ami le président Biden, à d’autres amis – le président de la France, le Premier ministre du Royaume-Uni, le chancelier de l’Autriche, le Premier ministre de l’Allemagne et d’autres. Ils ont défendu notre droit naturel et évident de nous défendre, d’agir en légitime défense contre ces terroristes qui attaquent à la fois des civils et se cachent derrière des civils. Cela ne les aidera pas, nous continuerons. »

La manifestation est finalement remontée sur Saint-Paul pour se dissoudre avec la promesse d’un agenda chargé d’actions et d’initiatives dans les jours qui viennent, il faudra se tenir au courant ! Pendant ce temps-là, la manifestation parisienne – interdit par le préfet de police sous ordre du Ministre de l’Intérieur – s’est vu infligé une répression brutale, avant même le début du rassemblement. Après de multiples charges de police, l’utilisation répétée de gaz lacrymogène, canon à eau et autres tirs de LBD, le pouvoir politique parvint finalement à obtenir les images de violence qu’il attendait. Seulement, une tâche vient assombrir le tableau : le rassemblement sur Paris a été le seul interdit, et le seul à prendre cette tournure – tandis que des milliers de personnes manifestaient pacifiquement dans tout le pays. Un calcul grossier de la part de Darmanin, laissant apparaitre au grand jour une minable stratégie de mise en tension, appliquée aux mouvements sociaux dès lors que le gouvernement ne cautionne pas les revendications portées par les contestataires.

Des mots résonnent encore dans le quartier de la Paillade «  Justice, justice en Palestine, la jeunesse soutient la Palestine » et surtout un slogan énoncé en arabe et largement repris qui disait «  Notre sang et notre âme pour Gaza ».

 


 

Publié le 04/05/2021

 

 

1er mai 1906, nous ne travaillerons plus que huit heures !

 

 

 

Extraits de L'histoire du 1er mai de Maurice Dommanget

(http://www.theyliewedie.org/ressources/biblio/fr/Increvables_anarchistes_-_1_mai_1906_a_Paris_et_en_province.html)

 

 

 

Il faut avoir vécu ces jours angoisses et senti passer le souffle de l'affolement sur tant de visages, pour apprécier vraiment l'effroi de la bourgeoisie et la puissance acquise soudainement par l'organisation syndicale. Aux kiosques était accroché le magnifique et cinglant numéro spécial de l'Assiette au Beurre, dessiné par Grandjouan qui rappelait brutalement l'âpreté de l'enjeu.


Dans cette atmosphère à la fois étouffante et écœurante, où la bourgeoisie apeurée justifiait le mot qu'elle était " un ventre avant tout ", où les dirigeants affolés perdaient toute mesure et tout sens du ridicule, où les uns et les autres se trouvaient victimes de leur propre mystification, car aucun changement social n'était en vue, les leaders de la C.G.T. conservaient la tête froide. Ils ne prenaient point des spectres pour des réalités, des espérances limitées pour des résultats grandioses (…)

 

 

Le jour tant attendu, Paris s'éveilla par un beau soleil. Vers huit heures du matin, quand la brigade de réserve de l'officier de paix Jean fit son apparition sur la place de la République, le grand centre de polarisation des grévistes à cause de la proximité de la Bourse du Travail, beaucoup de boutiques restaient fermées.

 

Un certain nombre s'entrouvrait avec les précautions d'usage pour fermer à la moindre alerte. Bientôt les agents patrouillent par groupes de deux ou trois. Défense expresse de stationner. Interpellations, brutalités. A huit heures et demie, il y a déjà 146 arrestations (…)

 

 

En province, les incidents les plus violents se produisirent dans le Vimeux, à Brest, à Bordeaux, à Nice. Les autorités fermèrent quelques Bourses du Travail.


De fortes manifestations de rue au chant de l'Internationale se déroulèrent avec drapeaux rouges et bannières syndicales. A Brest, Toulon et Bordeaux, le drapeau noir fut même arboré. A Rive-de-Gier, les chômeurs parvinrent non seulement à faire arrêter le travail dans plusieurs usines, mais à faire licencier les élèves des écoles primaires et de l'Ecole pratique.


Le chômage fut considérable à Brest, Dunkerque, Firminy, Saint-Nazaire, Bordeaux, Saint-Claude, dans les verreries du Nord et les usines métallurgiques de la vallée de la Meuse. Les chantiers de construction navale de Nantes et Saint-Nazaire étaient abandonnés ainsi que les quais de nombreux ports par suite de la grève des dockers. C'est à Toulon et Rochefort que les ouvriers des arsenaux débrayèrent surtout.

 

Il n'y eut que 250 entrées sur 6000 ouvriers dans le premier port militaire et 325 sur 2852 l'après-midi à Rochefort. La grève fut presque unanime à la fonderie de Ruelle et dans les manufactures de tabac de Nancy, Châteauroux et Nantes. Elle ne fut que partielle à Fourmies, à Angoulême et dans nombre de localités des Ardennes. Dans plusieurs villes, les ouvriers ne se décidèrent à faire grève que le tantôt (…)

 

 

L'ampleur du mouvement dépassa les prévisions escomptées par les militants responsables et les sympathisants de toutes nuances. L'éveil formidable écrivit le blanquiste dissident Ernest Roche. Le mouvement a donné plus que l'on avait osé prévoir. Il a été le signe du réveil du prolétariat, dît l'anarchiste Jean Grave. Le nombre des chômeurs a été considérablement accru par rapport aux années précédentes et jamais, peut-être, le glorieux 1er Mai n'a mobilisé autant de forces ouvrières que cette année, reconnut le guesdiste Paul-Marius André. Même note sous la plume de Klemczynski, secrétaire des Syndicats de l'Oise : Jamais, on peut l'affirmer, le prolétariat n'a donné à la bourgeoisie une telle affirmation de sa force, jamais il n'a été plus combatif (...)


 

Publié le 01/05/2021

 

 

A Paris, dans la rue pour « les plus précaires » et contre une « réforme assassine »

 

Par Justine Guitton-Boussion et NnoMan Cadoret sur https://reporterre.net

 

 

Vendredi 23 avril, à l’appel des intermittents du spectacle, de la CGT et de l’union syndicale Solidaires, des milliers de personnes ont manifesté en France contre la réforme de l’assurance-chômage. Reportage.

 

 

Ils étaient venus montrer leur « colère noire » : des manifestations ont eu lieu dans toute la France, vendredi 23 avril, pour protester contre la réforme de l’assurance-chômage. Celle-ci doit entrer en vigueur le 1er juillet, et pourrait entraîner la précarisation de centaines de milliers de personnes. En cause : une modification du calcul des indemnités. Au lieu de prendre en compte seulement les revenus des périodes travaillées, la réforme prévoit d’inclure également ceux des périodes chômées. Ce qui entraînera mathématiquement une réduction des allocations mensuelles.

 

Dans une étude publiée début avril, l’Unédic a estimé qu’à cause de cette modification de calcul, 1,15 million d’allocataires toucheront moins d’indemnités (- 17 % en moyenne) pendant la première année. Ils devraient cependant les percevoir pendant plus longtemps (quatorze mois en moyenne, contre onze actuellement). En outre, après le 1er juillet, il faudra avoir travaillé pendant six mois (et non quatre actuellement) pour y prétendre : cela retardera l’accès des jeunes Français à l’assurance chômage.

 

A l’appel de la CGT et de l’union syndicale Solidaires — qui dénoncent une « réforme assassine » —, des milliers de personnes ont manifesté en France. D’après les organisateurs, la marche parisienne a rassemblé plus de 10 000 personnes. Elles étaient plusieurs centaines à Marseille, Lille ou encore à Lyon.

 

A Paris, la mobilisation avait commencé sur la place de l’Odéon, en fin de matinée, par une spectaculaire « flash-mob ».

 

Puis le cortège, dans lequel les intermittents du spectacle étaient les plus nombreux, est parti de la place d’Italie. Ils ne sont pas concernés directement par la réforme, mais luttent depuis plusieurs semaines (à l’image des lieux culturels occupés partout en France, dont le théâtre Odéon, à Paris) pour le retrait de cette mesure, et pour les droits des personnes précaires en général. « C’est hallucinant que le gouvernement essaie de faire passer cette réforme maintenant, alors que tout le monde est dans la merde, déplorait Christophe, 48 ans, membre de la compagnie de théâtre de rue Acidu. C’est injuste et dégueulasse. »

 

 

« Mon indemnité passera de 1 120 euros à 960 euros »

 

Tous les âges et toutes les professions étaient représentés au cœur de la manifestation. Des soignants, des enseignants, des intérimaires… Autant de métiers qui peuvent parfois connaître des contrats courts ponctués de périodes de chômage. Alexandre, 25 ans, était venu marcher avec ses collègues archéologues. « Cette réforme signe quasiment la fin de l’archéologie préventive [l’étude du patrimoine archéologique avant des travaux d’aménagement], affirmait-il. Les sociétés ont recours à des personnes employées en CDD, qui travaillent sur la durée du chantier, entre quinze jours et deux mois en moyenne. »

 

Et, forcément, il y a des pauses plus ou moins longues entre chaque chantier. « J’ai fait le calcul, disait son confrère Guillaume, 29 ans. Si la réforme entre en vigueur, l’indemnité que je perçois quand je ne travaille pas passera de 1 120 euros à 960 euros. On va se retrouver obligés de prendre un autre boulot à côté, ou de se reconvertir. Il y aura une perte de savoir-faire : c’est l’archéologie même qui est menacée. »

 

Plus encore que la protestation contre la réforme, certains manifestants s’étaient déplacés pour crier leur désarroi en cette période de crise sanitaire. « Je n’ai pas travaillé depuis le 6 mars 2020 », soupirait Benoît, 47 ans, « extra » dans l’événementiel. Quelques mètres plus loin, Sophie, 57 ans, n’a pas travaillé non plus depuis plus d’un an. Elle arborait à son cou un badge « Guides conférenciers en colère »« Nous faisons partie des grands oubliés des aides de l’État », déplorait-elle. Et de citer le chômage partiel accordé aux salariés, le fonds de solidarité pour les autoentrepreneurs, l’année blanche pour certains intermittents du spectacle… « Nous, on est laissés de côté », poursuivait-elle. « Un revenu universel garanti pour tous est nécessaire aujourd’hui », estimait aussi Jean-Manuel, guide-conférencier de 61 ans.

 

 

« Comment faire pour faire vivre nos familles ? »

 

Les marches organisées en France étaient également l’occasion de rappeler au gouvernement que des milliers de personnes veulent reprendre le travail. Perché à plus de trois mètres de hauteur, vêtu d’une livrée rouge, Clément, 45 ans, échassier membre de la compagnie Zizanie, était venu « réclamer la réouverture des lieux culturels » : « Nous, on est prêts à recommencer à travailler, on ne comprend pas pourquoi ça se fait à l’étranger et pas chez nous », s’interrogeait-il. « On est venus manifester pour demander de pouvoir jouer dehors, disait Christophe, le comédien de la compagnie Acidu. Avec les “gestes barrière” et le fait que le virus circule moins à l’extérieur, c’est possible. Pourquoi tout bloquer ? » Quelques pancartes volant au vent, siglées « Rends l’art, Jean » — en référence au Premier ministre, Jean Castex —, témoignaient que cette volonté était partagée dans les cortèges.

 

Les femmes de chambre de l’hôtel parisien Ibis Batignolles, qui se battent depuis une vingtaine de mois pour de meilleures conditions de travail, étaient également présentes dans la marche. Elles ne sont a priori pas concernées par la réforme de l’assurance chômage, mais voulaient témoigner leur soutien « à tous les précaires ». Et lancer un coup de gueule contre les différents plans de licenciements des groupes hôteliers (les groupes Accor, Marriott, Constellation…).

 

« C’est pourtant un des secteurs les plus aidés par l’État, fulminait Tiziri, animatrice syndicale CGT-HPE (hôtel de prestige et économique). Accor bénéficie d’un prêt garanti par l’État de 500 millions d’euros alors qu’il licencie ! C’est révoltant qu’il bénéficie autant et que l’État ne demande rien en retour. » « Il faut arrêter ces licenciements, insistait Rachel, 46 ans, femme de chambre à l’Ibis Batignolles. Nous sommes des mères, des pères, comment faire pour faire vivre nos familles ? »

 

On pouvait donc observer une multitude de profils, de revendications, d’histoires personnelles, parmi ces manifestations. Mais un objectif commun : « aider les plus précaires ». À la fin de la marche parisienne, pendant que des chanteurs lyriques faisaient entendre leur voix devant l’Opéra Bastille, « Val’ », cinéaste de 49 ans (elle fait partie des occupants du théâtre Odéon), formulait un rêve : « Si le monde de la culture réussit à se bouger pour tout le monde, c’est bon signe. Peut-être qu’on réussira à la faire, cette convergence des luttes. »


 

Publié le 21/04/2021

 

 

Vendredi de la Colère / Episode 3 :

nouvelle action de guillotinage de nos droits sociaux

 

 

Vu sur lepoing.net

 

 

Vendredi 16 avril 2021, deuxième vendredi de la guillotine de la perte de nos droits sociaux à Montpellier. Devant le Centre Chorégraphique, la Criée qui fait office d’assemblée générale est un peu moins fournie que la semaine dernière. Entre 60 et 80 personnes prendront le chemin de la Comédie pour venir se faire guillotiner au guichet de l’injustice sociale sur le parvis de l’Opéra.
 


Les occupants du CCN/ Théâtre des 13 Vents / théâtre de la Plume à Montpellier ont rencontré les élu(e)s de la région qui soutiennent le mouvement sans pour autant apporter de réponses concrètes pour l’instant aux revendications énoncée. Quant au gouvernement il se complaît « dans un silence interminable où le virus à deux vitesses est vraiment devenu une évidence. »

 

 

Clara de la scène nationale du Cratère à Alès énonce leur communiqué : « depuis plus d’un mois le théâtre est occupé par des artistes et des techniciens, mais pas que ! Il y a aussi des précaires de l’emploi, des chômeurs, des militants et tout ce monde-là demande le retrait de la réforme de l’assurance chômage et s’opposent également à la loi sécurité globale et à l’incroyable gestion de la crise sanitaire et de la crise climatique. Nous sommes déterminés(e)s à mettre en place des changements profonds de ce système et à tout faire pour cette cause globale d’une société enfin juste et raisonnable. Nous nous battons pour toutes et tous, précaires et générations futures, il nous faut prendre la mesure du silence et du mépris qui nous est infligé. »
 

 

Des interventions détailleront la dangerosité de cette réforme de l’assurance chômage, certain ont cité l’émission diffusée jeudi 15 Avril « A l’air libre » de Médiapart, en accès libre, qui décortique et analyse « cette réforme qui est la fin des indemnisations. »

 

 

Aujourd’hui les occupations continuent d’augmenter, plus d’une centaine maintenant et ce mouvement gagne des scènes à l’étranger comme à Napoli et Milano !

 

 

Prochain Vendredi de la Colère, le 23 Avril à 12H30 devant le CCN occupé,

pour une manifestation à appel national : « Amène ton monde dans la rage et la joie »,

manifestation musicale et festive revendicative avec intervention artistique et technique.

 


 

Publié le 30/03/2021

 

 

Essai. La Commune républicaine et révolutionnaire

 

 

Par Aurélien Soucheyre sur www.humanite.fr

 

 

L’historien Roger Martelli publie un essai dédié à la révolution de 1871, ses causes, son déroulement, ses inventions et son héritage jusqu’à nos jours.

 

 

« Commune 1871. La révolution impromptue »

De Roger Martelli (éditions Arcane 17, 107 pages, 18 euros)

 

 

 

Roger Martelli a été élève au lycée Thiers, à Marseille. En mai 1968, il fait partie des étudiants qui le rebaptisent un temps « lycée de la Commune de Paris ». Ce n’est donc pas d’hier que l’historien s’intéresse à cette période passionnante. « Jamais sans doute événement aussi court – soixante-treize jours – n’a laissé tant de traces dans les représentations collectives », écrit-il dans son dernier ouvrage. Avec cet essai baptisé Commune 1871. La révolution impromptue, celui qui est aussi coprésident de l’association des Amies et Amis de la Commune de Paris dresse un regard à la fois scientifique et ­citoyen sur la révolution de 1871.

 

« Jamais sans doute événement aussi court – soixante-treize jours – n’a laissé tant de traces dans les représentations collectives. Roger Martelli

 

Il se livre bien sûr à un résumé précis des faits, dans toute leur complexité, permettant de comprendre toujours plus comment est née la Commune, comment elle a gouverné, ce qu’elle a réalisé, comment elle a été massacrée et pourquoi son souvenir est aussi fort au moment de commémorer son 150 e anniversaire.

 

 

 

D’où vient que le souffle de la Commune est toujours dans notre dos ?

 

En 1980, les étudiants coréens de Gwangju se constituent en commune, tout comme les mexicains d’Oaxaca en 2006 et les universitaires d’Oakland en 2011. Les Kurdes installent aussi une commune du Rojava en 2014. En France, son nom refleurit lors de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, pendant Nuit debout puis lors du mouvement des gilets jaunes. D’où vient que le souffle de la Commune est toujours dans notre dos ? Roger Martelli nous raconte qui sont les communards : en 1870, 45 % des Parisiens sont des ouvriers, pour beaucoup pauvres, et hostiles à un Napoléon III qui vient de tomber. Paris est aussi la ville des révolutions : 1789, 1830, 1848. Éreintés par le siège de l’armée prussienne, les habitants de la capitale sont scandalisés par le risque croissant de voir la III e République sombrer, après la victoire des monarchistes lors d’élections commandées par l’Empire allemand pour traiter du prix de la défaite.

 

« Jamais révolution n’avait plus surpris les révolutionnaires. Benoît Malon, communard

 

 

 

La Commune débouche sur le gouvernement le plus ouvrier de l’histoire du pays

 

Paris se soulève quand Thiers tente de lui prendre ses canons. « Jamais révolution n’avait plus surpris les révolutionnaires », écrit le communard Benoît Malon, tant le scénario des années 1870-1871 paraît inimaginable d’un rebondissement à l’autre. Paris est pourtant en ébullition depuis des mois, traversée par une très forte politisation et les prémices du mouvement ouvrier. À l’analyse ­sociologique de la ville, Roger Martelli ajoute la vitalité du débat démocratique, dans les quartiers, dans les clubs, la presse, entre hommes et femmes et au sein même de la garde nationale. La Commune débouche sur le gouvernement le plus ouvrier de l’histoire du pays, quand l’assemblée de Versailles est la plus aristocratique jamais connue en France…

 

 

 

La lutte des classes devient guerre civile

 

Les tentatives de médiation échouent. La lutte des classes devient guerre civile. Sur les 42 millions de francs dépensés par la Commune, 33 millions sont attribués à la délégation à la guerre. Ce qui ne l’empêche pas de procéder aussi à des « basculements sociaux et parfois même civilisationnels », note Roger Martelli, en ouvrant la porte à l’égalité hommes-femmes, à l’encadrement des salaires, à l’école gratuite et laïque… Le martyre de la Commune a achevé de la propulser dans les mémoires. D’horribles procès lui sont pourtant faits, alors que c’est elle qui a été noyée dans le sang. Mais l’essai de Roger Martelli démontre une fois de plus que « l’horizon de la Commune n’est rien d’autre que celui de la République ». Sociale et non conservatrice.

 

 

L’Assemblée Citoyenne vous recommande la chanson « La Commune »

(paroles de Georges Coulonges, musique et interprétation de Jean Ferrat).

 

A écouter dans nos vidéos !

Publié le 26/03/2021

 

 

 

La SNCF condamnée pour avoir empêché des cheminots de faire grève

 

 

Par Dan Israel sur www.mediapart.fr

 

 

 

Les agents grévistes de SNCF Réseau avaient été déplacés de leur horaire de nuit habituel à un horaire de jour. Le tribunal de Bobigny a jugé que cette décision avait « pour objet de limiter l’exercice de leur droit de grève ».

 

 

 

Pour éviter qu’une quarantaine de ses salariés ne fassent grève, la SNCF avait trouvé une méthode créative, qui vient d’être condamnée, le 12 mars, par le tribunal judiciaire de Bobigny, saisi en référé (la procédure d’urgence) par le syndicat Sud Rail.

 

 

Le 18 janvier, deux « brigades » de SNCF Réseau, chargées de la maintenance pour le secteur de la gare du Nord et travaillant de nuit, avaient entamé une grève, arrêtant le travail tous les jours une heure, de 1 h 30 à 2 h 29, conformément à un préavis de grève, déposé pour la période du 18 janvier au 18 juin.

 

 

Au bout d’une dizaine de jours, les salariés ont été transférés par leur direction en horaires de jour. Le motif officiellement avancé était le ralentissement trop important de la maintenance de nuit. Mais cette décision empêchait surtout les cheminots de poursuivre leur grève.

 

 

Le tribunal de Bobigny a jugé que « les mesures de changement d’horaire litigieuses, appliquées de manière collective à des salariés identifiés comme grévistes, ont […] pour objet de limiter l’exercice de leur droit de grève ». Cette politique constitue donc « un trouble manifestement illicite auquel il convient de mettre fin en ordonnant à l’employeur de rétablir l’organisation de travail antérieure à la grève ».

 

 

« Nous travaillons dans le noir et l’insalubrité, dans des conditions très difficiles. Pendant le premier confinement, nous avons eu droit à une visite de notre directeur d’établissement, ce qui est très rare. Il nous a dit que nous méritions “une petite prime”, et ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd, raconte l’un des agents, Younès Baberrih. Mais malgré plusieurs demandes suivant cette promesse, nous n’avons rien obtenu d’autre que ses demandes de lui “faire confiance”. Alors, on a décidé de bouger. On s’est syndiqués chez Sud Rail et on s’est lancés dans la grève. »

 

 

Les cheminots demandent « une prime de 20 euros par jour travaillé », le renouvellement de leur matériel de travail et une amélioration de leurs conditions de travail réellement dures. « Nous aimerions aussi devenir une “brigade pilote”, pour pouvoir tester du nouveau matériel », indique Younès Baberrih. Leur grève a été pensée pour ralentir très fortement la « production ».

 

 

« Avec cette grève de 59 minutes exactement par jour, nous empêchons toutes les grosses opérations de maintenance, comme les changements de rail et d’aiguillage, détaille un autre agent. En effet, les trains partant de la gare du Nord cessent de circuler seulement de 1 h 10 à 4 h 50 du matin. Et deux heures de travail ne suffisent pas pour effectuer les travaux nécessaires. D’autant que la quasi-totalité des membres de notre brigade ont participé au mouvement. »

 

 

C’est sans doute pour cela que la SNCF a décidé de ne pas traîner, en affectant la quasi-totalité des salariés des deux brigades en horaires de jour, là où habituellement seules deux ou trois personnes par brigade travaillent en journée. Conséquence directe de cette décision : les cheminots concernés n’avaient rien à faire, comme le souligne le tribunal. « Les tâches attribuées aux intéressés pendant ces nouveaux horaires correspondent soit à des “travaux” qui n’étaient pas répertoriés avant la grève (ramassage de menus matériels), soit à des travaux auxquels se trouvent affectés six ou onze agents, contre un pour la période précédant la grève (relevé de géométrie), si bien que les salariés dont les horaires ont été modifiés semblent affectés à des activités occupationnelles plus qu’à un véritable travail. »

 

 

Ce n’est pas tout, souligne Savine Bernard, l’avocate de Sud Rail : « Outre l’impossibilité de faire leur grève sur l’heure de nuit, ils ont perdu toutes les primes liées au travail de nuit, soit de 600 à 800 euros par mois. »

 

 

Pour le juge, la manœuvre est limpide, il s’agit de « soustraire des salariés identifiés comme grévistes au créneau de travail visé par le préavis ». La SNCF a donc été condamnée à réaffecter ses agents sur leurs horaires habituels de travail. Si elle ne le faisait pas, elle risquerait de devoir payer 5 000 euros par jour et par agent concerné… « À cette heure, la société SNCF Réseau examine l’opportunité de relever appel de cette décision », indique l’entreprise à Mediapart.

 

 

La SNCF avait tenté d’argumenter devant le juge que les cheminots de ses brigades de nuit n’ont pas été empêchés d’exercer leur droit constitutionnel, au motif qu’il existait d’autres préavis de grève, sur d’autres motifs, déposés dans l’entreprise, et que les cheminots de nuit auraient ainsi pu se lancer dans une autre grève. « L’entreprise leur déniait donc leur droit à leur propre grève sur leurs propres revendications », traduit l’avocate Savine Bernard.

 

 

Depuis le 12 mars, la grève a repris. Et les tensions ne se sont pas apaisées : une quinzaine de salariés ont reçu des convocations pour des entretiens pouvant mener à des sanctions dans les prochains jours. La SNCF leur reproche une photo prise pendant la grève où l’on en voit certains sans masque ou sans chaussures de sécurité. D’autres se voient reprocher un déplacement pour aller voir des collègues pendant un arrêt de travail. Aux dernières nouvelles, après intervention de Sud Rail, l’idée de les sanctionner pour ces raisons aurait été abandonnée.

ublié le 19/03/2021

 

 

Occupation du CCN de Montpellier :
« Il n’est pas question de rouvrir des lieux sur des cendres et des gens dévastés »

 

 

Parce que le spectacle vivant ne veut pas mourir, le secteur se mobilise partout en France comme à Montpellier. Au-delà de la réouverture des lieux, l'avenir inquiète.

 

 

Par Cédric Nithard sur actu.fr/occitanie

 

 

Plus que la réouverture des lieux culturels, les acteurs du spectacle vivant sont inquiets quant à leur avenir. L’occupation du théâtre Odéon a lancé un mouvement qui, avec la réaction du gouvernement, s’étend dans toute la France avec aujourd’hui une trentaine de lieux occupés. A Montpellierle Centre Chorégraphique National accueille depuis vendredi dernier (note : le 12 mars au soir) les représentants d’une vaste mobilisation qui va bien au-delà de la réouverture des lieux culturels.

 

Le Mouvement Unitaire Languedoc Roussillon, composé des artistes, technicien.ne.s, enseignant.e.s artistiques, auteur.ice.s, administrateur.ice.s, Syndicats d’Employeur.e.s et d’Employé.e.s (Synavi, CGT Spectacle, Fédération Régionale des Arts de la Rue, Coordination des Intermittent.e.s et Précaires du Languedoc Roussillon…), étudiant.e.s de l’ENSAD Montpellier, du CRR de Montpellier… est réuni, comme dans de nombreux lieux culturels en France, pour faire entendre une inquiétude accentuée par la crise sanitaire traversée depuis un an.

 

 

« Rien ne justifie encore nos fermetures »

 

 

« Cette occupation va au-delà de la réouverture des lieux. Elle vise à élargir le champ des possibles et des réflexions sur les problèmes que va poser la crise actuelle », explique Stéphanie Marc de la Coordination des Intermittent.e.s et Précaires du Languedoc Roussillon.

 

Reste qu’il s’agit d’une question essentielle pour la reprise de l’activité. David Cherpin, de la Fédération Régionale des Arts de la Rue, qui a vu les annulations arriver dès février 2020, détaille : « Nous sommes pleinement conscients de la réalité sanitaire des choses et nous ne sommes pas des irresponsables qui appelons à faire tout et n’importe quoi dans nos lieux ». Il met notamment en avant la capacité des lieux à faire respecter les gestes barrières pour préserver la santé de tous. « Dès le début du mois de mars, l’ensemble des organisations a fait en sorte de travailler à des protocoles, des méthodologies pour pouvoir laisser les lieux ouverts » précise-t-il.

 

En croisant les données des autres pays, il observe : « Les lieux de culture en tout genre ne sont pas plus contaminants que le reste des lieux où la population vit au quotidien aujourd’hui : centres commerciaux, métro, rues…  Nous savons donc que les lieux de culture ne posent pas de problèmes à la réouverture ». S’appuyant sur un rapport du conseil d’état de décembre, David Cherpin en arrive à la conclusion : « La fermeture des lieux de culture est une décision politique et pas sanitaire. Rien ne justifie encore nos fermetures ».

 

 

Retrait de la réforme de l’assurance chômage

 

 

Alors s’ils veulent voir reprendre l’activité des théâtres et autres salles de spectacle, Stéphanie Marc résume l’ambiance : « On ne va pas rouvrir des lieux avec des gens totalement précarisés, sortis du système de ce secteur puisque le chômage est inhérent au secteur. Il n’est pas question de rouvrir des lieux sur des cendres et des gens dévastés ».

 

La première demande est que l’année blanche s’arrêtant le 31 août 2021 soit reconduite car « près de 50% des intermittents du spectacle ne pourraient pas ouvrir de droits au chômage à cette date. Cela représente 40 000 personnes ». La deuxième vise au retrait de la réforme de l’assurance chômage : « Ce sera un raz de marée social et d’une injustice atroce. Ce n’est d’autant plus pas le moment de réduire les indemnités des gens et les mettre dans une précarité insupportable ».

 

Un combat qui va au-delà du monde de la culture et s’étend à « l’ensemble des précaires et des demandeurs d’emploi avec des contrats très courts que l’on appelle maintenant les intermittents de l’emploi et qui ont été très pénalisés au fil des confinements ». C’est pourquoi, Stéphanie Marc entend « réclamer que le système même de l’intermittence et d’une couverture de droits sociaux, dont le chômage pour les personnes avec des contrats à durée très courte, soit appliqué à tous les intermittents de l’emploi ».

 

 

Les jeunes, les femmes et les précaires

 

 

Dans ce contexte, comme bien souvent, se sont les jeunes, les femmes et les plus précaires qui sont davantage touchés par les injustices. Isabelle Dangerfield du Syndicat Français des Artistes Interprètes, rattaché à la CGT Spectacle, pointe la problématique des congés maternités et des congés maladie : « On constate que plus la crise avance, plus les conditions d’accès aux indemnités journalières de la sécurité sociale se durcissent ».

 

Elle regrette ainsi que « la discontinuité du travail n’a absolument pas été prévue dans les textes de loi. Nous sommes évincés, rien n’est prévu dans le code de la Sécurité Sociale pour les travailleurs en CCDU, en CDD, les vacataires ou les pigistes ». Un combat pour combler ce vide législatif mené par le collectif de Matermittentes.

 

Rémy Chabrolle, du collectif Dedans/Dehors, se fait la voix des artistes émergents et des étudiants, comme il l’était il y a encore six mois. « C’est déjà un milieu difficile dans lequel s’insérer mais là il y a peu de perspectives. On a du mal à trouver la motivation et on se demande pourquoi on fait. Certains pensent à se reconvertir » témoigne-t-il. C’est pourquoi il demande à ce qu’une solution soit trouvée pour donner aux jeunes artistes du travail rapidement. D’autant que ces jeunes ne pourront pas bénéficier de l’année blanche des intermittents et devront partir de zéro au 31 août.

 

 

Alerte au gouvernement

 

 

Elie Golgevit du Synavi, regroupant les lieux de production et les compagnies, appelle « à un changement de paradigme en ce qui concerne la politique culturelle en France. Il s’agit de commencer par le bas » et demande « un soutien massif à l’emploi dans les équipes artistiques et techniques car c’est la seule manière de soutenir la création, la diffusion culturelle sur les territoires ». C’est dans ce sens, qu’il souhaite que soit portée « une attention particulière aux lieux intermédiaires et indépendants car « c’est là où les compagnies peuvent vivre, travailler, créer et produire des spectacles en lien étroit avec les habitants ».

 

Un enjeu impératif dans un instant où de nombreuses personnes et structures risquent de ne pas voir la reprise. « La sauvegarde du secteur culturel n’est pas uniquement une question économique, c’est aussi une question existentielle », insiste Elie Golgevot, « L’être humain pour vivre à besoin de chanter, de danser, de rire… de pouvoir partager avec d’autres êtres humains des émotions, des questionnements, des interrogations. Donc l’art et la culture sont essentiels à notre survie psychique et sociale. Il serait temps que notre gouvernement en prenne conscience ».

 

Avec la colère qui risque de supplanter rapidement l’inquiétude, et de plus en plus de secteurs mécontents du gouvernement, David Cherpin alerte : « Plus ils nous mépriserons et plus ils voudront être autoritaire, plus ils risquent un embrasement encore plus total. C’est maintenant le temps pour eux, c’est leur chance, à vraiment se saisir de ce moment pour se calmer et nous écouter. Il en va de l’intérêt de tous que ceci s’arrête maintenant si on veux aller vers une reprise où on s’y retrouve un peu tous ».

Publié le 09/03/2021

 

 

Sète : un collectif se mobilise contre le mal-logement

 

 

Lu sur lepoing.net

 

 

 

Entre mal-logement, rénovations pour gentrification (note 100-paroles : il s'agit de transformations visant à proposer les logements à des catégories de population plus favorisées) et illégalités, quel avenir pour habiter la ville ? Un bel exemple dans la ville de Sète.

 

Ce mercredi matin, pour la 4ème fois depuis novembre 2020, le collectif logement de Sète a appelé à se retrouver devant la Mairie, sans même demander un rendez-vous, car « à quoi cela sert-il de se faire balader encore une fois ? Nous sommes là pour dire des logements maintenant ! On est toujours là ! »

 

 

La naissance d’un collectif logement

 

 

Ce sont des citoyen·ne·s qui se préoccupent de leurs voisins et qui œuvrent à faire valoir les droits de toutes et tous. Dans le quartier des 4 ponts, en plein centre de Sète, au 8 rue de Tunis (rue particulièrement appréciée pour les tournages de films et séries !), dans un petit immeuble que la propriétaire et ses héritiers laissé se dégrader au fil des ans, habitent depuis des décennies Abdallah (77 ans), Driss (58 ans) et Abdelaziz (87 ans), qui paient un loyer pour des taudis. Une pièce insalubre de 20 m2 sans chauffage, sans eau chaude, sans gaz de ville, avec les WC sur le palier. Pour 250 euros par mois, réglés chacun rubis sur l’ongle depuis qu’ils y habitent.

 

 

Le collectif logement, un accompagnement juridique

 

 

Aujourd’hui, pour des raisons de remise aux normes de logements indécents, et de requalification du quartier, ces trois personnes sont sommées d’aller habiter ailleurs. Ils ont reçu une lettre des propriétaires leur demandant de partir sans se préoccuper d’aucune façon de leur relogement. Or ces locataires, avec des baux, ont des droits qui doivent être respectés dans leur totalité́ : relogement, provisoire ou définitif, accompagné des mesures financières réglementaires, voire réintégration, dans leurs logements, la rénovation terminée, jusqu’à la fin du bail.

 

Après 2 arrêtés de mise en sécurité, 1 arrêté d’insalubrité (pour 1 logement), 2 rencontres à la mairie avec les services concernés, un nombre certain de rendez-vous avec notamment l’office HLM et l’OPAH – opération programmée d’amélioration de l’habitat - et des propriétaires qui ne veulent rien savoir, la situation semble bloquée, pour le moment.

 

Lors de sa prise de parole, une membre du collectif détaille la procédure : « Bien que l’arrêté de mise en sécurité, du 02/02/2021, enjoint les propriétaires d’assurer l’hébergement des occupants, un mois plus tard, nous en sommes toujours là. Devant, la défaillance évidente et le mépris des propriétaires, nous attendons que la mairie, comme prévu dans la loi, prenne le relais. »  En effet, c’est à la puissance publique de reloger les personnes protégées par la loi si les propriétaires ne le font pas.

 

 

Rappeler la mairie à ses obligations

 

 

Ce matin un des locataires, Abdelaziz, le plus âgé, qui se déplace difficilement avec une canne était là, assis sur le muret, nous avons discuté. « La propriétaire qui est morte maintenant était gentille, mais la maison est vieille, pourrie même, la fenêtre ne ferme pas, elle réparait un petit peu… et maintenant ses enfants m’ont dit sortez ! Je ne marche pas, je ne peux pas aller à la corniche (qui est à plusieurs kilomètres du centre-ville), je suis prêt à accepter n’importe quel logement temporaire mais en ville, même une chambre dans un foyer, qu’il est d’ailleurs aller voir… »

 

En effet, la mairie lui a proposé un logement social mais à la Corniche, ce qui représente pour lui une expulsion de son quartier, l’éloigne de son médecin de ses attaches et habitudes de vie, mais surtout signifie un arrêt définitif de ses déplacements urbains vu son âge et ses difficultés physiques (une infirmière passe le voir chaque jour). Le paradoxe c’est qu’un des autres locataires serait prêt à accepter cette solution de relogement qui ne peut pas marcher pour lui ! « Ce sont des HLM soumis à commission d’attribution et la mairie n’est pas distributrice de logements ». « Il y a des règles dans ce pays » ose même l’élue de la ville de Sète déléguée aux logements sociaux. De l’inacceptable, encore une farce administrative kafkaïenne !

 

 

Seule la lutte paie, écrit le collectif logement

 

 

Le collectif a fait en sorte que ces trois locataires aient l’aide juridictionnelle et, quand les délais seront dépassés, il saisira la justice. A quel moment les délais seront ils dépassés ? Seront-ils juridiques ou humains ? Aujourd’hui Abdelaziz ne dort plus...


 

Publié le 16/01/2021

 

 

Schneider Electric : « On nous vire pour 400 000 euros de bénéfice »


Par Jérôme Duval sur rapportsdeforce.fr


 

Les salariés du site de Lattes, au sud de Montpellier, étaient en grève vendredi 8 janvier. Ce jour-là, ils se sont invités à la réunion du comité social et économique dont l’ordre du jour portait sur les conditions de la fermeture du site, annoncée le 16 septembre 2020 par Schneider Electric.


 

Il est 7 h du matin devant le site de l’usine. La nuit est glaçante. Une fumée blanche à peine éclairée par les phares de voitures coiffe la voie rapide. Une quarantaine de personnes résistent au froid autour d’un feu de palettes. Depuis l’annonce de la fermeture du site, le 16 septembre, les salariés sont en lutte. Ce jour-là, le groupe Schneider Electric actait la fermeture des sites de Saumur (Maine-et-Loire) et de l’un de ses deux sites à Lattes, spécialisé dans les ampoules à vide et disjoncteurs moyenne tension. La nouvelle, tranchante comme un couperet, avait noué les gorges, croisé les bras aux mains abîmées, noyé le regard dans le désespoir et l’amertume d’avoir été trahi. Encore une fois.

 

Depuis, cinq mois sont passés. Cinq mois durant lesquels la production tourne au ralenti, à 10 % de la normale selon un délégué syndical qui estime à deux mois le retard pris. Derrière cette décision, 80 personnes sont mises sur le carreau. Autant à Saumur où le maire Jackie Goulet a été averti par un appel de l’entreprise, la veille de l’annonce. Même pressenti de longue date, tout semble se précipiter. Le plan de restructuration prévoit l’arrêt définitif au second semestre 2021.

Compréhension et encouragement des automobilistes

Le jour pointe à l’horizon. Une bonne partie du groupe se dirige vers le rond-point le plus proche pour diffuser les tracts annonçant la mauvaise nouvelle. La file de voitures s’étire depuis l’autoroute et ralentit au gré des discussions entre automobilistes et grévistes. Malgré le ralentissement occasionné, l’accueil est plutôt chaleureux. Des chauffeurs routiers encouragent l’action après avoir immobilisé complètement leurs camions. L’ambiance est bonne et les tracts disparaissent, parfois en échange d’un sourire complice, quelques fois par un juron, une mine contrainte, crispée ou pas encore réveillée.

 

Pour les salariés de Lattes éreintés, il s’agit de la cinquième restructuration dans la région en moins de dix ans. Il y a d’abord eu la fermeture progressive dès 2013 de l’atelier de La Pompignane à Montpellier. Puis, les deux plans de sauvegarde de l’emploi (PSE) de Fabrègues en 2015 et 2018 qui ont débouché sur la fermeture du site. Et enfin, Mudaison, fermé en 2017 pour transférer ses activités sur les sites de Mâcon (Saône-et-Loire) et d’Aubenas (Ardèche). Toutes ces fermetures successives ont fini par éroder la confiance. Les salariés ne croient plus aux belles paroles patronales.

Un groupe bénéficiaire qui détruit des emplois

Pourtant, avec un bénéfice net de 2,4 milliards d’euros en 2019, le groupe se porte bien. Et la crise du coronavirus ne semble pas affecter le cours de l’action qui a doublé en quelques mois, passant de 67 euros en mars dernier, en plein confinement, à 127 euros aujourd’hui. À la bourse, Schneider Electric signe même la deuxième meilleure performance du CAC 40 derrière Hermès, et termine l’année 2020 en hausse de 29,3 %. En mai 2020, malgré les appels à la retenue en période de crise, l’entreprise du PDG Jean-Pascal Tricoire verse un dividende à ses actionnaires en hausse de 8,50 % sur un an.

 

Si tout va bien pour les actionnaires, c’est la soupe à la grimace pour les salariés. Philippe, 54 ans, 28 ans d’ancienneté, syn- diqué Force Ouvrière, se prépare à un départ à la retraite. Il s’inquiète pour d’autres, plus jeunes que lui. « Nous n’en sommes pas à notre premier PSE. Où allons-nous aller ? Il n’y a plus de site Schneider dans la région à part Lattes et Alès. J’ai déjà vécu le GPEC (Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences) en 2014 à Pompignane. Nous étions 200 », explique-t-il. Le site a fermé. « Moi, le reclassement je ne pourrais pas, c’est 200 kilomètres minimum. C’est tout le système qu’il faut revoir. Ils investissent en Hongrie [12,5 millions d’euros selon la CFDT] avant même d’avoir finalisé le PSE, c’est dire ! »

 

L’alternative pour les salariés qui ont encore des années à tirer avant la retraite, est d’aller sur le site d’Aubenas à plus de 200 kilomètres, où seuls quinze postes leur sont proposés. Voire d’être reclassé plus loin encore comme à Grenoble… « Des humains qui massacrent d’autres humains pour le business. Et ce n’est pas fini », s’exclame un ouvrier qui nourrit le feu d’une nouvelle palette. « On arrive au bout d’un système, ils nous ont cramé. Les courants durs de la CGT ont sauté en premier, maintenant c’est plus facile pour dégraisser le personnel » explique Jean-Marc, élu CGT de 60 ans.

 

Pauline, 48 ans, assise sur une pile de palettes, bonnet vissé sur la tête et masque sur la bouche, regarde le feu la réchauffer, impassible. Elle fait partie des dernières arrivées, lors des embauches opérées en 2008. Elle a connu la fermeture de La Pompignane et le transfert de Mudaison vers Lattes en 2017. « J’ai le sentiment qu’on nous harcèle. Tous les trois ans, ils nous bougent. Là, c’est le terminus. J’ai encore plus de 20 ans à bosser. Je n’irai ni à Aubenas ni à Mâcon, Grenoble ou Alès. J’ai toute ma famille ici dans le bassin méditerranéen », lance-t-elle comme un défi avant d’asséner : « je ne sais pas où je vais atterrir, je suis perdue. Nous ne sommes que des numéros pour Schneider, que des « SESA », ces matricules que la boîte nous attribue. On a une colère monstre contre la direction et ça ne date pas d’hier. »

 

Un poids lourd s’arrête soudainement. « Mais, je dis quoi moi ? » s’exclame le livreur devant l’entrée de l’usine bloquée par le piquet de grève. « C’est pour un petit carton », tente-t-il de négocier en ouvrant son haillon. « T’as qu’à prendre une photo pour expliquer. C’est fermé ! On est en grève », lui rétorque-t-on. « Allez, bon courage les gars », lance-t-il finalement, tout en démarrant son camion au son de quelques pétards qui crépitent dans le feu. Olivier fume sa cigarette devant l’entrepôt. Il est chauffeur livreur pour l’entreprise américaine XPO Logistics. Son camion, garé à l’extérieur n’a pas pu livrer ni recevoir la marchandise prévue. Il a envoyé un message pour prévenir sa direction. Il attend, discute avec les grévistes, puis rallume une cigarette.

Délocalisations à marche forcée

Depuis le rachat des sites Areva par Schneider Electric en 2010, l’entreprise est en perpétuelle restructuration. Et aujourd’hui clairement à contre-courant des annonces ministérielles de relocalisation en France de productions sensibles. Le scénario se répète jusqu’à épuisement du tissu industriel français. Les dirigeants préfèrent implanter leurs usines à l’étranger pour profiter d’une main d’œuvre meilleure marché, aux dépens des travailleurs abandonnés ici ou sous-payés là-bas. Cette fois, l’activité de production des ampoules à vide de Lattes sera rapatriée sur les sites d’Aubenas et en Inde (Salt Lake City), les disjoncteurs délocalisés à Grenoble et en Turquie. « Pour Schneider Electric, la France n’a plus vocation à être un pays industriel » confie Éric Perrin, de la CGT. Les investissements sont dirigés vers la Chine, l’Inde, la Turquie et la Hongrie, des pays dont le modèle démocratique laisse à désirer.

Une réunion sous tension

Sur le piquet de grève, la quarantaine de présents se regroupent, puis forme un arc de cercle autour des délégués syndicaux, non loin du feu maintenant alimenté par des pneus. Le délégué syndical FO, Jean-Charles Bigotière, prend la parole. « On nous vire pour 400 000 euros de bénéfice espéré d’ici trois ans à Aubenas. Ils n’en ont rien à foutre de nous. » Une quinzaine de personnes décident d’accompagner les délégués syndicaux pour se rendre à la réunion du PSE, dans un hôtel à proximité. Un syndicaliste FO fait irruption dans la salle où un diaporama est exposé : « pour beaucoup ici, on a vécu trois PSE. Je suis écœuré de l’état des propositions avancées par l’entreprise. Des propositions en deçà de celles présentées à Fabrègues, indignes d’une structure comme Schneider Electric. Nous voulons une prime Covid, nous voulons une prime préjudice, prime qui existait auparavant. Révisez vos copies, vous verrez. »

 

La personne chargée des ressources humaines aux côtés du directeur Patrick Verne, tente de calmer la situation. « J’entends votre colère. Aujourd’hui, il y a des négociations, il y en aura deux autres la semaine prochaine. On ne fera pas de miracles… » Mais Jean-Luc, un ancien de la boîte, ne tient plus, il interrompt : « il y a 2 ans, on nous a promis la pérennité des emplois, on nous a bernés. Maintenant, il faut payer ! » Jean-Charles, assis à la table des négociations enchaîne : « maintenant, ça suffit, on va se mettre en grève de la faim si vous ne ramenez pas du concret ». Assis à quelques chaises de là, Éric Perrin, secrétaire du comité social économique (CSE) prévient : « j’espère que la direction a pris la mesure de la détresse des salariés qui subissent la pression des PSE successifs. » La petite délégation sort vite rejoint par les élus salariés du CSE. La direction a demandé une interruption de séance lui permettant de rendre compte de la situation à ses supérieurs et d’orienter le débat.

 

Pour Jean Charles, le sentiment de haine reste palpable à l’issue de cette réunion. « Les négociations démarrent au ras des pâquerettes. » Le reclassement d’une quinzaine de postes sur Aubenas en vue d’un bénéfice supposé de 400 000 euros d’ici trois ans, n’est que de la poudre aux yeux. « Il ne faut pas s’attendre à aller jusqu’à la retraite là-bas. Aubenas va subir le même sort. » La prochaine réunion devant sceller la destinée des salariés est fixée au 29 janvier, mais d’ici là deux réunions de négociations sont prévues les 12 et 15 janvier prochains. Deux nouvelles occasions pour les salariés de porter haut leurs revendications.

Publié le 11/01/2021

 

 

Fermeture de Schneider Electric près de Montpellier : "On sacrifie des talents, un savoir-faire"

 

Par Fabien ARNAUD sur www.midilibre.fr

 

 

Le groupe industriel a prévu de fermer son site de Lattes. Des salariés réagissent.

 

Réunis autour d’un feu, des salariés de Schneider Electric, à Lattes, occupaient l’entrée de leur usine, vendredi dernier.

 

Une action menée par les syndicats CGT et FO, alors que se tenait une réunion des partenaires sociaux et de la direction, dans le cadre du plan social qui frappe cette entité de 80 salariés. En septembre dernier, le groupe industriel a annoncé qu’il réorganisait son activité "moyenne tension", pour la concentrer sur trois pôles compétitifs à Mâcon, Aubenas et dans l’Isère.

 

L’arrêt de la production sur l’unité de Lattes, qui fabrique des ampoules à vide et des disjoncteurs, est prévu "pour le second semestre 2021", indique Schneider Electric.

 

 

Jean-Marc, depuis 32 ans dans l’entreprise

 

Parmi les manifestants, plusieurs anciens de l’entreprise dénoncent la fermeture progressive, ces dernières années, des sites de production présents sur Montpellier et sa région : La Pompignane, Fabrègues, et aujourd’hui, Lattes. "Avant, cela représentait 800 salariés", souligne Jean-Marc Prieur, élu au conseil social et économique, employé depuis 32 ans.

 

"L’entreprise appartenait à Alsthom, elle a été reprise par Areva, puis par Schneider en 2013. Ça a été le début des fermetures." "Depuis le rachat par Schneider, il y a eu trois PSE successifs, poursuit Didier, salarié cadre, secrétaire du syndicat FO Schneider Electric à l’union départementale. Le groupe a racheté l’activité moyenne tension d’Alsthom, tout ça pour nous fermer."

 

Amertume, parmi les salariés. "Notre site a toujours été bénéficiaire, rappelle l’un d’entre eux. À l’époque, on renflouait Alsthom, on développait nos propres produits, on vendait en Angleterre, au Mexique, en Arabie Saoudite." "Il y avait un vrai savoir-faire local", confirme Jean-Marc Prieur. Didier ressent lui aussi un gâchis : "On sacrifie des talents, un savoir-faire. Cette restructuration va faire beaucoup de dégâts."


 

 Publié le 26/12/2020

À Valenciennes, Noël victorieux pour les salariées d’Onet

 

Stéphane Guérard (site humanite.fr)

 

Au bout d’une lutte longue de neuf mois, ces travailleuses du nettoyage, en première ligne face au Covid, sont en passe d’obtenir des CDI, un changement de convention collective plus en rapport avec leur profession et de meilleures rémunérations.

Ce beau cadeau de Noël, elles ne le doivent qu’à elles-mêmes. Mobilisées depuis fin mars contre des conditions de travail déplorables, des cadences infernales et des rémunérations au ras de pâquerettes, les 150 salariées du nettoyage de l’hôpital de Valenciennes, employées par Onet (97 % sont des femmes), sont en passe de signer un protocole de fin de mouvement social satisfaisant l’essentiel de leurs revendications. « Victoire ! Les filles d’Onet qui nettoient les chambres de l’hôpital de Valenciennes, viennent d’arracher une victoire importante : CDD transformé en CDI, prime de 800 euros, temps de travail en plus de temps pour nettoyer les chambres… bravo à vous toutes ! », s’est félicité, sur Twitter, Fabien Roussel, député PCF du Nord, qui a soutenu leur lutte.

Le sort de ces travailleuses avait suscité l’indignation après la diffusion d’un récent reportage de Cash Investigation. Ces femmes de chambre devaient réaliser en une heure le nettoyage quotidien de cinq chambres ou de trois chambres de fond en comble après la sortie d’un patient. Le tout sous la pression d’un directeur d’agence d’Onet, d’un chef d’exploitation et de multiples chefs d’équipe censés faire respecter ces cadences intenables. À l’issue du premier confinement, ces salariés aux tâches externalisées par la direction de l’hôpital en 2014 n’avaient pas eu droit à la prime Covid de 1 500 euros, alors qu’elles estimaient avoir pris les mêmes risques que les agents de service hospitalier.

Profession en « milieu sensible »

Après un premier mouvement de grève, la direction d’Onet leur avait consenti une prime de 150 euros. Une gratification vécue comme un affront par des femmes de chambre qui avaient alors organisé plusieurs autres journées de mobilisation et de grève afin d’obtenir, outre des augmentations de salaires, leur changement de convention collective afin de tenir compte de l’exercice de leur profession en « milieu sensible », ainsi que des requalifications de CDD en CDI. Elles revendiquaient de même de disposer des moyens pour exercer correctement leurs tâches, le reportage de Cash Investigation ayant mis en lumière un manque flagrant de balai, de serviettes propres…

Soutenues par des élus communistes, de la France insoumise (François Ruffin avait déposé au printemps dernier une proposition de loi pour « cesser la maltraitance » des femmes de chambre, les prenant pour exemple) et du Parti socialiste, les salariées d’Onet sont en passe d’avoir gain de cause sur toute la ligne.

Publié le 04/12/2020

“C’est historique !” : les “pions” de l’Hérault font une entrée fracassante sur la scène sociale

 

Publié par Le poing (site le poing.net)

 

C’est une première : depuis la création de leur statut en 2003, les assistants d’éducation (AED), plus connus sous le nom de « pions », se sont mis en grève dans toute la France ce mardi 1er décembre. Le Poing vous propose une prise de température, depuis Montpellier, de ce mouvement inédit, vivifiant et prometteur.
Grève, chants et délégation au rectorat
Plusieurs dizaines d’AED se sont retrouvés ce 1er décembre devant le rectorat de Montpellier. Avec un sentiment de liesse palpable, entretenu à grand renfort de chants, et appuyé sur un incontestable succès. Des centaines d’établissements sont touchés par la grève en France, dont au moins une quarantaine sur le département de l’Hérault, avec des rassemblements à Montpellier et Béziers.
Organisé au sein d’un collectif autogéré récemment créé, Vie S’Colère 34, les grévistes ont porté leurs revendications (voir ci-dessous), hiérarchisées, auprès de rectorat de Montpellier. Lequel, tout en assurant de faire remonter les doléances, argue de son impuissance, tout en justifiant la précarité de la profession par la disparité des besoins selon les zones. Réponse bien acclamée d’un gréviste : « Que ce soit dans les établissements ruraux, urbains ou REP [Réseau d’Éducation Prioritaire], tout le monde est en grève, c’est bien que c’est la merde partout ! » Autre parade du rectorat : AED serait avant tout un job étudiant (comme si cela rendait la précarité plus tolérable), ce qui est faux. Le profil des AED s’est diversifié et les plus de trente ans n’y sont plus une espère rare depuis bien longtemps.
Le mouvement a aussi l’ambition d’intégrer les accompagnants d’élèves en situation de handicap (AESH) et les assistants pédagogiques (AP).
Multi-tout, toujours pauvre
Payés au SMIC, les chefs d’établissements font signer aux AED des contrats d’un an renouvelable, sans pouvoir exercer plus de six années d’affilée. Leur temps de travail est annualisé : ils travaillent 40 à 42 heures par semaine payés 35 heures, mais sont rémunérés pendant les vacances pour compenser (ils font office de banque en somme). « On nous demande d’être psy, médiateur, éducateur, standardiste, parfois gendarme, et toujours précaire ». C’est formule d’un gréviste résume bien le métier, pour lequel aucune formation n’est prévue. Les difficultés rencontrées changent d’un établissement à l’autre. « On me donne mon emploi du temps au dernier moment » témoigne l’un d’eux. « On ne me paye pas mes temps de repas alors que je surveille les élèves pendant que je mange » constate un autre. Un mépris entériné par l’absence de service dédié aux AED dans les rectorats.
S’ajoutent aux malaises les injonctions liées à la pandémie, qui ont tendance – manque de personnels oblige – à encore plus placer les AED dans une perspective disciplinaire, au détriment de leurs missions pédagogiques. « Les gosses se retrouvent parqués par classe entre quatre barrières » s’indigne un gréviste. Le climat post-attentat n’arrange pas les choses : des AED se sont vus demander de repérer les « mauvais » comportements.
Pressions de la direction
« On subit des pressions depuis le début de la mobilisation ! » s’insurge un gréviste. Ce n’est pas pour rien si cette profession était jusqu’alors peu mobilisée : la menace au non-renouvellement du contrat pèse lourdement sur la capacité à s’organiser, et la faible rémunération dissuade de se mettre en grève. Il en aura fallu de la détermination à ces oubliés de l’Éducation nationale pour se lancer dans la grande aventure d’un mouvement social ! Les chefs d’établissements ont manœuvré pour décourager la mobilisation, notamment en recourant à des agents territoriaux et des jeunes en service civique pour remplacer les grévistes. En toute illégalité. Ces personnels ne sont d’ailleurs pas couverts en cas de problème avec les élèves.
Qu’importe, la machine est lancée, et à en croire les échanges lors de l’assemblée générale place Candolle, pas facile désormais de décourager ces ardeurs toutes grisées de leur audace. Les syndicats locaux de l’éducation – CGT, FSU et Sud – sont venus apporter leur soutien, par un partage d’expérience, et une documentation fournie sur les droits des salariés sur leurs sites respectifs. Dans le respect de l’autonomie du mouvement. Autre arme de solidarité : les caisses de grève. « Sur Fontcarrade [collège montpelliérain], on a pu dédommager nos cinq grévistes et verser de l’argent à la caisse départementale », s’enthousiasme un participant à l’assemblée.
Enraciner la grève
Si tout ce beau monde met en place autant outils, c’est bien pour s’inscrire dans la durée. « En seulement dix jours, on a réussi à mobiliser comme jamais dans la profession. C’est historique ! On a les moyens d’engager un rapport de force dans la durée ! » clame un sétois. L’idée est donc de continuer à structurer le mouvement, de le faire vivre à travers des débats, agitations et rassemblements hors des temps de travail, et de contacter les AED d’autres régions. Avec comme perspective une nouvelle journée de grève, autour de la rentrée de janvier, potentiellement reconductible cette fois-ci. Les modalités concrètes de ce plan seront décidées le 9 décembre, dans la foulée d’une nouvelle action au rectorat de Montpellier liée à la campagne de Sud Éducation 34 pour l’obtention par les AED et AESH de la prime REP. Les « pions » mettront-ils en échec le roi Blanquer ? La suite au prochain épisode !

 Publié le 06/11/2020

Les collèges et les lycées parisiens vers une lutte victorieuse pour le dédoublement ?

 

Guillaume Bernard  (site rapportsdeforce.fr)

 

Depuis la rentrée des vacances de la Toussaint, de nombreux enseignants et enseignantes des collèges et lycées d’Île-de-France se sont mis en grève ou ont fait valoir leur droit de retrait, exigeant un dédoublement des classes. Alors que le ministère de l’Éducation Nationale a pris l’habitude de ne rien leur lâcher, jouant la sourde oreille et minimisant les mouvements de grève, le contexte sanitaire et social inédit semble cette fois changer la donne : certains établissements ont d’ores et déjà obtenu le dédoublement.

Ce matin, ils n’étaient pas moins de 25 lycées, dans la grande majorité situés en Île-de-France, à avoir obtenu l’accord du rectorat ou de leur direction* pour dédoubler leurs classes. Et la liste, fournie par les « Bahuts En Lutte », n’était pas exhaustive.

Jean-Michel Blanquer ne les avait pas habitués à cela. Alors que le ministère de l’Éducation Nationale a réaffirmé sa volonté de laisser ouverts les établissements scolaires et de généraliser les cours en présentiel, pourquoi les digues semblent-elles craquer dès le premier jour de la rentrée ?

L’explication pourrait se trouver tout en bas de la sixième page du nouveau protocole sanitaire. Ce dernier prévoit en effet qu’un enseignement à distance soit partiellement mis en œuvre si « un établissement au regard de sa taille et de son organisation n’est pas en mesure de respecter les règles posées par le présent protocole ».  La formule soulève plusieurs questions essentielles. Parmi elles : qui devra tirer la sonnette d’alarme ? Et qui évaluera si le protocole ne peut pas être respecté ?

Une première réponse grâce à la grève

Quelques jours avant la rentrée, la plupart des syndicats d’enseignants avaient déjà déposé des préavis de grève. Ils avaient pour but d’alerter sur les failles du protocole et de permettre aux personnels de ne pas se rendre dans leurs établissements s’ils estimaient cela trop dangereux.

En Île-de-France une première mobilisation le 2 novembre permet d’obtenir des réactions rapides de la part des chefs d’établissements.  « Nous avons fait grève hier après-midi et avons obtenu que les classes de 35 élèves soient divisées par deux à partir de lundi prochain. Un premier groupe d’élèves restera à la maison avec du travail à faire et un autre sera en présentiel au lycée », explique Béatriz Gutierrez, secrétaire départementale de Sud Education 77 et enseignante au lycée Thibaut-de-Champagne à Provins.

« Nous avons une direction qui est plutôt à l’écoute, comparativement à d’autres endroits, mais je pense surtout qu’ils avaient peur qu’on prolonge notre grève », estime Béatriz Gutierrez. Car ce même jour, les mouvements de grève et les dépôts de droits de retrait se multiplient dans les établissements parisiens.

Grèves « massives »

En effet ce lundi 2 novembre, les comptes twitter du SNES-FSU 93 ou de la coordination des grévistes d’Île-de-France n’en finissent plus d’égrener les chiffres des grévistes, à tel point que Le Parisien parle de grèves « massives ».

Aurélien, enseignant d’histoire et de français dans un lycée professionnel du 93 raconte les prémices de la grève dans son établissement. « Le weekend avant la rentrée, nous avons tenu une AG numérique. Les collègues étaient outrés qu’on leur annonce quelques jours avant la rentrée qu’il n’y aurait pas d’heures banalisées pour parler de l’hommage à Samuel Paty et nous avons donc demandé le report de la rentrée des élèves à 10h, comme prévu au départ. Cela nous a été refusé et lundi matin, nous avons donc fait grève et organisé une assemblée générale pour exposer nos revendications. »

Parmi elles : le renfort en agents de service, en nombre insuffisants pour assurer le respect du protocole sanitaire (voir notre article) mais surtout, la possibilité de dédoubler les classes. « 30 dans une classe alors que l’épidémie a dépassé le niveau de mars dernier c’est une aberration », continue Aurélien, dont l’établissement a reconduit la grève ce mardi.

La lutte pour le dédoublement s’amorce. Le 3 novembres, de nombreux enseignants grévistes du département se réunissent devant les bureaux de la DSDEN 93 (Direction des services départementaux de l’Éducation Nationale de la Seine-Saint-Denis) pour exiger massivement le dédoublement. Elle ne donnera pas de suite à leur demande d’audience.

Un mouvement qui peut s’étendre ?

Reconnaître le droit à certains établissements à dédoubler leurs effectifs pose pourtant de nombreuses questions : pourquoi eux et pas les autres ?  N’y a-t-il pas rupture d’égalité ? Et on voit mal le gouvernement laisser ces exceptions se propager. Interrogé par nos soins, le rectorat de l’académie de Créteil ne répondra pas ces questions. Il démentira même avoir donné son accord pour que les classes soient dédoublées au lycée Thibaut-de-Champagne à Provins, prétextant que le dossier est à l’étude. Face à la réaction ulcérée des enseignants, le ministère compte-t-il revenir sur ses promesses de dédoublement une fois que la vague de grèves sera passée ?

D’autant plus que le mouvement pourrait avoir du mal à dépasser les frontières de l’Île de France. Si des grèves ont bien eu lieu ailleurs, comme au collège Alice de Guy à Lyon, au lycée Malraux à Voreppe (38) ou encore au lycée de Gap, elles semblent bien plus éparses qu’en région parisienne. Enfin les grévistes pourraient bien avoir le soutien des lycéens qui ont parfois tenté de bloquer leurs établissements, comme le documente Révolution Permanente. Mais leurs actions se heurtent bien souvent aux interventions musclées de la police.

 *La décision de dédoubler les classes revient au rectorat, reste à savoir si les accords oraux des chefs d’établissements seront tous suivis d’effets.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© pcf cellule st Georges d'Orques